Mise à jour : 14 Décembre 2023
Publicité
Information patient
  • KLIPAL
Famille du médicament : Association antalgique avec opiacé et paracétamol

Dans quel cas le médicament KLIPAL est-il prescrit ?

Ce médicament contient deux antalgiques : le paracétamol, qui empêche la transmisssion de la douleur, et un opiacé (la codéine). L'effet antalgique de la codéine est dû à sa transformation en morphine au niveau du foie. Il renforce l'action du paracétamol en agissant sur la perception de la douleur par le cerveau.

Il est utilisé dans le traitement des douleurs aiguës, lorsque celles-ci ne sont pas soulagées par d'autres antalgiques utilisés seuls.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament KLIPAL

KLIPAL 300 mg/25 mg : comprimé (orange clair) ; boîte de 16
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,62 €.
KLIPAL 600 mg/50 mg : comprimé (orange clair) ; boîte de 12
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,72 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament KLIPAL

p cpp cp
Paracétamol300 mg600 mg
Codéine phosphate25 mg50 mg
Excipients : Cellulose microcristalline, Croscarmellose sel de Na, Jaune orangé S laque aluminique, Magnésium stéarate, Povidone, Talc

Contre-indications du médicament KLIPAL

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • maladie grave du foie ;

  • asthme, insuffisance respiratoire ;

  • personne connue comme étant métaboliseur ultrarapide (personne dont l'activité des enzymes impliquées dans le métabolisme des médicaments est excessive) ;

  • adolescent de moins de 18 ans après une ablation des végétations ou des amygdales dans le cadre d'une apnée du sommeil ;

  • enfant de moins de 15 ans ;

  • allaitement.

Attention

Le paracétamol est présent seul ou en association avec d'autres substances dans de nombreux médicaments : assurez-vous de ne pas prendre simultanément plusieurs médicaments contenant du paracétamol, car une prise conjointe entraîne un risque de surdosage qui peut être toxique pour le foie.

Ce médicament contient un opioïde faible qui expose à un risque d'accoutumance et de dépendance. La nécessité de ce traitement antalgique devra être réévaluée de façon régulière avec votre médecin. Ne dépassez pas la dose ni la durée de traitement prescrites. Chez les personnes dépendantes aux opioïdes ou ayant des antécédents d'abus ou de dépendance à d'autres substances, le traitement devra être de courte durée et sous surveillance médicale stricte.

Des particularités génétiques touchant un nombre significatif de personnes sont susceptibles d'être à l'origine d'un effet variable de la codéine. Il peut s'agir d'un moindre effet antalgique (environ 7% de la population caucasienne) ou au contraire d'un risque de surdosage survenant malgré une posologie normale (jusqu'à 29 % des africains). Si vous constatez un soulagement insuffisant ou des effets indésirables gênants (confusion, difficulté à respirer), n'hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance rénale grave, d'insuffisance hépatique, de déshydratation, de malnutrition chronique, d'alcoolisme, d'hypertension intracrânienne, de toux grasse, chez les personnes sans vésicule biliaire, chez la personne âgée et chez les personnes pesant moins de 50 kg.

Certains dosages de laboratoire peuvent être faussés par le prise de paracétamol : pensez à signaler la prise de ce médicament.

Évitez la prise de boissons alcoolisées pendant le traitement.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence, parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite et l'utilisation de machines dangereuses sont fortement déconseillées, surtout dans les heures qui suivent la prise du médicament.

Interactions du médicament KLIPAL avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec l'oxybate de sodium : risque de dépression respiratoire.

Il peut interagir avec les antalgiques qui contiennent de la nalbuphine, de la buprénorphine, de la pentazocine, de la naltrexone ou du nalméfène.

Informez par ailleurs votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez un médicament sédatif (notamment un tranquillisant ou un somnifère de la famille des benzodiazépines), un neuroleptique, un antidépresseur (tel que la duloxétine, la fluoxétine ou la paroxétine), un anticoagulant oral, un antiépileptique, ou un médicament contenant de la quinidine, du bupropion, du cinacalcet ou de la méthadone.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'utilisation ponctuelle de ce médicament est possible pendant la grossesse sur avis médical. Signalez à l'obstréticien la prise de ce médicament en fin de grossesse : risque d'insuffisance respiratoire chez le nouveau-né en cas d'utilisation de codéine à forte dose avant l'accouchement ou risque de syndrome de sevrage en cas de traitement régulier, même à faible dose, en fin de grossesse. Ces risques peuvent être prévenus par une surveillance et un éventuel traitement adapté.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel. Le passage de la codéine dans le lait maternel est faible aux doses usuelles, mais des effets toxiques pour le nourrisson ont été observés dans de très rares cas. En conséquence, ce médicament est contre-indiqué pendant l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament KLIPAL

Ce médicament peut être pris indifféremment au cours ou en dehors des repas. Respecter un intervalle minimal de 4 heures entre 2 prises. En cas d'insuffisance rénale, l'intervalle entre 2 prises doit être au minimum de 8 heures.

Les comprimés doivent être avalés tels quels avec un peu d'eau.

Posologie usuelle :

KLIPAL 300 mg/25 mg :

  • Adulte de plus de 18 ans : 1 ou 2 comprimés par prise, à renouveler si nécessaire toutes les 6 heures, sans dépasser 6 comprimés par jour. Cependant, dans les douleurs sévères, la posologie maximale peut être portée à 8 comprimés par jour, uniquement sur avis médical. Chez la personne âgée, la posologie initiale est généralement réduite de moitié.

  • Adolescent de 15 à 18 ans : 60 mg de paracétamol et 3 mg de codéine par kg et par jour, à répartir en 4 prises. Il est nécessaire de suivre la prescription de votre médecin. À titre indicatif.

    • pesant de plus de 50 kg : 1 ou 2 comprimés par prise, à renouveler si nécessaire toutes les 6 heures, sans dépasser 6 comprimés par jour.

    • pesant entre 31 et 50 kg : 1 comprimé par prise, à renouveler si nécessaire au bout de 6 heures, sans dépasser 4 comprimés par jour.

KLIPAL 600 mg/25 mg :

  • Adulte et adolescent de plus de 15 ans (pesant plus de 50 kg) : 1 comprimé par prise, à renouveler si nécessaire toutes les 6 heures, sans dépasser 4 comprimés par jour. Chez la personne âgée, la posologie initiale est généralement réduite de moitié.

La durée du traitement ne doit pas dépasser 3 jours. Si la douleur persiste au delà, il faut reconsulter votre médecin.

Conseils

Comme tous les antalgiques, ce médicament est généralement plus efficace pour prévenir la douleur que pour la calmer. Dans le traitement des douleurs chroniques, il est préférable de prendre ce médicament à intervalles réguliers sans attendre que la douleur s'installe.

Cet antalgique contenant de la codéine est destiné à être utilisé en deuxième intention, lorsque l'aspirine, l'ibuprofène ou le paracétamol, utilisés seuls, sont insuffisamment efficaces. Il peut néanmoins être utilisé d'emblée dans le traitement des douleurs fortes.

Ce médicament peut retarder un diagnostic en masquant la douleur ; ne le prenez pas sans l'avis de votre médecin, ne le conseillez pas à un proche.

Effets indésirables possibles du médicament KLIPAL

Liés à la codéine :
  • somnolence, constipation, nausées, vomissements, sensation de vertiges, étourdissements, confusion, maux de tête, troubles de la vision, transpiration excessive, rétention urinaire, plus rarement, allergie (démangeaisons, urticaire, rougeur cutanée), essoufflement. Ces effets indésirables peuvent être plus marqués chez certaines personnes (voir Attention) ;

  • douleur abdominale aiguë (spasmes du sphincter d'Oddi) chez les personnes qui n'ont plus de vésicule biliaire ;

  • en cas de traitement prolongé : risque de dépendance et de syndrome de sevrage en cas d'arrêt brutal.

Liés au paracétamol :

  • rares : réaction allergique (urticaire, œdème de Quincke...) ;

  • très rares : réaction cutanée grave, anomalie de la numération formule sanguine, inflammation du foie.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Publicité

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Publicité
Documents utiles
Voir les actualités liées
Publicité
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster