Mise à jour : 02 avril 2021
Publicité

Comment diagnostique-t-on l'herpès génital ?

L’examen clinique est souvent suffisant pour faire le diagnostic d’herpès génital. Le médecin peut faire un prélèvement sur les lésions (avec un écouvillon) pour mettre en évidence le virus.

Dans certains cas rares (femme enceinte), le médecin peut prescrire une prise de sang pour confirmer la présence de l'infection par l'herpès virus.

Si l’herpès est confirmé, le médecin peut également rechercher la présence d’autres infections sexuellement transmissibles (VIH/sida, hépatites, chlamydies, etc.) chez le patient, ainsi que celle d’herpès génital chez son partenaire.

Quels sont les traitements de l'herpès génital ?

Les traitements médicamenteux sont des antiviraux destinés à diminuer l'intensité et la durée des symptômes, notamment dans les formes graves. Ils ne font pas disparaître le virus de l’organisme. La durée du traitement antiviral varie : 10 jours lors de primo-infection, 5 jours pour les crises. Si la fréquence des crises est telle qu’elle nuit à la qualité de vie du patient, un traitement de plusieurs mois peut être prescrit. Des médicaments contre la douleur ou des antiseptiques doux sont également prescrits lors des crises.

Comment nettoyer les lésions d’herpès génital ?
Si vous présentez des lésions d’herpès génital, nettoyez-les avec de l’eau savonneuse ou un antiseptique doux, rincez-les abondamment et séchez-les en les tapotant avec des mouchoirs jetables. Lavez-vous les mains après avoir soigné vos lésions.

Les antiviraux par voie orale

Les antiviraux utilisés dans le traitement de l’herpès génital sont l’aciclovir, le valaciclovir et le famciclovir. Ils agissent en bloquant une enzyme du virus nécessaire à sa multiplication. Ces antiviraux sont le plus souvent administrés par la bouche, mais des traitements intraveineux sont parfois mis en place dans les cas les plus sévères.

Il est préférable qu’une personne souffrant d’herpès génital dispose de traitement antiviral d’avance à son domicile ou sur son lieu de travail. En effet, le fait de commencer le traitement antiviral dès les premiers symptômes (sensation de brûlure, picotements au lieu habituel de la lésion) semble plus efficace pour réduire la durée de la poussée d’herpès génital.

Les effets indésirables les plus fréquents sont des maux de tête, des nausées, de la fatigue, ou une sensation d'ébriété. Des troubles nerveux tels que confusion, agitation, tremblements, convulsions, hallucinations, somnolence ont été rarement observés, le plus souvent chez des insuffisants rénaux ayant reçu des doses importantes d'aciclovir ou de valaciclovir.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 23 Avril 2024
Légende
  • Médicament référent
  • Médicament générique

Les antiviraux par voie locale

D'après la Haute Autorité de santé (HAS), les traitements antiviraux locaux n'ont pas d'efficacité démontrée dans le traitement de la primo-infection d'herpès génital et de ses récurrences. Ils ne sont pas recommandés.

Publicité

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Les plus récents
Les plus récents Les plus suivis Les mieux votés
MIREILLEP Il y a 2 ans 1 commentaire associé

Depuis des années, au niveau local, dès que les premiers signes apparaissent (picotements...) j'applique de la Bétadine, 2 ou 3 fois par jour, parfois l'herpès ne se développe pas. Et si je fais le traitement de 5 jours j'utilise quand même Bétadine car les démangeaisons et la douleur sont tout de suite beaucoup moins forts. J'aimerais que les mèdecins étudient la question ! Merci

Modérateur Médecine générale Il y a 2 ans 0 commentaire associé

Bonjour

Dans la mesure où l'application de BEDADINE est sans danger, votre expérience servira peut-être à d'autres utilisateurs. Quelle forme de BETADINE utilisez-vous ? Ce traitement a déjà été étudié il y a 46 ans... : https://europepmc.org/article/med/1113955

Publicité
Actualités liées 2
Publicité
Presse - CGU - CGV VIDAL Expert - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster