Mise à jour : 16 janvier 2024
Publicité

Comment se transmet l'infection à chlamydies ?

L’infection à chlamydies est due à une bactérie, Chlamydia trachomatis. Cette bactérie se transmet lors de rapports sexuels non protégés. Tous les types de rapports sexuels peuvent être contaminants, y compris les rapports buccogénitaux (fellation et cunnilingus).

L’infection à chlamydies peut également être transmise au moment de l'accouchement de la mère au nouveau-né.

La lymphogranulomatose vénérienne
La lymphogranulomatose vénérienne, ou maladie de Nicolas-Favre, est une forme particulière d'infection par les chlamydies, plus fréquente chez les voyageurs séjournant en région tropicale. Elle est présente en Afrique, en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Asie du Sud-est, mais aussi dans les grands ports internationaux (à Rotterdam notamment).
Des cas de plus en plus nombreux sont signalés en France, sous la forme d'une infection de l'anus et du rectum observés essentiellement chez les homosexuels masculins, en particulier ceux séropositifs pour le VIH/sida. Le traitement de la lymphogranulomatose vénérienne repose sur les mêmes antibiotiques que ceux prescrits pour les autres formes de l'infection par les chlamydies, mais pour une durée plus longue (trois semaines).

Comment prévenir les infections à chlamydies ?

Comme toutes les infections sexuellement transmissibles, la prévention de l’infection à chlamydies repose sur l’utilisation systématique de préservatifs (même pour la fellation).

Avec le préservatif, le dépistage est également un moyen de lutter contre les infections sexuellement transmissibles comme les Chlamydies.

En cas de résultat positif, le médecin peut prescrire un traitement antibiotique adapté permettant de réduire les risques de contamination et de complications. Le dépistage devra être répété dans les 3 à 6 mois après le traitement et tous les 3 mois pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Le dépistage peut être effectué suite à une consultation chez son médecin généraliste, sa sage-femme, son gynécologue ou un dermatologue, ou encore gratuitement dans les Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGiDD) et les centres de planification ou d'éducation familiale.

Il n’existe pas de vaccin contre l’infection à chlamydies.

Chez qui dépister en priorité les infections à chlamydies ?

La Haute autorité de santé (HAS) recommande un dépistage systématique pour les jeunes femmes sexuellement actives de 15 à 25 ans et également un dépistage pour les personnes à risque :

  • femme consultant pour une IVG,
  • femme ayant plusieurs partenaires sexuels (au moins deux dans l’année),
  • femme ayant changé récemment de partenaire sexuel ;
  • femme ayant une autre infection sexuellement transmissible (gonorrhée, syphilis, VIH…) récente ou ancienne,
  • femme ayant un ou des partenaires sexuels dépistés positifs à une infection sexuellement transmissible,
  • homme ayant des relations sexuelles avec un autre homme,
  • prostitution,
  • victime d’un viol.
Publicité

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Publicité
Actualités liées 63
Publicité
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster