Escarres et ulcères chroniques de la peau

Mis à jour : Mercredi 10 Novembre 2021

SOMMAIRE Patient

VIDAL Reco associée

Les escarres et les ulcères chroniques de la peau sont des plaies plus ou moins profondes qui n’arrivent pas à cicatriser spontanément. Ils sont dus à une insuffisance de l’irrigation sanguine locale, soit du fait d’une compression prolongée (escarres) soit d’un trouble de la circulation artérielle ou veineuse (ulcères), parfois en lien avec une autre maladie, en particulier le diabète.

personne âgée hospitalisée sur un lit

Les escarres et les ulcères nuisent fortement à la qualité de vie et exposent à de nombreuses complications locales et générales. Leur prise en charge est complexe et repose sur le traitement de leur cause, le soulagement de la douleur et des soins locaux pour faire régresser la lésion, sous forme de pansements adaptés aux caractéristiques particulières de chaque plaie.

Chez les personnes alitées de manière prolongée, des mesures de prévention et de dépistage précoce peuvent être mises en place pour éviter l’apparition ou l’aggravation des escarres.

Qu’est-ce qu’une escarre ?

Une escarre est une lésion de la peau et des tissus situés sous celle-ci, lésion caractérisée par une zone de tissus endommagés (« nécrose ») qui forme une plaie qui n’arrive pas à cicatriser spontanément. Le plus souvent, les escarres se forment lorsque la peau est comprimée entre une saillie osseuse (la partie d’un os située directement sous la peau) et un support trop ferme, en général un matelas ou un fauteuil, chez des personnes alitées ou qui ont une mobilité très réduite à la suite d’une maladie, d’un accident ou d’un handicap. Cette pression prolongée gêne la circulation sanguine au niveau de la peau et des tissus sous-jacents, ce qui asphyxie petit à petit la zone compressée.

Qu’est-ce qu’un ulcère chronique de la peau ?

Un ulcère chronique de la peau est une lésion de la peau (à la différence de l’escarre, les tissus sous-jacents ne sont pas touchés) qui forme une plaie qui n’arrive pas à cicatriser spontanément. Comme l’escarre, son origine est la diminution de la circulation sanguine locale. Mais, dans le cas de l’ulcère, il ne s’agit pas de la conséquence d’une pression excessive mais d’un trouble de la circulation sanguine locale, dû par exemple à une insuffisance veineuseulcère veineux »), des dépôts de cholestérol dans les artères qui irrigue la zone touchée (« ulcère artériel ») ou une autre maladie, le plus souvent le diabèteulcère diabétique » ou « mal perforant plantaire »). L’ulcère est une plaie moins profonde que l’escarre.

En termes de soins locaux (pansements), les escarres et les ulcères se traitent de la même manière.

Les escarres et les ulcères de la peau sont-ils fréquents ?

Les escarres s’observent uniquement chez les personnes qui sont alitées (ou assises en fauteuil) de manière prolongée. On estime qu’elles touchent entre 17 et 50 % des personnes de plus de 65 ans hospitalisées pour une longue durée.

Les ulcères toucheraient environ 1 % de la population générale et 3 % des personnes de plus de 65 ans.

Qui sont les personnes à risque d’escarre ou d’ulcère de la peau ?

Les personnes âgées sont plus à risque d’ulcère et d’escarre parce que leur peau est plus fine, plus fragile et plus sensible à la diminution de l’irrigation sanguine locale.
Le risque de développer une escarre est directement lié à l’immobilité en position couchée ou assise, avec compression locale. Ce risque est aggravé par la dénutrition.

Les facteurs de risque des ulcères sont plus variés :

  • insuffisance veineuse avec stagnation du sang dans les jambes ;
  • obstruction partielle des artères et des artérioles (les petites artères) par des dépôts de cholestérolathérosclérose ») ;
  • diabète, parce qu’un taux de sucre dans le sang élevé de manière prolongée endommage la paroi des petites artères et les terminaisons nerveuses qui les contrôlent ;
  • inflammation des vaisseaux sanguins (« vascularite ») ;
  • certaines tumeurs.

Dans certains cas, plusieurs causes s’additionnent : c’est le cas des ulcères dits « mixtes » avec atteinte à la fois veineuse et artérielle. Comme pour les escarres, la dénutrition augmente le risque d’ulcère de la peau.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Ressources laboratoire17Dermatovénérologie
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster