Les symptômes et les complications de l'hypothyroïdie

Mis à jour : Vendredi 02 avril 2021

En cas d’hypothyroïdie, de nombreux symptômes peuvent être observés, mais chaque patient n’en exprime que quelques uns. Comme l’hypothyroïdie est une maladie qui apparaît lentement, il est fréquent que la personne n’identifie pas ces symptômes comme étant causés par une seule maladie. Elle se sent fatiguée, déprimée ou essoufflée à l’effort, mais ne fait pas le lien entre ces signes. L’hypothyroïdie est souvent diagnostiquée lorsque d’autres causes plus évidentes ont été éliminées.

Qu'appelle-t-on hypothyroïdie frustre ?

Les symptômes de l’hypothyroïdie varient selon le degré du déficit en hormones thyroïdiennes. Quand l’hypothyroïdie n’entraîne pas de symptômes, on parle alors d’hypothyroïdie infraclinique (ou « frustre » ou « asymptomatique » ou « occulte »). Cette forme d’hypothyroïdie est particulièrement observée chez les personnes âgées de plus de 60 ans et chez les enfants.

Quels sont les symptômes de l'hypothyroïdie ?

Il est assez fréquent que l’hypothyroïdie soit modérée et ne produise pas de symptômes notables. Lorsque des symptômes apparaissent, on observe :

  • une fatigue chronique,
  • une sensibilité au froid augmentée,
  • une prise de poids,
  • un rythme cardiaque anormalement lent,
  • une peau sèche,
  • de la dépression ou des troubles de la mémoire,
  • un taux élevé de cholestérol sanguin,
  • des crampes musculaires,
  • de la constipation,
  • des règles irrégulières, etc.

Il semblerait qu’une hypothyroïdie non soignée puisse augmenter le risque d’accidents cardiovasculaires comme les infarctus du myocarde ou les accidents vasculaires cérébraux.

Le goître (gonflement à la base du cou), autrefois classiquement associé à l’hypothyroïdie, est devenu rare car il n’apparaît que tardivement en l’absence de traitement.

Les symptômes de l'hypothyroïdie chez les enfants
Les enfants qui souffrent d'hypothyroïdie présentent un retard de croissance et de développement mental, un sommeil excessif, une peau jaunâtre, de la constipation et, plus fréquemment que les adultes, un goitre.

Quelles sont les complications de l'hypothyroïdie ?

Si l’hypothyroïdie n’est pas diagnostiquée ou traitée chez un adulte (et en particulier une personne âgée), un gonflement du visage (myxœdème) accompagné d’une peau jaune et sèche, voire un coma, peuvent survenir. Mais il s’agit d’une complication devenue exceptionnelle de nos jours.

Chez les enfants, une hypothyroïdie non soignée entraîne des complications graves : petite taille (nanisme) et retard mental important (le « crétinisme »).

Les commentaires sont momentanément désactivés

La publication des commentaires est temporairement indisponible.

Les plus récents
Les plus récents Les plus suivis Les mieux votés
MinaFAUQUET Il y a 3 mois 1 commentaire associé

Bonjour, 

Je suis atteinte d'hypothyroidie depuis mes 11 ans. De ce que l'on m'a expliqué, c'était une inflammation de ma thyroide à cause d'un trouble immunitaire qui l'a détruite à 75%, donc une hypothyroidie de Hashimoto. Je suis un traitement quotidien à base de L-thyroxin Henning (25 microgrammes). Aujourd'hui j'ai 19 ans et j'ai beaucoup de questions à propos de ma maladie.

Tout d'abord, je n'ai aucun antécédent de la maladie dans ma famille, donc ce n'est pas génétique, je n'ai pas été exposée à des radiations à ma connaissance, j'ai une alimentation plutot saine et je n'ai non plus pas eu le temps à 11 ans de développer cette maladie à cause du stress à mon avis. Je me demande alors comment est-ce possible ? Est-ce les perturbateurs endocriniens dont on m'a parlé, ou bien est-ce seulement le hasard qui est tombé sur moi ?

Ensuite, je suis une femme donc je pourrais potentiellement avoir des enfants mais l'hypothyroidie et la grossesse me font peur. Est-ce que mon enfant risque d'avoir des problèmes de croissance et de retard mental meme si je suis le traitement comme il faut ? Risuqe-t-il de développer la maladie plus tard alors qu'elle n'est techniquement pas dans mon patrimoine génétique ?

Un autre problème que je rencontre c'est la persistance de certains symptomes malgré mon traitement. Les symptomes que j'ai pu noter chez moi sont: la fatigue chronique, la sensibilité au froid, la peau sèche et une tendance dépressive. Celui qui m'inquiète le plus est la fatigue chronique. Je ressens en permanence une fatigue qui empiète sur mes études et sur ma vie. Je m'en suis plainte à mon médecin car à l'époque j'étais en prépa et je n'avais plus de force mais il faut croire qu'il ne m'a pas écouté car elle n'a pas augmenté mes doses et meme après la prépa je ressens encore aujourd'hui une fatigue qui est insupportable certains jours. J'avoue que des fois je prends donc plus que un cachet le matin, il y a des jours où j'ai pu en prendre 6 à 7 car le peu d'énergie que cela m'apportait me faisait du bien. Je ne sais donc pas comment agir face à ce problème. Dois-je insister pour une augmentation de mes doses ou dois-je me soumettre aux préconisations de mon médecin ?

Je tiens à remercier l'auteur.e de cet article. Je ne me suis jamais vraiment renseignée auparavant pa peur et cet article a confirmé beaucoup des observations que j'ai pu avoir sur moi-meme. Merci

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+0 -0
Modérateur Médecine générale Il y a 3 mois 0 commentaire associé

Bonjour

Parfois, on ne trouve aucune explication à la survenue d'une maladie.

Pour la grossesse, vous n'aurez aucun problème car l'hormone que vous prenez compense la défaillance de votre glande thyroïde et votre enfant n'a rien à craindre.

Pour la fatigue résiduelle sous traitement, c'est un débat difficile. Certains patients affirment que le traitement par la seule LThyroxine est insuffisant, et qu'il faut compléter avec ce la L3, mais cette approche n'est pas validée scientifiquement.

Certains médecins considèrent aussi que la dose de médicament optimale est celle qui supprime la fatigue sans provoquer de signes de surdosage (palpitations, nervosité, battements de coeur gênants au coucher) et non celle qui donne une TSH dans la norme. En revanche, prendre 6 à 7 fois la dose prescrite semble très dangereux, notamment car la fatigue peut avoir bien d'autres causes.

+2 -0
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster