Comment soigne-t-on la diverticulite du côlon ?

Mis à jour : Vendredi 27 mars 2020

Le traitement de la diverticulite du côlon varie selon si celle-ci est compliquée ou non, le type de complication, ainsi que s'il s'agit d'une première poussée ou d'une récidive.

Quels sont les traitements d'une diverticulose du côlon ?

Le traitement de la diverticulite consiste simplement à soulager les symptômes sans prescrire d’antibiotiques. En effet, dans la majorité des cas, la diverticulite sans complication guérit spontanément. Néanmoins, en cas de persistance des symptômes ou chez des personnes plus fragiles, la prescription d’antibiotiques pendant une semaine est préférable pour éviter d’éventuelles complications. Aucune restriction alimentaire n’est nécessaire pendant le traitement. Dans la majorité des cas, la première poussée de diverticulite ne récidive pas.

Il n’est pas recommandé de pratiquer de surveillance biologique (prise de sang) ou radiologique systématique en cas d’évolution favorable d’une diverticulite.

Le traitement de la diverticulite du côlon avec complications

Le traitement de la diverticulite du côlon avec complications varie selon le type de complications observé.

Dans tous les cas, une antibiothérapie par voie intraveineuse est recommandée associant plusieurs antibiotiques. Sa durée varie selon le type de complication et l’évolution de la maladie.

Les traitements chirurgicaux des complications de la diverticulite

Le traitement chirurgical dépend des complications observées. Par exemple, lorsqu’un abcès de plus de 5 cm de diamètre est observé, il peut s’avérer nécessaire de le drainer. Autre exemple, la présence d’une fistule nécessite une intervention pour la supprimer et rétablir l’étanchéité du côlon et de l’organe où débouchait la fistule.

Dans certains cas, l’intervention chirurgicale vise à enlever les côlons gauche et sigmoïde pour éliminer les diverticules (intervention dite « de Hartmann » ou sigmoïdectomie). Dans ce cas, le côlon laissé en place est connecté à la peau par une stomie (un « anus artificiel » avec la pose d’une poche pour collecter les selles). Après quatre à six mois, le côlon est reconnecté au rectum et la poche est enlevée.

Selon la gravité des complications, la chirurgie peut être faite par cœlioscopie (sans ouvrir l’abdomen) ou par laparotomie (en ouvrant l’abdomen). Dans tous les cas, il est préférable de la faire « à froid », c’est-à-dire après la disparition des symptômes grâce aux autres formes de traitement. En ce sens, la chirurgie de la diverticulite compliquée est différente de celle de l’appendicite, qui doit être faite le plus rapidement possible. Seule la péritonite et, parfois, l’hémorragie digestive exigent une intervention chirurgicale en urgence.

Quand propose-t-on une sigmoïdectomie élective ?

Dans certains cas, le médecin peut recommander au patient de subir une sigmoïdectomie (ablation du côlon sigmoïde, situé entre la côlon descendant et le rectum) une fois la poussée de diverticulite guérie, au moins deux mois après cette poussée. Cette intervention est proposée :

  • après une diverticulite compliquée, particulièrement en cas d’abcès ;
  • chez le patient immunodéprimé ou insuffisant rénal chronique ;
  • en cas de symptômes persistants après une poussée ;
  • en cas de récidives fréquentes impactant la qualité de vie.

De plus, la sigmoïdectomie élective peut être recommandée en cas de :

  • fistule, selon le type de symptômes ;
  • sténose (rétrécissement de l’intestin) provoquant des troubles du transit.

La sigmoïdectomie élective n'est pas recommandée après une poussée de diverticulite tant que le patient est asymptomatique, qu'il n'est pas immunodéprimé ou insuffisant rénal chronique, et si les poussées n'impactent pas sa qualité de vie.

Le suivi des patients atteints de diverticulite pour prévenir les récidives

Aucun régime alimentaire ne peut être recommandé pour la prévention des récidives de diverticulite. Il est même recommandé de ne PAS contre-indiquer chez les patients porteurs d’une diverticulose la consommation de fruits à coque (noix, noisettes, amandes, pistaches, cacahuètes, etc.), de blé, de maïs ou de popcorn.

La prise de probiotiques n’est pas recommandée.

Après une diverticulite compliquée, une coloscopie est généralement nécessaire pour faire un bilan, six à douze semaines après la fin des symptômes.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster