Causes et diagnostic de l'artérite des jambes

Mis à jour : Jeudi 26 mars 2020

Quelles sont les causes de l'artérite des jambes ?

Dans la vaste majorité des cas, l’artérite oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est due à des dépôts de cholestérolplaques d’athérome ») sur la paroi interne des artères qui irriguent les jambes. Dans certains cas, la cause peut être congénitale ou liée à une maladie inflammatoire chronique (par exemple une maladie auto-immune).

Peut-on prévenir l'artérite des jambes ?

La prévention de l’AOMI repose sur la prévention des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires : alimentation équilibrée, exercice physique régulier et arrêt du tabac.

En cas d’excès de cholestérol ou d’hypertension artérielle, les traitements de ces maladies contribuent également à prévenir les artérites des membres inférieurs.

Comment diagnostique-t-on l'artérite des jambes ?

Le diagnostic de l’artérite oblitérante des membres inférieurs (AOMI) repose d’abord sur la comparaison entre la pression sanguine dans les artères de la cheville et dans celles du bras, au moment où les ventricules du cœur se contractent (pression systolique), le patient étant couché : c’est ce qu’on appelle l’index de pression systolique (IPS).

Chez les personnes souffrant d’AOMI, la pression sanguine au niveau de la cheville est plus faible qu’au niveau du bras (le sang passe moins bien dans la jambe). Lorsque la pression sanguine au niveau de la cheville est égale à moins de 90 % de celle au niveau du bras (IPS inférieur à 0,9), le diagnostic d’AOMI est posé.

Si l’IPS est inférieur à 0,8 mais supérieur à 0,4, on parle d’artérite modérée. En dessous d’un IPS de 0,4, l’artérite est dite sévère (la pression sanguine au niveau de la cheville est inférieure à 40 % de celle mesurée au bras). Dans certains cas, la pression systolique au niveau de la cheville est si faible que le médecin ne peut pas y sentir le pouls.

Ensuite, le médecin peut faire effectuer des examens complémentaires pour confirmer ce diagnostic et évaluer sa sévérité : échodoppler (une échographie de la circulation dans l’artère), voire angiographie (radiographie ou scanner après injection d’un produit opacifiant).

Le dépistage systématique de l'artérite des jambes
Chez certains patients, le médecin mesure systématiquement l’IPS afin de dépister une artérite des membres inférieurs le plus précocement possible :
  • chez les personnes qui ont un risque cardiovasculaire élevé ;
  • tous les cinq ans, chez les personnes diabétiques âgées de plus de 40 ans ou qui ont un diabète depuis plus de vingt ans, ainsi que celles qui ont d’autres facteurs de risque cardiovasculaire ;
  • chez les personnes âgées qui présentent un risque d’escarre du fait d’une immobilisation prolongée.
* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Ressource laboratoire1Cardiologie et maladies cardiovasculaires
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster