Comment réagir en cas d’entorse ?

Mis à jour : Mardi 13 avril 2021

SOMMAIRE Patient

VIDAL Reco associée

Que faire en cas d’entorse ?

  • Dans l’immédiat, interrompez l’activité et limitez le gonflement en appliquant la règle « GREC ».
  • Si une entorse de la cheville ne semble pas justifier une consultation médicale, demandez à votre pharmacien de vous conseiller un type d’attelle adapté à cette articulation, pour la soutenir et permettre de la maintenir au repos.
  • Vous pouvez également maintenir l’articulation au repos par une bande élastique. Pour soigner une entorse du doigt, vous pouvez solidariser le doigt blessé au doigt voisin à l’aide d’une bande adhésive.
  • En cas de douleur persistante, et en attendant de consulter le médecin, vous pouvez prendre un antalgique par voie orale – en évitant l’aspirine, susceptible d’aggraver les saignements.
Conduite à tenir en cas d’entorse
  alt Si les douleurs sont violentes.
  alt Si on ne peut plus marcher ni se servir du membre atteint.
  alt Si l'articulation « a du jeu ».
  alt Si l'hématome est important ou l'articulation fortement enflée.
  alt S'il n'y a aucune amélioration au-delà de 48 heures d'automédication.
  alt Si l'articulation est peu gonflée et peu douloureuse.
Légende
alt Consultez un médecin dans la journée.
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas d’entorse ?

Le médecin évalue la gravité de l’entorse à partir de l’interrogatoire (mécanisme de torsion de l’articulation, intensité de la douleur, notion de craquement…) et des signes associés (douleur à la palpation, gonflement, possibilité d’être en appui…). Il fait faire des radiographies en cas de suspicion de fracture. D'autres examens peuvent être prescrits (IRM...) en fonction de situations particulières. Le médecin peut être amené à vous revoir après 3 à 5 jours pour établir précisément le degré de gravité de l'entorse. Il prescrit des médicaments pour calmer la douleur et réduire l'inflammation. Il peut immobiliser l’articulation en faisant un strapping, une sorte de pansement qui maintient l’articulation au repos en bonne position. De plus en plus, la technique du strapping est remplacée par la prescription d’orthèses semi-rigides (des appareillages légers qui immobilisent l’articulation).

Il est parfois nécessaire de ménager l’articulation par l’utilisation de béquilles ou d’une attelle, ou par l’application d’un plâtre. Un traitement anticoagulant peut être prescrit prévenir le risque de phlébite dans certains cas. La durée de l’immobilisation est variable selon la gravité de l’entorse et l’évolution de la douleur. Des séances de rééducation fonctionnelle (kinésithérapie) sont parfois nécessaires pour reprendre des activités normales.

Le médecin peut également prescrire un arrêt de travail. La durée de cet arrêt est fonction de la gravité de l’entorse, des lésions associée, des moyens de transport utilisés et des possibilités d’adaptation de l’activité professionnelle, notamment en cas de travail physique important.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Actualités liées 5
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster