#Médicaments #Vigilance

Rituximab (MABTHERA) et leucoencéphalopathie multifocale progressive

Rituximab (MABTHERA) et leucoencéphalopathie multifocale progressive : le point de l'Afssaps
David Paitraud 29 janvier 2010 Image d'une montre2 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Médicaments

Médicaments

Un 3e cas de LEMP (leucoencéphalopathie multifocale progressive) d'évolution fatale a été rapporté chez une patiente de 73 ans atteinte de polyarthrite rhumatoïde et traitée par MABTHERA.
Contrairement aux cas précédents, cette patiente n'avait pas reçu de traitement antérieur par méthotrexate ou par anti-TNF (inhibiteur du facteur de nécrose tumorale).
Selon les dernières données disponibles, 126 cas de LEMP suspectée ou confirmée ont été rapportés dans le monde (dont 7 en France) chez des patients traités par MABTHERA dans des indications d'oncologie.
Par ailleurs, 4 cas de LEMP ont été rapportés chez des patients traités pour une pathologie auto-immune autre que la polyarthrite rhumatoïde (lupus érythémateux disséminé, vascularite, dermatomyosite) et 4 autres cas dans une indication hématologique (anémie hémolytique auto-immune, purpura thrombopénique idiopathique).
Le mécanisme d'action potentiel de MABTHERA dans le développement de la LEMP n'est pas défini.
Dans ce contexte, l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) rappelle que MABTHERA n'est pas indiqué en première ligne dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde.
Elle recommande aux professionnels de santé :
  • de prescrire MABTHERA conformément aux recommandations du RCP (résumé des caractéristiques du produit) ;
  • d'être particulièrement attentifs à l'apparition des premiers symptômes neurologiques évocateurs d'une LEMP, dont des modifications du comportement, une atteinte cognitive généralement associée à une maladresse, des troubles moteurs, une faiblesse musculaire à type d'hémiparésie, et des troubles de la vision. Des signes additionnels sont des déficits sensoriels, des vertiges et des crises convulsives ;
  • de suspendre le traitement par MABTHERA en cas d'apparition de symptômes évocateurs d'une LEMP.
Une consultation avec un neurologue doit être envisagée, ainsi que des examens complémentaires comprenant une IRM, une ponction lombaire afin de doser l'ADN du virus JC dans le liquide céphalorachidien, et des examens neurologiques répétés.

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster