#Santé publique #Données épidémiologiques #Recommandations

Explosion des cas de rougeole en Europe : un argument de plus en faveur de la vaccination

Face à la résurgence inquiétante des cas de rougeole sur le continent européen, Santé publique France rappelle l’importance de la mise à jour des vaccinations pour obtenir une couverture vaccinale élevée et espérer interrompre la circulation virale. 

Isabelle Hoppenot 06 février 2024 Image d'une montre4 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Une maladie virale très contagieuse.

Une maladie virale très contagieuse.

Mi-décembre 2023, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) [1] alertait sur l’explosion de la rougeole sur le continent européen : entre janvier et octobre 2023, 30 000 cas avaient en effet été rapportés. Cette croissance inquiétante, particulièrement en Russie et au Kazakhstan, s’est, comme anticipé, accélérée, pour atteindre quelque 42 000 cas à la fin de l’année 2023, chiffre à mettre en regard des 941 cas notifiés en 2022.

L’OMS précisait qu’en 2023, la rougeole a touché tous les groupes d’âge, et bien que des différences significatives dans la répartition des cas par âge ont été constatées selon les pays, globalement, 40 % concernaient des enfants âgés de 1 à 4 ans, et 20 % des adultes âgés de 20 ans et plus.

Le European centre for disease control (ECDC) de son côté faisait état le 13 janvier dernier [2] de 2 242 cas rapportés entre janvier et novembre 2023 dans les pays de l'Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE), dont les deux tiers en Roumanie.

En France, pays où la couverture vaccinale chez les nourrissons est élevée, un peu plus d’une centaine de cas ont été déclarés en 2023, alors que 15 l’avaient été en 2022, dont 5 importés. Des données épidémiologiques détaillées devraient être publiées au cours du premier trimestre 2024.

Une conséquence de l’épidémie de Covid-19

Selon les experts, cette résurgence de la rougeole est largement imputable au recul de la couverture vaccinale entre 2020 et 2022, en lien avec l’épidémie de Covid-19. 

En Europe, la couverture vaccinale pour une dose est passée de 96 % en 2019 à 93 % en 2022 et, pour la deuxième dose, de 92 % à 91 %. Au total, on estime que dans la Région européenne de l’OMS, plus de 1,8 million de nourrissons n’ont pas été vaccinés contre la rougeole entre 2020 et 2022.

La nécessité d’une couverture vaccinale élevée persistant dans le temps

Comme le rappelle Santé publique France (SPF) dans une mise au point du 26 janvier 2024 [3], seule une couverture vaccinale très élevée (95 % pour les deux doses) et maintenue pourrait permettre la disparition de la rougeole, maladie virale très contagieuse qui se transmet par voie aérienne et ne bénéficie d’aucun traitement spécifique.

En France, la vaccination contre la rougeole est obligatoire pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 selon un schéma à deux doses (la première à 12 mois et la seconde entre 16 et 18 mois) [4]. Pour être à jour, les personnes nées après 1980 devraient avoir reçu deux doses de vaccin, quels que soient les antécédents vis-à-vis de l’une des trois maladies couvertes par le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR).

Depuis la mise en place du caractère obligatoire de la vaccination, une amélioration de la couverture vaccinale des nourrissons par un vaccin ROR a été constatée et l’objectif d’une couverture vaccinale (deux doses) de 95 % à l’âge de 2 ans pourrait être bientôt atteint. Selon les dernières données disponibles, la couverture vaccinale à 2 ans est de 91,3 % pour les deux doses (de 94,3 % pour une dose).

Toutefois, certaines populations restent insuffisamment vaccinées. C’est notamment le cas des jeunes adultes (18-35 ans), chez lesquels le taux de couverture vaccinale déclarée, de 90,4 % en France métropolitaine, cache de grandes disparités régionales, et des personnes éloignées des systèmes de santé.

Pour interrompre la circulation du virus et atteindre l’objectif d’élimination de la rougeole fixé par l’OMS, il est donc essentiel de vérifier le statut vaccinal contre la rougeole et de mettre à jour, le cas échéant, la vaccination dans les tranches d’âge plus élevées.

Une surveillance épidémiologique fondée sur la déclaration obligatoire

La surveillance de la rougeole repose sur la déclaration obligatoire et un réseau de partenaires. Tout cas de rougeole (clinique ou confirmé) doit être signalé sans délai par les professionnels de santé (cliniciens et biologistes) au médecin de l’Agence régionale de santé (ARS). Le Centre national de référence (CNR) des virus de la rougeole, de la rubéole et des oreillons assure le génotypage des virus et contribue à l’investigation des cas groupés et des chaînes de transmission.

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster