Quinine dans le traitement des crampes : restriction de l'indication

- Date de publication : 24 janvier 2012
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 784 lecteurs
Médicaments à base de quinine indiqués dans le traitement d'appoint des crampes musculaires essentielles, restriction de l'indication et mise à jour des données de sécurité
Médicaments

Médicaments

Les conclusions de la réévaluation du rapport bénéfice/risque des spécialités contenant de la quinine, utilisées dans le traitement d'appoint des crampes musculaires essentielles, ont conduit l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament des produits de santé) à prendre les mesures suivantes :
  • restreindre l'indication de ces spécialités au traitement d'appoint de la crampe idiopathique nocturne de l'adulte après échec des mesures non pharmacologiques ;
  • préciser qu'en l'absence de bénéfice après 4 semaines, le traitement par la quinine doit être arrêté ;
  • alerter les professionnels de santé du risque de survenue d'effets indésirables immunoallergiques (pancytopénie, thrombopénie, choc anaphylactique, hépatite), particulièrement en début de traitement, ou à type de cinchonisme (ensemble de symptômes incluant accouphènes et baisse aiguë de l'acuité auditive, vertiges, céphalées, nausées, troubles de la vision, et risque d'anémie hémolytique compliquée ou non d'insuffisance rénale aiguë) et recommander l'arrêt immédiat et définitif du traitement (ainsi que la consommation de boissons contenant de la quinine) en cas d'apparition de ces effets indésirables.
L'ANSM recommande aux professionnels de santé de prendre la décision de prescrire une spécialité dans cette indication après bilan étiologique et lorsque les mesures non pharmacologiques (étirement musculaire, hydratation adéquate, etc) ont échoué.
En outre, l'ANSM demande :
  • de respecter strictement les contre-indications et de ne pas utiliser la quinine dans cette indication durant la grossesse ;
  • de ne pas utiliser la quinine chez les patients ayant eu des antécédents d'effets indésirables lors de son administration, sous forme de médicament ou dans les boissons en contenant ; d'informer les patients du risque d'effets indésirables immunoallergiques à type de thrombopénie, d'hépatite ou d'allergie (choc anaphylactique, oedème de Quincke) survenant particulièrement pendant les premières semaines de traitement.
Les médicaments concernés par cette information sont HEXAQUINE comprimé enrobé, HEXAQUINE ADULTES suppositoire, OKIMUS comprimé enrobé et QUININE VITAMINE C GRAND comprimé enrobé. 

Sources : AFSSAPS , ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster