1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Il existe des alternatives aux HEA pour le remplissage vasculaire en situation critique.

Il existe des alternatives aux HEA pour le remplissage vasculaire en situation critique.

Par David Paitraud - Date de publication : 29 septembre 2022 - Image d'une montre Lecture : 5 minutes

ISOVOL, RESTORVOL, VOLUVEN (hydroxyéthylamidon) : suspension des AMM à partir du 3 octobre 2022

Les AMM de toutes les spécialités à base d'hydroxyéthylamidon seront suspendues à compter du 3 octobre 2022. Le rapport bénéfice/risque de ces médicaments est jugé défavorable, en raison notamment du non-respect des mesures de réduction des risques.

Résumé

Les autorisations de mise sur le marché (AMM) des solutions pour perfusion à base d’hydroxyéthylamidon (HEA) seront suspendues en France le 3 octobre 2022. Un rappel des lots sera mis en œuvre ce même jour.

Les spécialités concernées sont ISOVOL 6 % solution pour perfusion, RESTORVOL 6 % solution pour perfusion, VOLUVEN solution pour perfusion. 

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) applique une décision européenne, selon laquelle le rapport bénéfice/risque de ces médicaments est jugé défavorable en raison d'un risque accru d'atteinte rénale et de mortalité dans certaines populations de patients. L'existence d'alternatives thérapeutiques a également été prise en compte.

En outre, malgré les mesures mises en place depuis 2013 pour réduire ce risque, une étude montre la persistance de pratiques à risque, notamment l'utilisation de ces médicaments chez des patients présentant des contre-indications. À ce jour, aucune mesure supplémentaire permettant d’améliorer davantage la conformité des prescriptions et de réduire les risques associés aux médicaments à base de HEA n’a pu être identifiée.

En conséquence, les professionnels de santé ne doivent plus utiliser les solutions pour perfusion à base d’HEA et doivent envisager les alternatives de traitement appropriées ; des recommandations pour le choix du soluté pour le remplissage vasculaire en situation critique ont été élaborées par un groupe d'experts.

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé la suspension des autorisations de mise sur le marché (AMM) de toutes les spécialités à base d'hydroxyéthylamidon (HEA) commercialisée en France, à partir du 3 octobre 2022 [1, 2] :

  • ISOVOL 6 % solution pour perfusion (laboratoire B. Braun) ;
  • RESTORVOL 6 % solution pour perfusion (laboratoire B. Braun) ;
  • VOLUVEN solution pour perfusion (laboratoire Fresenius Kabi).
     

À cette même date, les laboratoires concernés organiseront un rappel de l'ensemble des lots de ces médicaments distribués sur le marché français. 

L'ANSM applique une décision européenne du 24 mai 2022 s'appuyant sur un avis du comité pour l’évaluation des risques en pharmacovigilance (PRAC) de février 2022 [3]. Le PRAC a jugé le rapport bénéfice/risque de ces médicaments défavorable. 

L'épilogue après dix ans de tentative de réduction des risques

Les médicaments à base d'HEA sont des colloïdes artificiels de remplissage vasculaire, indiqués pour le traitement de l'hypovolémie due à des pertes sanguines aiguës lorsque l’utilisation des cristalloïdes seuls (solutions salines) est jugée insuffisante.

Depuis 2013, ces médicaments font l'objet d'une réévaluation régulière au niveau européen, suite à la mise en évidence d'un risque accru d'atteinte rénale et de décès dans certaines populations de patients, notamment les patients atteints de sepsis, une infection grave locale qui se généralise à tout l’organisme, les patients insuffisants rénaux, les patients en réanimation, les grands brûlés, etc. 

Une série de mesures pour réduire le risque...

Depuis près de dix ans, plusieurs mesures ont été mises en place pour protéger ces patients vulnérables et mieux informer les professionnels de santé sur les risques associés aux médicaments à base d'HEA :

  • une restriction de l'indication au seul traitement de l'hypovolémie due à des pertes sanguines aiguës lorsque l'utilisation de cristalloïdes seuls est jugée insuffisante (cf. notre article du 21 novembre 2013) ;
  • la mention, dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) et la notice, de mises en garde et de contre-indications (cf. Encadré ci-dessous) concernant ces populations vulnérables (cf. notre article du 21 novembre 2013) ;
  • l'affichage de mises en garde directement sur les conditionnements extérieurs ;
  • depuis le 16 avril 2019 (cf. notre article du 11 septembre 2018, mis à jour le 7 mars 2019), la mise en place d’un programme d’accès contrôlé (PAC) comprenant la formation obligatoire des prescripteurs sur l’utilisation appropriée de ces médicaments et la limitation de leur délivrance uniquement dans des hôpitaux agréés ;
  • la surveillance continue de la tension et du rythme cardiaque, pour arrêter la perfusion d’HEA le plus tôt possible.
Encadré - Contre-indications à l'utilisation des solutés de HEA
  • Patients atteints de sepsis, en raison de l'augmentation du risque d'atteinte rénale ;
  • patients brûlés ;
  • en cas d'insuffisance rénale ou de thérapie d'épuration extrarénale continue ;
  • en cas d'hémorragie intracrânienne ou cérébrale ;
  • patients de réanimation (admis en unités de soins intensifs), en raison de l'augmentation du risque d'atteinte rénale ;
  • patients en surcharge hydrique, dont les patients avec œdème pulmonaire ;
  • patients déshydratés ;
  • en cas de coagulopathie sévère ;
  • en cas d'insuffisance hépatique sévère.

... mais insuffisamment mises en œuvre sur le terrain

En 2017, l'évaluation de ces mesures à travers deux études d'utilisation des médicaments à base d'HEA a mis en évidence leur mise en œuvre insuffisante en pratique clinique. Selon ces études, une utilisation de ces médicaments persistait chez des patients présentant une contre-indication. 

Suite à ce constat, les autorités européennes ont imposé aux laboratoires de mener une nouvelle étude d'utilisation des solutés à base d'HEA en 2018.

Les résultats de cette nouvelle étude, analysés par le PRAC en février 2022, confirment que les mesures de réduction de risque ne sont pas systématiquement respectées, notamment le respect des contre-indications et des précautions d'emploi.

Des recommandations pour orienter vers les alternatives aux solutés à base d'HEA 

Le choix du soluté pour le remplissage vasculaire en situation critique a fait l'objet de recommandations d'experts de la Société française d'anesthésie et de réanimation (SFAR) et de la Société française de médecine d'urgence (SFMU) [4]. Ce document permet de présenter les alternatives aux médicaments à base d’hydroxyéthylamidon (HEA) en fonction des situations thérapeutiques :

  • champ 1 : patients atteints de sepsis ou de choc septique ;
  • champ 2 : patients en situation de choc hémorragique ;
  • champ 3 : patients cérébrolésés ;
  • champ 4 : patientes en péripartum.

Les principales alternatives aux colloïdes de synthèse (HEA, gélatine) sont les colloïdes naturels (albumine), et les solutés cristalloïdes au sein desquels on retrouve les solutés isotoniques (NaCl 0,9 %, Plasmalyte, Isofundine), les solutés hypotoniques (Ringer Lactate), et les solutés hypertoniques (NaCl 3 %, NaCl 7,5 %).

 

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Dans la même rubrique
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster