Cas de leishmaniose cutanée signalés au Venezuela

Par MORVAN JACQUES - Date de publication : 10 mai 2022
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 37 lecteurs
Médecine des voyages

Médecine des voyages

Au Venezuela, au moins 66 cas de leishmaniose cutanée ont été signalés dans la paroisse civile de Sabana de Uchire, municipalité de Bruzual dans l'Etat d'Anzoátegui, dans le nord-est du pays. On estime que les personnes ont commencé à tomber malades en janvier 2022.

Il est noté que trois raisons expliquent l'augmentation des cas : les phlébotomes abondent dans la région, les gens n'ont pas pu aller chez le médecin et pendant 20 ans il n'ya pas eu de désinsectisation.

Rappel sur les leishmanioses cutanées:

Les leishmanioses sont des parasitoses dont l'agent pathogène est un protozoaire flagellé du genre Leishmania. Il s'agit d'une zoonose, transmise de vertèbré à vertèbré par un moucheron hématophage, le phlébotome. Les phlébotomes piquent surtout le soir et la nuit par temps calme. Leur gîte est constitué par les anfractuosités de murs et de terriers où ils se gorgent sur des mammifères pouvant constituer le réservoir pour certaines espèces de leishmanies.

Parmi les leishmanioses cutanée on distingue 2 formes :

  • Les leishmanioses cutanées où la lésion élémentaire est un nodule non ulcéré de petite taille. Puis les nodules deviennent très nombreux et disséminés sur l'ensemble du corps qui deviennent confluents et forment de larges plaques infiltrées. L'aspect du malade s'apparente à celui d'un lépreux lépromateux, notamment au niveau du visage (aspect léonin).
  • Les leishmanioses cutanéo-muqueuses qui évolue en deux temps : la lésion cutanée initiale pouvant être ultérieurement suivie par une atteinte muqueuse secondaire qui débute à la muqueuse nasale avec un granulome qui siège souvent à la partie antérieure de la cloison nasale, rapidement envahie et détruite. La perforation qui en résulte est considérée comme un symptôme quasi pathognomonique de leishmaniose cutanéo-muqueuse.
Il est conseillé aux voyageurs de se protéger des piqûres de phlébotome. Il convient de respecter les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle :

 

  • port de vêtements couvrants ;
  • répulsifs anti-moustiques, contenant du DEET, sur la peau découverte ;
  • vêtements et moustiquaire imprégnés d'insecticide pour la sieste et la nuit ;
  • pulvérisations domiciliaires et péridomiciliaires de pyréthrinoïdes de synthèse ;
  • les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif, au moins, 20 minutes après l'écran solaire.

Source : Outbreak News Today.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster