COVID-19 : anticiper la détérioration de l'état clinique des patients sans facteur de risque

- Date de publication : 27 avril 2021
1
2
3
4
5
4.6
(5 notes)
vu par 8020 lecteurs
En complément des réponses rapides relatives à la prise en charge de premier recours des patients suspectés de COVID-19 élaborées en juin 2020, la HAS* publie une nouvelle série de réponses rapides visant à anticiper les formes graves de l'infection, en l'absence de facteurs de risque et dans le cadre d'une prise en charge en ville. 

Selon la HAS, une personne diagnostiquée COVID-19 (diagnostic confirmé par test antigénique ou RT-PCR), même en l'absence de symptômes ou en cas de symptômes légers, doit consulter un médecin, afin d'identifier d'éventuels signes d'aggravation de l'infection. 

Ces recommandations précisent en particulier les situations au cours desquelles la prescription d'un oxymètre de pouls pour une mesure de la SpO2 à domicile est pertinente. EDIT du 27 avril 2021 : création d'un forfait de prise en charge de l'oxymètre de pouls : forfait de mise à disposition + forfait de location hebdomadaire /FIN EDIT



 
La mesure de la saturation pulsée en oxygène au doigt fait partie de l'évaluation médicale du patient COVID-19 +, même asymptomatique (illustration).

La mesure de la saturation pulsée en oxygène au doigt fait partie de l'évaluation médicale du patient COVID-19 +, même asymptomatique (illustration).


La HAS publie une nouvelle série de réponses rapides, relatives à la prise en charge des patients COVID-19 en ambulatoire. Les objectifs de ce document sont multiples 
  • rappeler l'importance de toujours consulter un médecin dès le début de l'infection, même en l'absence de symptômes et de symptômes légers ;
  • souligner l'intérêt d'anticiper une détérioration de l'état clinique du patient, en particulier entre 6 à 12 jours après le début de l'infection ;
  • préciser la place de la mesure de la saturation en oxygène (SpO2) lors de la consultation médicale ; 
  • expliquer l'intérêt de prescrire un oxymètre de pouls chez certains patients, pour une utilisation à domicile ; 
  • préciser les modalités d'utilisation de l'oxymètre de pouls à domicile. 

Détérioration de l'état clinique : une réalité susceptible de toucher tous les patients COVID-19
Bien que l'âge soit le facteur de risque majeur de forme grave d'infection COVID-19, la situation actuelle dans les hôpitaux indique que 
tous les patients infectés par le SARS-CoV-2 sont susceptibles d'être hospitalisés ou d'être admis en réanimation suite à une dégradation brutale de leur état de santé. 
Une détérioration de l'état clinique survient majoritairement entre 6 et 12 jours après l'apparition des symptômes. 


Cette réalité conduit la HAS à sensibiliser les patients diagnostiqués positifs à la COVID-19 (par un test antigénique ou RT-PCR) sur l'importance de consulter un médecin, même en l'absence de symptômes ou en cas de symptômes légers au début de l'infection (cf. Encadré 1).

Encadré 1 - Réponses 1 et 2 : consulter le médecin en cas de statut COVID-19+
Réponse rapide n°1 : À l'annonce du test positif, même en l'absence de symptômes, le patient doit être informé que son état peut s'aggraver, en particulier, entre J6 et J12 après le début des symptômes (s'ils apparaissent). Cette alerte pourra apparaître en une phrase sur le compte rendu du test positif au COVID-19.

Réponse rapide n°2 : Les patients qui ont un test positif à la COVID-19 (test antigénique ou RT-PCR pour la COVID-19 réalisé en laboratoire d'analyse médicale, officine, barnum, etc.) sans consultation médicale préalable au diagnostic, doivent être orientés rapidement par le professionnel remettant le résultat au patient, vers un médecin généraliste (préférentiellement en présentiel, sinon en téléconsultation) pour la prise en charge initiale et la mise en place de la surveillance.

En pratique, la HAS recommande :
  • aux personnes ayant un résultat positif au test COVID de prendre systématiquement rendez-vous auprès de leur médecin, 
  • aux personnes en charge de réaliser les tests (biologistes, pharmaciens d'officine, infirmiers, etc.) d'orienter les patients COVID+ à prendre rendez-vous systématiquement auprès de leur médecin, même en l'absence de symptômes (en plus des consignes relatives à l'isolement). 
S'agissant des autotests, tout résultat positif doit être confirmé par un test RT-PCR. Si le test de contrôle est positif, le patient doit consulter un médecin. 

Consultation en ville des patients COVID+ : objectifs

La consultation systématique d'un médecin généraliste en cas de COVID-19 doit permettre de prévenir la survenue brutale d'une détresse respiratoire et d'éviter une hospitalisation en urgence. 
 
Elle permet de réaliser un bilan sur l'état de santé du patient, de repérer d'éventuels facteurs de risque de forme sévère, d'initier la prise en charge et de mettre en place une surveillance adaptée à son profil.

Informations à fournir aux patients : signes évocateurs, temporalité de l'infection et conduite à tenir
Une première information portant sur les signes de détérioration de l'état de santé doit être délivrée lors de la remise du résultat du test, quel que soit le lieu de prélèvement et la nature du test utilisé. Lors de la consultation médicale, le médecin rappelle au patient COVID+ (même en l'absence de facteurs de risque ou de symptômes) les signes évoquant une dégradation de son état de santé (cf. Infra - Dernier paragraphe).

Une vigilance accrue est nécessaire entre le 6e et 12e jour suivant l'apparition des symptômes (ou le diagnostic pour les personnes asymptomatiques). 

Mesure de la saturation en oxygène au cabinet médical
L'évaluation initiale réalisée par le médecin généraliste comprend une mesure de la saturation pulsée en oxygène au doigt (SpO2) au repos (cf. Encadré 2).
Si la SpOest normale (c'est-à-dire supérieure ou égale à 96 %), la mesure est également effectuée à l'effort, après 40 pas dans la pièce par exemple.

 
Encadré 2 - Réponses 3 et 4 : mesure de la saturation en oxygène par le médecin
Réponse rapide n°3 : La mesure de la saturation pulsée en oxygène (SpO2) au doigt fait partie de l'évaluation médicale du patient.

Réponse rapide n°4 : Le médecin généraliste réalise systématiquement une mesure de la SpO2 au repos, et à l'effort si la SpO2 est > 96 % au repos.

Un patient sans facteur de risque et sans symptômes respiratoires bien informé ne nécessite pas de surveillance renforcée à l'issue de cette consultation.

Prescription d'un oxymètre de pouls : pour quels patients ?
Si le médecin identifie un ou des facteurs de risque de forme grave, la prescription d'un oxymètre de pouls est recommandée (cf. Liste des oxymètres de pouls références en base VIDAL au 16 avril 2021). 

Ce dispositif doit permettre de renforcer le suivi régulier du patient à risque à son domicile, en particulier entre J6 et J12 (cf. Figure 1). Cette surveillance sera effectuée en autosurveillance ou par un(e) IDE.

 
Figure 1 - Place de l'oxymètre de pouls dans le suivi en ambulatoire des patients COVID-19 (extrait des Réponses rapides de la  HAS du 13 avril 2021)


La HAS recommande le recours à un oxymètre de pouls pour les patients suivants : 
  • patients de plus de 65 ans,
  • ou patients ayant d'autres facteurs de risque de forme grave de la COVID-19,
  • ou patients ayant des signes respiratoires.
 
Modalités d'utilisation de l'oxymètre de pouls : au moins 3 fois par 24 heures
Le mesure de la SpO2 doit être effectuée avec un oxymètre de pouls disposant le marquage CE.
Elle est réalisée au moins 3 fois par 24 heures par le patient ou par un infirmier,
jusqu'à J14 après le début des symptômes ou après la date du test positif si le patient est asymptomatique, et dans le respect des bonnes pratiques suivantes :
  • patient en repos pendant 5 minutes avant la mesure ;
  • patient en position verticale (assise ou debout) ;
  • vernis à ongle ou faux ongles retirés ;
  • main réchauffée si elle est froide ;
  • main posée sur la poitrine au niveau du cœur ou sur la cuisse main à plat et position  immobile.

Concernant les instructions d'utilisation de l'oxymètre de pouls, la HAS formule les consignes suivantes, en complément des informations fournies dans la notice d'utilisation du fabricant : 
  • utiliser de préférence avec les doigts majeur ou index (pas sur l'oreille) ; 
  • allumer l'oxymètre de pouls et le placer sur le doigt ;
  • bien identifier sur l'écran quelle valeur correspond à la fréquence cardiaque et quelle valeur correspond à la SpO2 ;
  • garder l'oxymètre de pouls en place pendant au moins une minute, ou plus si la lecture continue de changer jusqu'à stabilisation de la valeur ;
  • enregistrer le résultat le plus élevé une fois que la lecture n'a pas changé pendant 5 secondes.

Encadré 2 - Réponses rapides : modalités de surveillance avec l'oxymètre de pouls
Réponse rapide n°6 : Pour cette surveillance à domicile, le médecin prescrira un oxymètre de pouls dispositif médical avec marquage CE. Certains oxymètres de pouls répondent en outre à la norme ISO 80601-2-61 en vigueur.

Réponse rapide n°7 : La fréquence de la surveillance est d'au moins 3 fois par 24 heures ; jusqu'à J14 après le début des symptômes ou après la date du test positif si le patient est asymptomatique.

Conduite à tenir en fonction des résultats de la saturation ou de la survenue de signes de gravité

Le patient ou son entourage doivent alerter le SAMU dans les cas suivants :

  • saturation en oxygène inférieure à 95 %, ou perte de 3 points par rapport au taux habituel (mesurée à deux reprises à quelques minutes d'intervalle) ;
  • essoufflement ou aggravation de la respiration en moins de 1 heure, 
  • lèvres bleutées ; 
  • sueurs et frissons avec pâleur de la peau ;
  • malaise ; 
  • agitation, confusion ou somnolence.
EDIT du 27 avril 2021 : création d'un forfait de prise en charge de l'oxymètre de pouls : forfait de mise à disposition (code 1131891) + forfait de location hebdomadaire (code 1149282) - cf. Annexe de l'arrêté du 23 avril 2021 (Journal officiel du 24 avril 2021 - texte 28) /FIN EDIT

Pour aller plus loin
Covid-19 : quel suivi pour les patients Covid+ en ambulatoire ? (HAS, 13 avril 2021)
Réponses rapides dans le cadre de la COVID-19 - Suivi des patients Covid-19 en ambulatoire – Place de l'oxymètre de pouls (HAS, 13 avril 2021)
Prise en charge de premier recours des patients suspectés de Covid-19 (HAS, 26 juin 2020)

EDIT du 27 avril 2021
Arrêté du 23 avril 2021 précisant les modalités de prise en charge de l'oxymètre de pouls (Journal officiel du 24 avril 2021- texte 28)
DGS-URGENT n° 2021_47 : Place de l'oxymètre de pouls dans le suivi des patients COVID-19 en ambulatoire (DGS, 26 avril 2021)
/FIN EDIT

Sur Vidal.fr
L'OXYMÈTRE DE POULS AU TEMPS DE LA COVID-19 : UN OUTIL DEVENU INDISPENSABLE (6 mai 2020)

 

Sources : HAS (Haute Autorité de Santé)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster