L’absence d’épidémie de grippe saisonnière en Europe se confirme

- Date de publication : 22 mars 2021
1
2
3
4
5
3.0
(1 note)
vu par 325 lecteurs
Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

Un article publié le 18 mars 2021 dans la revue Eurosurveillance sous l’égide du Réseau européen de surveillance de la grippe décrit les caractéristiques de l'épidémiologie de la grippe dans la région européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la semaine 40/2020 (fin septembre 2020) à la semaine 8/2021 (fin février 2021), période où habituellement l'activité grippale est  la plus élevée. Les résultats sont comparés à ceux des six saisons précédentes (2014/15-2019/20).

1. Surveillance des cas

Pendant cette période, dans le cadre de la surveillance sentinelle, 37 pays et territoires de la Région européenne de l'OMS ont testé 25 606 échantillons sentinelles contre en moyenne 39 407 par an au cours de la période 2014/15-2019/20. Le nombre d’échantillons testés en 2020/2021 était similaire à celui des saisons précédentes entre les semaines 40/2020 et 2/2021, mais inférieur à partir de la semaine 3 de 2021. Le taux de positivité pour le virus de la grippe est de 0,13 % (33 positifs), contre un taux moyen de positivité annuel de 38 % (en moyenne, 14 966 positifs pour 39 407 échantillons par an) au cours des saisons précédentes.

À la semaine 8/2021, 35 pays et territoires avaient testé 424 541 spécimens provenant de sources non sentinelles, dont 679 (0,16 %) se sont révélés positifs pour le virus de la grippe. Les échantillons positifs ont été signalés par 19 pays et territoires, le Royaume-Uni ayant signalé 72 % des cas (n=488). Si le nombre d’échantillons testés se situe dans la fourchette attendue lorsqu'on le compare à des périodes similaires au cours des six dernières saisons, le nombre de positifs est inférieur de 99,4 % à la moyenne annuelle de 117 777 sur la période 2014/15-2019/20.

Concernant les cas hospitalisés, jusqu'à la semaine 8/2021, seule l'Ukraine a signalé 9 cas de grippe hospitalisés dans des unités de soins non intensifs (non-USI) et deux pays, l’Ukraine et l’Angleterre, ont signalé respectivement 2 et 9 cas de grippe hospitalisés dans des USI. La chute des hospitalisations est donc de 99,9 % (non-USI) et de 99,8 % (USI) par rapport aux moyennes annuelles respectives de 6 904 (non-USI) et 4 602 (USI) pour la même période des saisons précédentes.

Concernant les formes graves, 13 pays et territoires non membres de l'UE/EEE ont testé 8 446 infections respiratoires aigües sévères (IRAS) pour la grippe et seuls 15 cas (0,2 %) ont été déclarés positifs (11 en Ukraine, 3 en Arménie et un en Azerbaïdjan). Un nombre significativement plus élevé de cas d’IRAS ont été testés pour la grippe cette saison par rapport à la moyenne annuelle de 7 213 IRAS testées pendant la même période au cours des six dernières saisons dont 2 175 (30,2 %) étaient testés positifs pour la grippe, soit une réduction de 99,3 % des cas de grippe, et ce malgré l'augmentation du nombre de tests pratiqués.

2. Caractérisation des virus circulant

Sur les 33 virus identifiés dans le cadre de la surveillance sentinelle, 20 (61 %) étaient des virus de type A (13 virus A(H1)pdm09, 6 virus A(H3) et un virus de type A non sous-typé) et 13 (39%) étaient de type B (2 appartenaient à la lignée B/Victoria).

Sur les 679 virus identifiés dans le cadre de la surveillance non sentinelle, 343 (50,5 %) étaient des virus de type A (28 virus A(H1)pdm09, 37 virus A(H3) et 278 virus de type A non sous-typés), et 336 (49,5 %) étaient de type B (6 appartenaient à la lignée B/Victoria,  2 appartenaient à la lignée B/Yamagata, 328 n’étaient pas sous-typés).

La surveillance hospitalière en laboratoire a permis d'observer davantage de cas de grippe A, en particulier de type A(H1)pdm09 : en dehors des services de soins intensifs, 7 (78 %) des 9 virus de type A étaient de sous-type A(H1)pdm09, tandis que dans les services de soins intensifs, les 11 (100 %) échantillons étaient tous des virus de type A, dont un sous-typé A(H1)pdm09. Le faible nombre de détections dans l'ensemble limite l'interprétation de ces résultats.

Sur les 15 virus isolés de formes graves, 14 (93) étaient de type A (8 virus A(H1)pdm09, 3 virus A(H3N2), 3 virus non sous-typés) et un de type B.

3. Conclusions 

Les conclusions de cet article rejoignent celles d'une nouvelle récemment publiée sur MesVaccins.

  • Dans la Région européenne de l'OMS, au cours de la période S40/2020-S8/2021, la grippe saisonnière s’est exprimée uniquement sous la forme de cas sporadiques avec un seuil épidémique qui n’a jamais été atteint.
  • Contrairement aux saisons précédentes, les données issues de la surveillance non sentinelle ont fourni des informations épidémiologiques importantes dans le cadre de la surveillance de la grippe saisonnière, la plupart des échantillons testés positifs ayant été probablement prélevés pour des tests parallèles du SARS-CoV-2.
  • Seuls quatre virus de la grippe ont été caractérisés génétiquement cette saison, et aucun virus n'a été caractérisé antigéniquement, ce qui fournit des informations limitées pour les décisions relatives à la composition des futurs vaccins.
  • Étant donné que le taux de reproduction initial du virus (R0) de la grippe est inférieur à celui du SARS-CoV-2, les mesures visant à limiter la circulation de ce dernier sont susceptibles d'expliquer l'impact beaucoup plus fort sur la circulation de la grippe.
* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster