Exposition à l'isotrétinoïne orale pendant la grossesse : risque potentiel de troubles neurodéveloppementaux

Par Isabelle COCHOIS - Date de publication : 18 février 2021
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1249 lecteurs
Déjà connue pour son risque tératogène, l'isotrétinoïne orale pourrait également comporter un risque de troubles neurodéveloppementaux, avec ou sans malformation visible, chez l'enfant à naître exposé in utero.

Ce nouveau risque potentiel fait l'objet d'une alerte de l'ANSM* auprès des professionnels de santé et des patientes, dont l'attention est appelée sur 
la nécessité du strict respect des mesures de prévention des grossesses chez les patientes traitées par isotrétinoïne orale.

Dans l'attente des résultats d'investigations plus poussées actuellement en cours, les patientes exposées à l'isotrétinoïne orale doivent être informées que l'absence d'anomalie visible à l'échographie pendant la grossesse ou à la naissance ne permet pas d'écarter la possibilité chez l'enfant à naître d'un trouble, notamment neurodéveloppemental à type de retard mental ou de retard des fonctions motrices (équilibre, marche, etc.).


* Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
 
En cas de découverte d'une grossesse ou si la patiente pense être enceinte, le traitement par isotrétinoïne orale doit être arrêté immédiatement (illustration).

En cas de découverte d'une grossesse ou si la patiente pense être enceinte, le traitement par isotrétinoïne orale doit être arrêté immédiatement (illustration).


La prise d'isotrétinoïne orale contre l'acné sévère pendant la grossesse pourrait exposer l'enfant à naître à un risque de troubles neurodéveloppementaux, avec ou sans malformation visible (cf. Encadré 1).
 
Encadré 1 - Indication de l'isotrétinoïne orale
Acnés sévères (telles que acné nodulaire, acné conglobata ou acné susceptible d'entraîner des cicatrices définitives) résistantes à des cures appropriées de traitement classique comportant des antibiotiques systémiques et un traitement topique (cf. VIDAL Reco "Acné").
L'isotrétinoïne orale est indiqué chez les adultes et les enfants âgés de plus de 12 ans.

Telles sont les conclusions du Comité scientifique permanent (CSP) Reproduction-Grossesse-Allaitement de l'ANSM qui a réalisé une revue des données disponibles sur ces troubles. Cette revue a été initiée suite à la déclaration au réseau national des centres de pharmacovigilance d'une suspicion de troubles autistiques chez un jeune enfant exposé pendant la grossesse à l'isotrétinoïne et né sans malformation visible.

Ce risque potentiel s'ajoute à celui déjà connu de malformations associé, dans plus de 30 % des cas, à la prise d'isotrétinoïne orale pendant la grossesse, à type de d'anomalies du cerveau, du visage et du cœur, chez l'enfant exposé in utero.

Un risque à confirmer
Ce risque restant à confirmer et à caractériser, la faisabilité d'une étude de pharmacoépidémiologie sur les données de l'assurance maladie (Système national des données de santé [SNDS]) va être étudiée par le Groupe d'intérêt scientifique (GIS) EPI-PHARE.

Ce risque potentiel de troubles neurodéveloppementaux n'est pas mentionné explicitement dans les documents d'information (résumé des caractéristiques du produit [RCP] et notice) des médicaments à base d'isotrétinoïne orale (cf. Encadré 2) : sont cités des malformations fœtales, notamment des anomalies du système nerveux central.

 
Encadré 2 - Médicaments à base d'isotrétinoïne orale commercialisés en France au 18 février 2021

N'étant pas confirmé à ce jour au niveau européen, ce risque devra faire l'objet d'un partage des données disponibles et à venir avec l'Agence européenne du médicament (EMA).

Les recommandations de l'ANSM aux professionnels de santé
Dans ce contexte, l'ANSM souhaite attirer l'attention des professionnels de santé sur la nécessité de respecter strictement les mesures existantes de réduction des risques (cf. Encadré 3) afin de "garantir la sécurité d'utilisation de ces médicaments ayant un effet tératogène puissant".

 
Encadré 3 - Mesures de prévention des grossesses chez les patientes traitées par isotrétinoïne orale 
Avant, mensuellement pendant tout le traitement, puis un mois après l'arrêt du traitement :
  • contraception hautement efficace et sans interruption,
  • réalisation de tests de grossesse.
En cas de découverte d'une grossesse ou si la patiente pense être enceinte :
  • arrêt immédiat du traitement,
  • orientation de la patiente vers un confrère spécialiste ou compétent en tératologie pour évaluation et conseil.

Les patientes doivent être informées sur ces risques et sur les mesures de prévention des grossesses.

Elles doivent également être prévenues qu'en cas d'exposition à l'isotrétinoïne orale, l'absence d'anomalie visible à l'échographie pendant la grossesse ou à la naissance "ne permet pas d'anticiper que l'enfant ne présentera pas de troubles, notamment de troubles neurodéveloppementaux à type de retard mental ou de retard des fonctions motrices (équilibre, marche, etc.)".
 
Pour aller plus loin
Traitement contre l'acné sévère avec isotrétinoïne orale : l'ANSM informe d'un risque potentiel de troubles neuro-développementaux en cas d'exposition pendant la grossesse (ANSM, 18 février 2021)

 

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster