eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

COVID-19 : suspension des essais évaluant l’anakinra

- Date de publication : 03 Novembre 2020
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1 lecteur
L'inhibiteur des récepteurs de l'interleukine 1 anakinra (KINERET) fait partie des pistes thérapeutiques à l'étude dans le cadre du traitement des patients COVID-19 positifs. 
L'analyse intermédiaire des données de l'essai ANACONDA-COVID-19 (CHRU Tours) montre une surmortalité précoce chez les patients recevant l'anakinra, en comparaison aux patients recevant uniquement des soins standards optimisés.
Bien que non définitifs, ces résultats conduisent à la suspension des inclusions dans l'ensemble des essais cliniques menés avec l'anakinra et autorisés en France dans le cadre de l'infection COVID-19. 

En revanche, ces données ne remettent pas en cause le rapport bénéfice/risque de l'anakinra dans les indications de son AMM (autorisation de mise sur le marché). Les patients traités habituellement par KINERET 100 mg/0,67 mL solution injectable en seringue préremplie doivent poursuivre leur traitement, au risque d'une décompensation de leur maladie. 
Représentation en 3D de la structure de l'anakinra (illustration @Selket sur Wikimedia).

Représentation en 3D de la structure de l'anakinra (illustration @Selket sur Wikimedia).


Anakinra et infection COVID : un candidat pour bloquer l'orage cytokinique...
L'anakinra est un antagoniste de l'interleukine-1, commercialisé en France dans la spécialité KINERET 100 mg/0,67 mL solution injectable en seringue préremplie (cf. Encadré 1 - Indications thérapeutiques).

Encadré 1 - Indications thérapeutiques de KINERET et conditions de prescription
  • Polyarthrite rhumatoïde (PR)
  • Syndromes de fièvre périodique :
    • Syndromes périodiques associés à la cryopyrine (Cryopyrin-Associated Periodic Syndromes ou CAPS)
    • Fièvre méditerranéenne familiale (FMF)
  • Maladie de Still

KINERET est soumis à prescription initiale hospitalière, réservée à certains spécialistes (dermatologie, médecine interne, pédiatrie, rhumatologie). 
KINERET est médicament d'exception (remboursement à 65 %). La prescription doit être établie en conformité avec la fiche d'information thérapeutique.


Dès le printemps 2020, plusieurs essais cliniques ont été initiés pour évaluer l'intérêt de l'anakinra dans le traitement des formes graves de COVID-19. Plus précisément, du fait de ses propriétés sur le système immunitaire (neutralisation de la cytokine pro-inflammatoire IL-1), l'anakinra est apparu comme un candidat potentiel pour bloquer l'orage inflammatoire cytokinique observé dans les formes graves d'infection par le SARS-CoV-2. 

L'un de ces essais cliniques portant sur l'anakinra est dirigé par le CHRU de Tours (promoteur). Baptisé ANACONDA-COVID-19, cet essai contrôlé, randomisé, multicentrique, en ouvert, a pour objectif d'évaluer l'efficacité de l'anakinra (400 mg par jour pendant 3 jours, puis 200 mg par jour pendant 7 jours) associé aux soins standards optimisés par rapport aux soins standards optimisés seuls, chez 240 patients atteints de COVID-19 et présentant une aggravation des symptômes respiratoires ainsi qu'une composante inflammatoire biologique. 

...mais des premiers résultats défavorables, caractérisés par une surmortalité dans le groupe anakinra
Les résultats intermédiaires d'ANACONDA-COVID-19 récemment dévoilés montrent une surmortalité précoce dans le groupe anakinra en comparaison au groupe traité par des soins standards optimisés seuls
.
Cette première analyse (non définitive) suggère un effet délétère de l'anakinra chez les patients traités pour une forme grave de COVID-19. Les informations disponibles à ce stade ne permettent pas d'expliquer la différence entre les deux bras de traitement.

Suspension des inclusions dans tous les essais cliniques évaluant l'anakinra dans la COVID-19
Suite à ces résultats intermédiaires, le CHRU de Tours a décidé de suspendre les inclusions dans l'essai ANACONDA-COVID-19. 
En parallèle, les inclusions sont également suspendues dans les autres essais cliniques menés avec l'anakinra et autorisés en France dans l'indication COVID-19. "Ces essais cliniques étaient déjà arrêtés ou n'avaient pas encore débuté", précise l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).  

Utilisation de KINERET dans le cadre de l'AMM : poursuivre les traitements en cours
Cette décision ne concerne que les essais cliniques relatifs à l'infection COVID-19. 
Les essais cliniques évaluant l'anakinra dans d'autres situations ne sont pas concernés. 

En outre, les résultats de l'essai ANACONDA ne remettent pas en cause le rapport bénéfice/risque de l'anakinra lorsqu'il est utilisé dans le cadre de son AMM (autorisation de mise sur le marché - cf. Encadré 1). 

Les patients habituellement traités par KINERET dans le cadre d'une indication prévue par l'AMM doivent poursuive leur traitement. Un arrêt brutal d'un tel traitement expose à un risque de décompensation de la maladie, en particulier chez les patients souffrant de CAPS ou de FMF (risque de rechute de la maladie à l'arrêt du traitement). 

Quid des patients sous anakinra, avec des symptômes de COVID ?
En cas d'apparition de symptômes évocateurs de la COVID-19, les patients sous anakinra doivent consulter leur médecin.
L'ANSM rappelle qu'à l'heure actuelle, aucune preuve d'efficacité de l'anakinra pour traiter l'infection COVID-19 n'est disponible.  
En outre, rien n'indique que les patients traités habituellement par anakinra sont à risque de développer une forme sévère de la COVID-19.

Pour aller plus loin
Suspension des inclusions en France dans les essais clinique évaluant l'anakinra dans la prise en charge de la COVID-19 - Point d'information (ANSM, 29 octobre 2020)
Communiqué de presse - Evaluation de l'efficacité et de la tolérance de l'anakinra chez les patients atteints d'un COVID-19 avec aggravation des symptômes respiratoires : essai contrôlé randomisé multicentrique en ouvert (CHRU Tours, 27 avril 2020)

Sur VIDAL.fr
Choc cytokinique : les essais thérapeutiques en cours dans la COVID-19 (1er avril 2020)
Recherche thérapeutique et COVID-19 : 35 essais cliniques autorisés en France (21 avril 2020)

 

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Mentions légales - Contact webmaster