SARS-CoV-2 : un virus diabétogène ?

Par Patricia THELLIEZ -
1
2
3
4
5
5.0
(1 note)
vu par 5638 lecteurs


Le diabète est l'une des pathologies conduisant à un risque de formes sévères de COVID-19. A contrario, l'infection par le SARS-CoV-2 semble aussi pouvoir entraîner l'éclosion de nouveaux diabètes s'apparentant à des formes de type 1. C'est ce qu'ont mis en évidence plusieurs observations publiées depuis le début de la pandémie. Le registre COVIDIAB, mis en place pour mieux comprendre les liens entre COVID-19 et diabète, devrait notamment permettre de mieux comprendre et prendre en charge ces diabètes viro-induits. 
Le virus SARS-CoV-2 pourrait aussi induire un diabète (illustration).

Le virus SARS-CoV-2 pourrait aussi induire un diabète (illustration).


Très vite après le début de la pandémie par le SARS-CoV-2, le diabète est apparu comme un facteur de risque de formes sévères de COVID-19, notamment par le biais de l'obésité fréquemment associée. Cette donnée a été bien montrée par l'étude observationnelle française CORONADO (1), dont un VIDAL Live (2) et une actualité VIDAL (3) se sont fait l'écho.

L'apparition de diabètes de novo
Mais, progressivement, ont aussi été publiés des cas de patients chez lesquels l'infection par le SARS-CoV-2 a déclenché le développement d'un diabète. 
Ainsi, dans un article publié dans la revue Nature en juillet dernier (4), Smriti Mallapaty rapporte l'histoire d'un étudiant allemand de 18 ans, infecté par le SARS-CoV-2 et chez lequel sont apparues, quelques jours plus tard, une fatigue et une soif, des symptômes qui ont conduit au diagnostic de diabète de type 1.
Une équipe de Singapour (5) avait également signalé le cas d'un homme de 37 ans, hospitalisé après un épisode associant fièvre, vomissements, polydipsie et polyurie. Les examens ont mis en évidence une infection par le SARS-CoV-2, une hyperglycémie et une acidocétose, signant, là aussi, l'éclosion d'un diabète.

Quels mécanismes physiopathologiques envisager ?
Plusieurs auteurs se sont penchés sur les causes possibles du développement de diabètes de novo au cours de la COVID-19.
En premier lieu, il faut rappeler que les virus, y compris des coronavirus comme celui du SRAS (syndrome aigu respiratoire sévère), peuvent être à l'origine de maladies auto-immunes telles que le diabète de type 1.
Plus spécifiquement, comment le SARS-CoV-2 pourrait-il provoquer un diabète ?
Une des hypothèses est que le pancréas et d'autres organes impliqués dans le contrôle de la glycémie sont riches en inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2), protéine qui constitue une porte d'entrée du SARS-CoV-2. Le virus serait ensuite capable de détruire les cellules pancréatiques et de provoquer un diabète aigu.
Une autre possibilité est que le SARS-CoV-2 induise la production de chimiokines et de cytokines responsables d'une réponse immunitaire pouvant également entraîner une destruction cellulaire. Certains scientifiques comme Shane Grey sont eux d'avis que le virus pourrait, par le biais d'une inflammation majeure, altérer la capacité du pancréas à contrôler la glycémie et à libérer de l'insuline, tout en abaissant la détection de cette hormone par le foie et les muscles.
Jing Jie Chee et coll. (5) évoquent de leur côté qu'une diminution de l'ACE2, après l'entrée du virus dans les cellules, ferait le lit d'une dérégulation du contrôle de l'angiotensine 2 et ainsi d'une diminution de la sécrétion d'insuline.
Une autre protéine pourrait également jouer un rôle, la human dipeptyl peptidase 4 ou DPP4, avec laquelle se lie aussi le SARS-CoV-2, et qui joue un rôle majeur dans le métabolisme du glucose et de l'insuline.

En attente des résultats du registre international COVIDIAB
Quoi qu'il en soit, plusieurs études suggèrent que ces diabètes de novo semblent associés à un moins bon pronostic de l'infection par le SARS-CoV-2, avec un taux plus élevé de complications et de décès, par comparaison avec les patients normoglycémiques, mais également ayant un diabète préexistant (6).
Le registre international COVIDIAB (7, 8), créé pour colliger les données des patients ayant eu une COVID-19 associée à un diabète, devrait permettre d'en savoir plus, notamment en termes de mécanismes physiopathologiques, de prise en charge et d'évolution.

Copyright©vidal.fr

Pour en savoir plus
1- Cariou B et al. Phenotypic characteristics and prognosis of inpatients with COVID-19 and diabetes : the CORONADO study. Diabetologia 2020 ; 63 : 1500-1515.

2- Pr Bernard Bauduceau, endocrinologue, et Dr François Trémolières, infectiologue. Vidal Live Diabète de type 2 et COVID-19. 29 avril 2020.

3- Hoppenot I. Diabète et infection, une influence réciproque. Actualité VIDAL. 29 mai 2020.

4- Mallapaty S. Evidence suggests the coronavirus might trigger diabetes. Nature 2020 Jul ; 583 : 16-17.

5- Chee YJ et coll. Diabetic ketoacidosis precipitated by Covid-19 in a patient with newly diagnosed diabetes mellitus. Diabetes Res Clin Pract 2020 Jun; 164: 108166.

6- Singh KA et Singh R. Hyperglycemia without diabetes and new-onset diabetes are both associated with poorer outcomes in COVID-19. Diabetes Res Clin Pract 2020 Aug 25 : 108382.

7- Registre COVIDIAB. Covidiab.e-dendrite.com

8- Rubino F et coll. New onset diabetes in covid-19.N Engl J Med 2020 ; 383:789-790.  

 

Sources : VIDAL

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News