eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

COVID-19 et diabète : les réponses rapides de la HAS

- Date de publication : 29 avril 2020
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 104 lecteurs
L'épidémie de COVID-19 et les mesures de confinement bouleversent les habitudes de prise en charge médicosociale et de suivi médical des Français. 
Pour encourager la continuité des soins et aider les professionnels de santé à s'adapter, la HAS (Haute Autorité de Santé) édite des "Réponses rapides", dans lesquelles elle décrit les points essentiels pour la prise en charge des patients.

L'une de ces réponses rapides concerne les patients diabétiques de type 1 et 2. Ces recommandations ont été réalisées en collaboration avec la Société Francophone du Diabète, la Fédération Française de Nutrition et le Collège de Médecine Générale.
Les mesures barrières et de distanciation physique doivent être scrupuleusement respectées, en particulier pour les patients diabétiques (illustration).

Les mesures barrières et de distanciation physique doivent être scrupuleusement respectées, en particulier pour les patients diabétiques (illustration).


Si les patients diabétiques de type 1 ou type 2 (DT1/2) n'ont pas plus de risque d'être contaminés par le SARS-CoV-2 que tous les autres citoyens, à tranche d'âge équivalente, l'infection à COVID-19 les expose à 2 risques majeurs : 
  • risque de développer une forme grave de COVID-19, en cas de diabète non équilibré (glycémie élevée) ou compliqué ;
  • risque de déséquilibre du diabète : comme toute infection intercurrente, l'infection par le SARS-CoV-2 peut provoquer un déséquilibre du diabète.

Pour limiter l'exposition virale et minimiser ces risques, la HAS recommande : 
  • aux patients diabétiques de respecter scrupuleusement le confinement et d'appliquer les gestes barrières de manière stricte (distanciation physique et lavage des mains régulier, voire port d'un masque lorsque la distanciation physique ne peut être respectée) ; 
  • aux médecins d'être attentifs aux signes cliniques évoquant un déséquilibre diabétique.

Objectif : maintien du suivi et de l'équilibre glycémique
Le confinement peut perturber la prise en charge des patients chroniques, avec pour conséquence une dégradation des objectifs thérapeutiques. 
Cette menace est particulièrement présente dans le cadre du diabète, maladie au cours de laquelle le suivi médical tient une place majeure. 

En période d'épidémie COVID-19, la HAS recommande d'appliquer la stratégie suivante :
  • maintenir la normalisation de l'équilibre glycémique : cela implique une auto-surveillance glycémique et un accompagnement par les professionnels de santé pour corriger d'éventuels événements d'hypoglycémie,
  • optimiser la prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire,
  • être attentif à la survenue de complications, dont les plaies des extrémités chez les sujets à très haut risque (neuropathie et/ou artériopathie) pour une prise en charge en urgence par les équipes spécialisées.

Pour assurer cette stratégie, la HAS décrit les moyens suivants : 
  • garantir la continuité des traitements : cela implique une mise à disposition sans interruption des médicaments et des consommables nécessaires au suivi glycémique ou à l'administration des traitements (notamment injectables). La HAS recommande également de proscrire l'automédication ; 
  • ne pas retarder les consultations nécessaires, ni la prise en charge du risque majeur d'acidocétose et des complications aiguës ;
  • privilégier le recours à la téléconsultation avec le médecin traitant en cas de besoin, au télésoin et au télésuivi.

Diabète, confinement, nutrition et activité physique
Les professionnels de santé doivent également être attentifs à l'environnement des patients diabétiques, particulièrement bouleversé en période de confinement : 
  • maintien d'une exigence nutritionnelle :
    • alimentation structurée avec un apport en glucides afin de prévenir le risque d'hypoglycémies iatrogènes (insuline, sulfamides hypoglycémiants ou répaglinide),
    • limitation des aliments riches en acides gras saturés pour le contrôle du poids, notamment dans le cadre de la réduction de l'activité physique,
    • hydratation correcte, 
  • maintien d'une activité physique régulière minimale et compatible avec le confinement.
La HAS rappelle de ne jamais suspendre les injections d'insuline lente (ou une pompe à insuline), même si le patient ne mange plus, pour éviter l'acidocétose.

Identification des signes d'alerte
La stratégie définie par la HAS dans le cadre des réponses rapides insiste sur l'importance de repérer des signes d'alerte de primo diabète chez l'enfant et le jeune adulte (syndrome polyuro-polydipsique, énurésie, perte de poids rapide, etc.).
Dans cette situation, une prise en charge hospitalière en urgence doit être mise en place, avec mise en route sans délai d'un traitement par insuline.

La HAS précise que "Ces réponses rapides élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de leur publication sont susceptibles d'évoluer en fonction de nouvelles données" et qu'"elles ne prennent pas en compte les capacités d'approvisionnement en équipements de protection individuelle".

Pour aller plus loin 
Diabète : guider les patients et assurer leur suivi en période d'épidémie de COVID-19 (HAS, 21 avril 2020)
Prise en charge ambulatoire des patients atteints de diabète de type 1 et 2 (HAS, 17 avril 2020)
Prise en charge ambulatoire des patients atteints de diabète de type 1 et 2 : réponses rapides dans le cadre du COVID-19 (HAS, 16 avril 2020)

EDIT du 1er mai 2020
Diabète - Poursuivre ses soins et faire face au COVID-19 - Guide patient (HAS, 30 avril 2020)
/FIN EDIT

 

Sources : HAS (Haute Autorité de Santé)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Mentions légales - Contact webmaster