COVID-19 : les patients hémodialysés particulièrement à risque

Par Alain BAUMELOU -
1
2
3
4
5
5.0
(1 note)
vu par 5252 lecteurs


Un précédent article publié dans les Actualités Vidal a été consacré à la pathologie rénale au cours de l'infection COVID-19. Qu'en est-il de l'insuffisance rénale chronique terminale (stade 5), notamment chez le patient dialysé chronique en centre, à l'heure de l'infection à SARS-CoV-2 ?
Davantage de formes sévères chez les hémodialysés (illustration).

Davantage de formes sévères chez les hémodialysés (illustration).


En France, de l'ordre de 50 000 malades sont dialysés et 90 % d'entre eux le sont en centre spécialisé. Dans le rapport annuel REIN (Réseau épidémiologie, information, néphrologie) 2015, l'âge moyen de ces patients était de 69,5 ans, l'âge médian de 71 ans, et plus de 55 % avaient 70 ans ou plus.
Par ailleurs, les comorbidités observées dans cette population en font une population à haut risque de formes graves (Haut Conseil de la santé publique [HCSP], 2020). Il s'agit de l'hypertension artérielle, du diabète et de maladies cardiovasculaires. Sont décrites également : la malnutrition, la dépression de l'immunité et le syndrome inflammatoire.
De plus, les centres de dialyse constituent, en eux-mêmes, un espace communautaire dans lequel l'introduction du SARS-CoV-2 est susceptible d'entraîner l'infection de nombreux patients. Les patients dialysés sont en effet particulièrement exposés à l'infection, en raison de leurs contacts hospitaliers à chaque séance de dialyse et de la promiscuité existant dans les locaux hospitaliers. À ces facteurs, s'ajoute également la nécessité de se déplacer trois fois par semaine.

Plusieurs recommandations de sociétés savantes
Diverses recommandations ont été publiées pour réduire le risque d'infection par le SARS-CoV-2 chez ces patients hémodialysés en centre  (cfTableau I). Elles émanent notamment de la European Dialysis and Transplant Association, de l'American Society of Nephrology, des Centers for Disease Control and Prevention, du groupe de travail Eudial auprès de la European Renal Association.
Jusqu'à maintenant, il n'existe toutefois aucun rapport d'ampleur sur la mortalité de cette population. La grande majorité des publications est encore sous la forme de rapports préliminaires.
À la dernière mise à jour (20 avril 2020) du réseau REIN de l'Agence de la biomédecine, parmi 1 298 patients dialysés de deux registres et infectés par le SARS-CoV-2, il a été déploré 209 décès, soit une mortalité de 16 %.
Le taux est important, mais doit être mis en perspective avec les caractéristiques de la population : chez les patients décédés, l'âge médian était de 78,2 ans ; ils étaient dialysés depuis une médiane de 4,2 ans ; 50 % étaient diabétiques et 41,5 % avaient une maladie coronarienne. Le poids de la dialyse, eu égard à toutes ces comorbidités lourdes, est donc difficile à définir.

Tableau I. Recommandations générales concernant l'organisation des centres d'hémodialyse
Prise en charge générale
  • Éducation des patients et des personnels de soin
  • Hygiène des mains, hygiène respiratoire et de la toux
  • Chez les patients, au minimum masque, si possible équipement personnel de protection à chaque dialyse
Tri des patients
  • Appeler les patients ou être appelé avant chaque séance de dialyse pour être informé avant l'arrivée au centre d'une éventuelle symptomatologie
  • Application d'un protocole de transport des patients
  • Repérage des patients exposés ou symptomatiques à l'arrivée au centre
  • Testing des patients si possible et suivi des infectés
Prise en charge des patients symptomatiques ou malades
  • Port du masque dans l'unité de dialyse
  • Séparation des postes de dialyse d'au moins deux mètres
  • Spécialisation des personnels de santé à la prise en charge des patients infectés
  • Si possible salle de dialyse réservée aux patients infectés
  • Si multiples patients infectés, regroupement des infectés dans une structure de dialyse dédiée
Suivi des matériels et équipements
  • Attention au stock d'équipements des personnels
  • Prioriser l'usage au stockage des équipements personnels
  • Suivi des personnels
  • Attention à l'épuisement mental et physique des personnels de santé
  • Protection des personnels air et surface : charlotte, lunettes, masque FFP2, surblouse et gants
  • Liste de personnels de réserve
Organisation de transferts en dialyse à domicile, notamment dialyse péritonéale
  • La formule a l'avantage, outre la dialyse, de la distanciation sociale et de la suppression des transports
  • Application de protocole pour la pose des voies d'abord : cathéter de dialyse péritonéale, accès vasculaire

En pratique
L'insuffisant rénal chronique dialysé ou transplanté fait partie de la liste des personnes à risque de forme sévère de COVID-19 définie par le HCSP.
Les associations de patients sont un moyen important pour l'information, l'éducation et le soutien psychologique de ces patients.
Enfin, la pandémie COVID-19 crée une situation favorisant la prise en charge des patients au stade 5 vers des techniques de traitement à domicile. Dans la mesure où l'épisode pandémique va se prolonger, le recours à ces prises en charge va donc probablement augmenter.

©vidal.fr
 
Sources
 
Pour en savoir plus

Sources : VIDAL

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News