Augmenter la distance sociale pour lutter contre l’épidémie de COVID-19

Par Patricia THELLIEZ -
1
2
3
4
5
5.0
(1 note)
vu par 3701 lecteurs


Alors que la pandémie de COVID-19 est déjà installée, la question est maintenant de pouvoir l’atténuer ou la contenir. En l’absence de traitement spécifique et de vaccin, la mesure a été prise, dans de nombreux pays, d’éviter au maximum les contacts entre personnes. À ce propos, deux épidémiologistes de l’université de Californie (UCSF) expliquent pourquoi cette option a été choisie et comment chaque personne peut ralentir l’épidémie actuelle.
 
Une mesure contre-nature mais efficace (illustration).

Une mesure contre-nature mais efficace (illustration).


Pourquoi recommander la distance sociale comme arme pour lutter contre le COVID-19 ? La réponse qui vient en premier est : s'abstenir de tout contact direct avec d'autres individus afin d'éviter de se contaminer, mais aussi de transmettre le virus à d'autres personnes, puisque l'on sait que la transmission peut avoir lieu en l'absence de symptômes.  
 
Une mesure capitale qui va au-delà de l'implication des soignants
Pour Jeffe Martin, épidémiologiste à l'University of California San Francisco (UCSF), cette distance sociale est l'élément le plus important pour contrôler l'épidémie COVID-19.
"Nous n'en sommes pas au stade de pouvoir modifier les facteurs tels que le comportement biologique du virus ou la susceptibilité des individus à contracter l'infection, mais bien, pour chacun d'entre nous, à diminuer le nombre et la durée de nos contacts".
Maintenir une distance sociale implique aussi des précautions environnementales comme la désinfection des surfaces fréquemment touchées. À cet égard, Jeffe Martin rappelle une phrase empruntée au vocabulaire des campeurs : « ne laissez aucune trace derrière vous ».
 
Prendre ses distances en pratique
En marge des dispositions prises par les villes et les états, que penser des mesures d'évitement social ?
Pour George Rutheford III, également épidémiologiste à la University of California San Francisco, cela signifie clairement que, à partir de 60 ans, il faut rester chez soi.
Pour les sujets les plus jeunes,
qui présentent en général peu de symptômes lorsqu'ils sont infectés par le SARS-Cov-2, les mesures d'évitement social permettent d'éviter la transmission du virus aux sujets fragiles, comme les personnes plus âgées ou immunodéprimées : "moins il y aura de sujets jeunes infectés, moins la maladie atteindra les sujets âgés".

Éviter l'engorgement des services hospitaliers
Tout ceci explique parfaitement les mesures et les recommandations actuelles. Ce d'autant qu'une autre crainte majeure apparaît : la saturation des établissements de santé. Toute action qui permet d'éviter l'apparition de nouvelles infections, autrement dit d'aplanir la courbe de la propagation du SARS-Cov-2, est donc essentielle pour permettre aux professionnels de santé hospitaliers de faire face à l'épidémie.
Le message de Jeffer Martin s'adresse donc principalement aux personnes jeunes et bien portantes. Non seulement il faut qu'elles évitent de s'infecter, mais aussi, le cas échéant, d'infecter leurs parents et leurs grands-parents.
 
Pour conclure, il envoie le message suivant : « la société a besoin de l'aide de tous : chacun doit comprendre l'importance de rester chez soi, de se laver les mains et d'éviter les personnes malades ». 
 
Pour en savoir plus
Bai N. Why experts are urging social distancing to combat coronavirus outbreak.  
University of California San Francisco. 14 mars 2020.

Sources : VIDAL

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News