Vaccination contre les papillomavirus : arrêt de commercialisation de GARDASIL fin 2020

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 9426 lecteurs



Le vaccin quadrivalent contre les infections à papillomavirus humains (HPV) GARDASIL ne sera plus commercialisé à partir du 31 décembre 2020.
Cet arrêt de commercialisation, décidé par le laboratoire MSD Vaccins, est cohérent avec la stratégie vaccinale recommandée depuis 2017 : en effet, la version nonavalente de ce vaccin anti-HPV, GARDASIL 9, est recommandée pour toute nouvelle initiation de cette vaccination. 
GARDASIL et GARDASIL 9 n'étant pas interchangeables, GARDASIL doit désormais être réservé à la poursuite des schémas vaccinaux déjà initiés avec cette version quadrivalente.
Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).


Le laboratoire MSD Vaccins a décidé d'arrêter définitivement la commercialisation du vaccin quadrivalent contre les papillomavirus GARDASIL (cf. Encadré 1).
L'arrêt définitif est programmé pour le 31 décembre 2020.


Commercialisé en France en 2007, GARDASIL est une version quadrivalente du vaccin contre les papillomavirus ; il contient des protéines L1 de 4 types de papillomavirus humain (6, 11, 16 et 18). 
 
Encadré 1 - Indication thérapeutique de GARDASIL
GARDASIL est un vaccin indiqué à partir de 9 ans pour la prévention des :
  • lésions génitales précancéreuses (du col de l'utérus, de la vulve et du vagin), lésions anales précancéreuses, du cancer du col de l'utérus et du cancer anal dues à certains types oncogènes de papillomavirus humains (HPV) ;
  • verrues génitales (condylomes acuminés) dues à des types HPV spécifiques.

En 2018, une version nonavalente de ce vaccin a été commercialisée sous le nom GARDASIL 9 (notre article du 6 septembre 2018) ; il contient des protéines L1 de 5 types de papillomavirus supplémentaires (31, 33, 45, 52 et 58). 
Cette composition plus complète a permis d'élargir le périmètre de protection contre les papillomavirus : les génotypes additionnels de GARDASIL 9 sont impliqués dans 5 à 20 % des cancers anogénitaux, et ceux communs avec GARDASIL (HPV 6, 11, 16 et 18) sont responsables de la majorité des verrues génitales ainsi que de 70 à 80 % des cancers anogénitaux (cf. Encadré 2).

 
Encadré 2 - Indications thérapeutiques de GARDASIL 9
GARDASIL 9 est indiqué pour l'immunisation active des individus à partir de 9 ans contre les maladies dues aux HPV suivantes :
  • lésions précancéreuses et cancers du col de l'utérus, de la vulve, du vagin et de l'anus dus aux types d'HPV contenus dans le vaccin (cf. VIDAL Reco "Infections génitales de la femme") ;
  • verrues génitales (condylomes acuminés) dues à des types d'HPV spécifiques.
 
GARDASIL 9 recommandé en initiation de traitement
Cet arrêt de commercialisation est justifié par les recommandations vaccinales anti-HPV en vigueur (et depuis 2017), selon lesquelles :
  • la version quadrivalente GARDASIL n'est pas recommandée en initiation de schéma vaccinal mais uniquement pour la poursuite des schémas déjà initiés avec ce vaccin ; 
  • GARDASIL 9 doit être utilisé pour toute nouvelle initiation de vaccination contre les infections à papillomavirus pour les jeunes filles, jeunes femmes et jeunes hommes non antérieurement vaccinés (cf. Tableau I). 

Tableau I - Schéma de vaccination avec GARDASIL 9
Chez les jeunes filles et les femmes Chez les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes
jusqu'à 26 ans révolus
  • Vaccination initiée entre 11 et 14 ans révolus : 2 doses espacées de 6 à 13 mois
  • Vaccination initiée entre 15 ans et 19 ans révolus : 3 doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois : M0, M2, M6
  • 3 doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois : M0, M2, M6

Réserver GARDASIL à la poursuite des vaccination déjà initiées avec ce vaccin
D'ici au 31 décembre 2020, il est donc recommandé de réserver GARDASIL pour la finalisation des schémas de vaccination contre le papillomavirus initiés avec ce vaccin quadrivalent.

En effet, GARDASIL n'étant pas intergangeable avec GARDASIL 9, toute vaccination initiée avec GARDASIL doit être menée à son terme avec ce même vaccin.
De même, GARDASIL 9 doit être réservé à la poursuite des vaccinations initiées avec ce vaccin nonavalent, ainsi qu'à toute initiation de vaccination contre le papillomavirus.


La vaccination anti-HPV, bientôt chez les garçons ?
En 2019, la Haute Autorité de santé (HAS) a recommandé d'élargir la vaccination contre les papillomavirus humains à tous les adolescents de 11 à 14 ans révolus, garçons compris, quelle que soit l'orientation sexuelle (notre article du 6 novembre 2019). 

Une stratégie universelle permettrait selon la HAS d'améliorer l'acceptation du vaccin contre le papillomavirus et par conséquent, la couverture vaccinale. Elle est déjà mise en œuvre dans d'autres pays (une quinzaine de pays européens, ainsi que les États-Unis, l'Australie et le Canada).
Autre argument avancé par la HAS, la vaccination anti-HPV universelle supprimerait la nécessité pour les jeunes patients masculins d'avoir à définir leur orientation sexuelle entre 11 et 14 ans.

Suite à ces recommandations de la HAS, le ministère de la Santé a indiqué vouloir intégrer cette recommandation dans la prochaine version du calendrier vaccinal, pour une mise en œuvre dès l'été 2020.

Sur VIDAL.fr
GARDASIL 9 : nouveau vaccin nonavalent contre les infections à papillomavirus humain (6 septembre 2018)
Nouvelle édition du calendrier vaccinal : quels changements pour 2019 (13 mars 2019)
Vaccination contre les HPV : la HAS recommande de vacciner aussi les garçons (EDIT du 16 décembre 2019) (6 novembre 2019, actualisé le 16 décembre 2019)

Sources : Laboratoire MSD Vaccins

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News