Allergie aux protéines de lait de vache : quelle prise en charge diététique ?

Par Patricia THELLIEZ -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 4089 lecteurs


L’allergie aux protéines de lait de vache (APLV) concerne essentiellement les enfants au cours de leurs premières années de vie : 70 à 90 % des enfants sont guéris à 3 ans.
Une fois le diagnostic confirmé grâce à une épreuve d’éviction-réintroduction faite en milieu hospitalier, un régime excluant totalement les protéines de lait de vache doit être débuté.
APLV : le régime d'exclusion est obligatoire (illustration).

APLV : le régime d'exclusion est obligatoire (illustration).


Le régime alimentaire des enfants allergiques aux protéines de lait de vache (APLV) diffère selon leur âge, le 4e mois de vie constituant une charnière.

L'alimentation avant 4 mois
Avant 4 mois, l'alimentation du nourrisson allergique aux protéines de lait de vache diffère selon qu'il est allaité ou pas.

Si l'enfant est allaité, on peut proposer à la mère de suivre un régime sans protéines de lait de vache pendant 2 à 3 semaines (en association avec une supplémentation en calcium et vitamine D) :
  • si le résultat est concluant en termes de symptômes chez l'enfant, il est alors possible d'élargir progressivement le régime maternel jusqu'à la dose maximale tolérée par le nourrisson ;
  • en cas d'échec, il est important de rechercher un autre diagnostic et d'arrêter le régime d'exclusion chez la mère.

Si l'enfant n'est pas allaité ou si la mère ne peut ou ne veut pas suivre un régime excluant les protéines du lait, plusieurs types de préparation sont disponibles :
  • En première intention, des hydrolysats poussés de protéines de lait de vache sont proposés. Ils contiennent de petits peptides et des acides aminés issus de la caséine ou des protéines du lactosérum. Ils sont tolérés par plus de 90 % des nourrissons ayant une APLV. En France, il en existe plusieurs comme Althéra, Novalac Allernova, Nutramigen LGG, Nutribén APLV, Pepticate.
  • Une autre option est représentée par les hydrolysats poussés de protéines de riz qui peuvent mieux convenir à certains enfants comme  Modilac Expert Riz*, Bébé Mandorle Riz, Prémiriz.
  • En cas d'échec, on peut se tourner vers les préparations à base d'acides aminés (sans aucune protéine ni fragment de protéine) telles que Neocate, Nutramigen PURAMINO, Novalac Amina. Ces préparations sont parfois conseillées en première intention en cas d'allergie très sévère.
  • Une dernière option, mais qui ne peut être proposée qu'après l'âge de 6 mois et après vérification de la tolérance, en raison de l'existence de réactions croisées avec les protéines de lait de vache, sont les préparations à base de protéines de soja, en tenant compte du fait que les effets des phytoestrogènes qu'ils contiennent sont mal connus chez l'enfant.   

L'alimentation après 4 mois
Alors qu'auparavant il était recommandé de retarder l'âge de la diversification alimentaire en cas d'allergie familiale, il est apparu que cette pratique augmentait en fait la sensibilité allergique. Aujourd'hui, la diversification alimentaire est donc conseillée chez tous les enfants, même s'ils ont des antécédents familiaux d'allergie ou une allergie confirmée.

En ce qui concerne le lait et les produits laitiers, il existe des préparations adaptées à cet âge (> 4 mois) du même type que celles employées chez le nourrisson. 

Les aliments contenant du lait de vache à exclure 
  • Le lait de vache, y compris celui présent dans les laits infantiles standard.
  • Les laitages (yaourts, petits-suisses, fromages, desserts lactés, crème fraîche, beurre, etc.).
  • De nombreux autres aliments tels que les margarines, certaines farines animales, certains petits pots, les biscottes, le pain de mie, le pain brioché, la plupart des biscuits, certaines purées instantanées, la mayonnaise et la sauce béchamel industrielles, etc. Il est alors essentiel de choisir seulement les aliments portant la mention "sans lait".
  • Concernant les produits industriels, il faut éviter tous les produits sur l'emballage desquels est indiqué : lait (même sous forme de trace), protéines lactées, protéines de lait, petit lait, coagulum, lactoprotéine, lactoglobuline, protéine du lactosérum, lactis proteinum, caséine, caséinate, lactalbumine, sérum albumine, lactose, margarine, beurre, crème, yaourt, fromage, protéines animales dont l'origine n'est pas précisée.
  • La viande de bœuf ou de veau peut ne pas être tolérée, mais seulement chez un faible pourcentage d'enfants.
  • Attention à certains médicaments qui peuvent contenir du lait.

Les autres préparations et aliments à ne pas utiliser 
  • Les autres laits (chèvre, brebis, jument, ânesse) ne sont pas adaptés aux besoins nutritionnels des nourrissons. Il existe de plus un risque de réactions croisées avec le lait de vache.
  • Les laits partiellement hydrolysés dits hypoallergéniques qui sont indiqués chez les nourrissons à risque d'allergie.
  • Quant au jus végétaux, parfois improprement appelés laits (riz, amande, coco, châtaigne, etc.), ils sont à proscrire, car totalement inadaptés dans cette tranche d'âge et pouvant provoquer de graves carences nutritionnelles.

Les supplémentations médicamenteuses
L'allergie aux protéines de lait de vache et le régime d'exclusion peuvent être source de carences et avoir des répercussions sur la croissance, c'est pourquoi on essaie d'arrêter les évictions alimentaires le plus tôt possible.
Parfois, une supplémentation en fer, calcium et/ou vitamine D est nécessaire.


L'introduction du lait cuit
Le lait cuit peut être toléré par certains enfants allergiques aux protéines du lait de vache. Cependant, il ne peut faire partie de l'alimentation qu'après une épreuve d'introduction réalisée sous surveillance étroite.

Lorsque l'allergie aux protéines de lait de vache est guérie
Le plus souvent, l'allergie aux protéines de lait de vache guérit spontannément, mais certains enfants ne peuvent tolérer qu'une certaine quantité de produits laitiers. De plus, ils ont souvent une phobie pour de nombreux aliments. Il est donc important de continuer à surveiller leur croissance pendant plusieurs années. 

*Actuellement non disponible selon les informations présentes sur le site du laboratoire.

Pour aller plus loin
Dupont C et coll. Prise en charge diététique de l'allergie aux protéines de lait de vache. Arch Pediatr. 2011;18 :79-84.
Viola S. Traitement diététique de l'allergie aux protéines de lait de vache. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris). Pédiatrie, 4-002-h-35, 2012.
Ezri J et coll. Recommandations pour la prise en charge du nourrisson avec allergie aux protéines de lait de vache. Paediatrica 2016 ; 27 (4) : 20-24.  
Dupont C et coll. Nutritional management of cow's milk allergy in children : An update. Arch Pediatr 2018 ; 25 : 236-243.
Caglayan-Sozmen S et coll. Hazardous medications in children with egg, red meat, gelatin, fish, and cow's milk allergy. Medicina (Kaunas) 2019, Aug 19 : 55 (8).

Sources : VIDAL

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-12-05

Archives des Vidal News