XOFIGO : contre-indication transitoire en association avec ZYTIGA et la prednisone/prednisolone

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 2159 lecteurs


XOFIGO 1100 kbq/ml solution injectable (dichlorure de radium 223) en association avec l'antiandrogène ZYTIGA (acétate d'abiratéroneet la prednisone/prednisolone est provisoirement contre-indiqué et les traitements en cours doivent être arrêtés.

Telles sont les mesures mises en place au niveau européen dans l'attente des résultats de l'évaluation en cours, depuis fin 2017, sur l'augmentation du risque de décès et de fractures observé avec cette association dans le traitement de patients chimio-naïfs ayant un cancer de la prostate résistant à la castration et métastatique (résultats préliminaires de l'étude 15396 / ERA-223)
.

Sans attendre cette décision européenne, l'ANSM et le laboratoire Bayer Healthcare avaient émis ces recommandations dès le mois de décembre dernier (notre article du 14 décembre 2017).


Par ailleurs, la sécurité et l’efficacité de XOFIGO en association avec les antagonistes des récepteurs aux androgènes de deuxième génération tels que l’enzalutamide (XTANDI) n’ont pas été établies. Ces 2 médicaments peuvent continuer à être utilisés séparément, conformément aux AMM.

L'évaluation de XOFIGO se poursuit au niveau européen (Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance
), et de nouvelles précisions sont attendues pour le mois de juin.
XOFIGO est indiqué chez l'adulte dans le traitement du cancer de la prostate résistant à la castration, avec métastases osseuses symptomatiques et sans métastases viscérales connues.

XOFIGO est indiqué chez l'adulte dans le traitement du cancer de la prostate résistant à la castration, avec métastases osseuses symptomatiques et sans métastases viscérales connues.


Contre-indication provisoire en association avec l'acétate d'abiratérone et la prednisone/prednisolone 
Conformément aux recommandations françaises émises par l'ANSM et le laboratoire Bayer Healthcare en décembre dernier (notre article du 14 décembre 2017), les autorités de santé européennes ont décidé de mettre en oeuvre les mesures transitoires suivantes concernant la spécialité hospitalière XOFIGO 1100 kbq/ml solution injectable (dichlorure de radium 23) :
  • XOFIGO est désormais contre-indiqué en association avec l'acétate d'abiratérone (ZYTIGA) et la prednisone/prednisolone tant que la réévaluation européenne se poursuit ;
  • les traitements en cours associant XOFIGO avec l'anti-androgène ZYTIGA et la prednisone/prednisolone doivent être arrêtés, et une réévaluation de ces traitements doit être initiée.

En France, selon l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), plus aucun nouveau patient n'est recruté dans les essais cliniques en cours et tous les patients encore inclus ne reçoivent plus le traitement (mais seulement ZYTIGA et les corticoïdes).

Pas de données de sécurité en association aux antagonistes des récepteurs aux androgènes de deuxième génération
Par ailleurs, la sécurité et l'efficacité de XOFIGO en association avec les antagonistes des récepteurs aux androgènes de deuxième génération tels que l'enzalutamide (XTANDI) n'ont pas été établies.

Ces deux médicaments peuvent continuer à être utilisés séparément, conformément aux recommandations contenues dans leur RCP (résumé des caractéristiques du produit) et la notice.

XOFIGO et risque accru de mortalité et de fractures : état des lieux des connaissances
Un signal de pharmacovigilance a été émis fin 2017 suite aux résultats de l'essai ERA-223. 
Cette étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo avait pour objectif d'évaluer l'efficacité et la sécurité clinique de XOFIGO en association avec l'acétate d'abiratérone et la prednisone/prednisolone, chez des patients chimio-naïfs asymptomatiques ou peu symptomatiques ayant un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) métastatique (Cf. VIDAL Reco "Cancer de la prostate").

L'analyse des résultats intermédiaires de cette étude a montré une augmentation du risque de décès et de fracture dans le bras associant XOFIGO (n = 401), ZYTIGA et la prednisone/prednisolone, en comparaison au bras placebo (n = 405) :
  • incidence des fractures : 26 % (bras XOFIGO) versus 8,1 % (bras placebo)
  • incidence des décès : 34,7 % (bras XOFIGO) versus 28,2 % (bras placebo)
L'utilisation concomitante de bisphosphonates ou de dénosumab a diminué l'incidence des fractures dans les deux bras de traitement.

Des nouvelles données attendues en juin
Le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) poursuit l'examen des données fournies par cette étude.
Les prochaines discussion sont prévues au mois de juin
Dans l'attente, les mesures transitoires précédemment citées s'appliquent.

Pour aller plus loin
Dichlorure de radium 223 (Xofigo®) : contre-indiqué en association avec l'acétate d'abiratérone et la prednisolone/prednisone - Lettre aux professionnels de santé (ANSM, 19 mars 2018)
Zinbryta (daclizumab), Esmya (ulipristal), Xofigo (radium 223), quinolones et fluoroquinolones : retour d'information sur le PRAC de mars 2018 - Point d'information (19 mars 2018)
Lettre aux professionnels de santé - contre-indication de XOFIGO en association avec l'acétate d'abitérone et la prednisolone/prednisone (sur le site de l'ANSM, 19 février 2018)

Sur VIDAL.fr
En association à l'abiratérone et à la prednisone/prednisolone, XOFIGO pourrait augmenter le risque de décès et de fractures (14 décembre 2017)

Sources : EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2018-07-19

Archives des Vidal News