Cirrhose biliaire primitive : ajuster la dose d'OCALIVA en cas d'insuffisance hépatique

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1026 lecteurs


Indiquée dans la prise en charge de la cirrhose biliaire primitive, la spécialité hospitalière OCALIVA comprimé pelliculé (acide obéticholique) fait l'objet d'une alerte de sécurité concernant les patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère.

En effet, des signalements de lésions hépatiques graves voire mortelles ont été rapportés dans cette population de patients traitée par des doses d'acide obéticholique plus élevées que celles recommandées dans l’autorisation de mise sur le marché (AMM).

Dans ce contexte, le laboratoire Intercept informe les professionnels de santé du renforcement des adaptations posologiques d'OCALIVIA ; il rappelle qu'il est nécessaire de connaître l'état de la fonction hépatique du patient avant toute initiation de traitement et d'ajuster la dose d’OCALIVA en cas d'insuffisance hépatique modérée à sévère, en fonction des stades de Child-Pugh.


Pendant le traitement, une surveillance étroite clinique et bilogique doit par ailleurs doit être instaurée chez tous les patients afin de déterminer si un ajustement posologique est nécessaire.
La dose d'OCALIVA doit être ajustée chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère (illustration).

La dose d'OCALIVA doit être ajustée chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère (illustration).


Des lésions hépatiques graves et des décès rapportés chez des patients en insuffisante hépatique
Des signalements de lésions hépatiques graves et de décès ont été rapportés chez des patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère, traités par des doses d'acide obéticholique plus élevées que celles recommandées par l'autorisation de mise sur le marché (Cf. Encadré 1).

Ces effets indésirables hépatiques sont survenus en début du traitement ou après plusieurs mois de traitement.

 
Encadré 1 - L'acide obéticholique et OCALIVA en bref
Principe actif d'OCALIVA, l'acide obécholique est un agoniste sélectif et puissant du récepteur farnésoïde X (FXR), récepteur nucléaire exprimé à des taux élevés dans le foie et l'intestin.
Le récepteur FXR est considéré comme un régulateur clé des acides biliaires et des voies inflammatoires, fibrotiques et métaboliques.
L'activation du FXR induit une diminution des concentrations d'acides biliaires à l'intérieur des hépatocytes en inhibant la synthèse de novo à partir du cholestérol et en augmentant le transport des acides biliaires en dehors des hépatocytes.
Ces mécanismes limitent la quantité globale d'acides biliaires circulants, tout en stimulant la cholérèse, ce qui réduit l'exposition hépatique aux acides biliaires.


OCALIVA est indiqué dans le traitement de la cholangite biliaire primitive (également appelée « cirrhose biliaire primitive », CBP) en association avec l'acide ursodésoxycholique (AUDC) chez les adultes présentant une réponse insuffisante à l'AUDC ou en monothérapie chez les adultes qui ne tolèrent pas l'AUDC.

Ce médicament est commercialisé en France depuis avril 2017 à l'hôpital (notre article du 4 avril 2017).

Les données disponibles montrent par ailleurs que les patients atteints de CBP avec insuffisance hépatique qui présentent une cirrhose ou un taux de bilirubine élevé sont plus à risque de complications hépatiques.

Renforcement des adaptations posologiques en cas d'insuffisance hépatique
Dans ce contexte, un renforcement des adaptations posologiques d'OCALIVA comprimé pelliculé lorsque ce médicament est utilisé chez des patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère a été décidé, en accord avec les autorités de santé française et européenne (Cf. Tableau I).
 
Tableau I - Posologies d'OCALIVA en fonction des stades de Child-Pugh
chez des patients atteints de CBP
Stade/Classification Non cirrhotique
ou Stade A de Child-Pugh
Stade B ou C de Child-Pugh
ou cirrhotique décompensé
Dose initiale 5 mg 1 fois par jour 5 mg 1 fois par semaine
Adaptation de la dose En cas de réduction insuffisante des phosphatases alcalines (PAL) et/ou de la bilirubine totale après 6 mois de traitement et si le patient tolère l'acide obéticholique, augmenter la dose jusqu'à 10 mg une fois par jour En cas de réduction insuffisante des PAL et/ou de la bilirubine totale après 3 mois de traitement et si le patient tolère l'acide obéticholique, augmenter la dose jusqu'à 5 mg 2 fois par semaine (à au moins 3 jours d'intervalle) puis 10 mg 2 fois par semaine (à au moins 3 jours d'intervalle) en fonction de la réponse et de la tolérance
Dose maximale 10 mg 1 fois par jour 10 mg 2 fois par semaine (à au moins 3 jours d'intervalle

Dans une lettre aux professionnels de santé, le laboratoire Intercept Pharma France rappelle qu'il est nécessaire de :
  • connaître l'état de la fonction hépatique du patient avant l'instauration du traitement,
  • ajuster la dose d'OCALIVA® chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère (CfTableau I ci-dessus),
  • instaurer une surveillance clinique et biologique de la progression de la CBP chez tous les patients afin de déterminer si un ajustement de la posologie est nécessaire,
  • surveiller étroitement les patients présentant un risque accru de décompensation hépatique, particulièrement ceux ayant des résultats biologiques témoignant de l'aggravation de la fonction hépatique ou d'une progression vers la cirrhose,
  • réduire la fréquence des prises chez les patients qui progressent vers une maladie avancée (c'est-à-dire stade A de Child-Pugh vers les stades B ou C).

Pour aller plus loin

Sources : EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2018-12-13

Archives des Vidal News