Santé en France : l’OCDE dresse un état des lieux contrasté

Par Stéphane KORSIA-MEFFRE -
1
2
3
4
5
3.0
(3 notes)
vu par 6757 lecteurs


L'OCDE vient de publier son nouveau Panorama de la santé qui dévoile les données les plus récentes sur la performance des systèmes de santé des 35 pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Ces indicateurs permettent de mesurer les changements globaux et de comparer les performances françaises à celles de pays similaires.
 
L'OCDE constate que globalement, la population française bénéficie d’un meilleur état de santé que la moyenne des autres pays de l’OCDE.

Néanmoins, certains facteurs de risque pour la santé, notamment la consommation d’alcool et le tabagisme, demeurent élevés.

Les indicateurs d’accès et de qualité des soins sont généralement bons, mais les dépenses de santé par habitant sont supérieures de 15 % à la moyenne des pays de l’OCDE.
 
L’OCDE se dit également préoccupée par la mauvaise couverture vaccinale des Français, ainsi que par la consommation d’antibiotiques, supérieure de plus de 50 % à la moyenne des pays de l’OCDE.
L'OCDE vient de publier un état des lieux de la santé dans les 35 pays qui la composent

L'OCDE vient de publier un état des lieux de la santé dans les 35 pays qui la composent


Pour rappel, l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) étudie les performances économiques de quasiment tous les pays développés, démocratiques et qui suivent une économie de marché. En 2009, l'ensemble formé par ces 35 pays représentait 80 % du PNB mondial.

Son nouveau Panorama de la santé dévoile les données les plus récentes sur la performance des systèmes de santé des pays de l'OCDE.
 
L'espérance de vie des Français, supérieure à la moyenne de l'OCDE
Les Français jouissent d'une espérance de vie relativement longue par rapport aux autres pays de l'OCDE (82,4 ans).

En effet, l'espérance de vie à la naissance s'établit à 80,6 ans en moyenne dans la zone OCDE.

Vingt-cinq pays passent la barre des 80 ans, le Japon et l'Espagne étant en tête.

Comparée à l'espérance de vie en 1970, celles de la Turquie, la Corée du Sud et du Chili enregistrent les plus fortes augmentations.

Les facteurs influençant l'allongement de la durée de vie
Les femmes peuvent espérer vivre un peu plus de 5 années de plus que les hommes, tandis que les personnes qui ont suivi des études supérieures vivent environ 6 ans de plus que celles qui ont le niveau d'études le plus bas.
 
Un fort recul de la mortalité liée aux maladies ou accidents cardio-vasculaires
Dans les pays de l'OCDE, plus d'un décès sur trois est causé par une cardiopathie ischémique (maladies coronariennes : infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, insuffisance cardiaque aiguë ou chronique). Les taux de mortalité liés aux maladies circulatoires diminuent rapidement, comme en témoigne la diminution de 50 % des décès liés aux cardiopathies ischémiques depuis 1990

Par ailleurs, 1 décès sur 4 est causé par un cancer. Les taux de mortalité liés au cancer reculent aussi, mais dans une moindre mesure (-18 % depuis 1990).

En France, les taux de mortalité par cardiopathie ischémique sont parmi les plus faibles des pays de l'OCDE.
 

Pour mieux visualiser ce schéma écrit petit et un peu flou sur le document de l'OCDE,
cliquez sur l'icône "plein écran" à droite  

Les performances de la France sont supérieures à la moyenne de l'OCDE
(colonnes vertes et bleues), à l'exception de trois colonnes rouges descendantes représentant le tabagisme, l'alcool et la prescription d'antibiotiques. 

 
Les Français, plus fumeurs que la moyenne, avec un écart plus faible qu'ailleurs entre les sexes et un tabagisme élevé chez les jeunes
Selon le Panorama de la santé, 22,4 % de la population française fume quotidiennement (contre 18,4 % en moyenne dans l'OCDE). Les taux les plus élevés sont observés en Grèce, en Hongrie, en Turquie, et les plus bas au Mexique.

Les hommes français fument davantage que les femmes (25,8 contre 19,4 %), mais l'écart entre les sexes est plus faible qu'en moyenne dans les autres pays de l'OCDE.

La prévalence du tabagisme chez les jeunes Français âgés de 15 ans est également inquiétante. La France se classe en troisième position avec 19 % des jeunes âgés de 15 ans qui fument au moins une fois par semaine (contre 12 % en moyenne dans les pays de l'OCDE). 


Une consommation de boissons alcoolisées encore élevée
Dans la zone OCDE, la consommation d'alcool s'élève à 9 litres d'alcool pur en moyenne par personne et par an, ce qui équivaut à près de 100 bouteilles de vin.

De plus, 30 % des hommes et 12 % des femmes se livrent, au moins une fois par mois, à une suralcoolisation épisodique (binge-drinking).

Chez les jeunes de 15 ans, 22 % ont déjà été ivres à deux reprises au moins dans leur vie.

Bien que la consommation d'alcool ait diminué de 14 % en France au cours des 30 dernières années, elle demeure parmi les plus élevées dans les pays de l'OCDE : 11,9 litres d'alcool pur (soit environ 120 bouteilles de vin) par Français sont consommés par an, ce qui nous place à la quatrième position sur 35 pays.
 
Le surpoids et l'obésité, qui touche plus de la moitié des adultes de l'OCDE,  sont aussi en augmentation en France 
Depuis la fin des années 1990, l'obésité augmente rapidement dans de nombreux pays de l'OCDE : 54 % des adultes y sont en surpoids, dont 19 % obèses.

Le taux d'obésité est même supérieur à 30 % en Hongrie, au Mexique, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis. De plus, 25 % des jeunes de 15 ans sont en surpoids et 15 % seulement pratiquent une activité physique suffisante.

Si le nombre d'adultes en surpoids ou obèses en France est toujours plus faible que dans la plupart des autres pays de l'OCDE, il a en revanche légèrement progressé entre 2001-02 et 2013-14, notamment chez les enfants, et en particulier chez les garçons. Par exemple, le taux de surpoids a augmenté de 16 % chez les garçons français âgés de 15 ans entre ces deux périodes.
 
Des dépenses de santé par Français de 15 % supérieure à la moyenne...
Selon le rapport de l'OCDE, la France dépense environ 4 600
US par habitant et par an pour la santé, une dépense 15 % supérieure à la moyenne de l'OCDE qui est d'environ 4 000 $ US (après correction des disparités de pouvoir d'achat).

En proportion du PIB, la France est au cinquième rang des dépenses de santé après les États-Unis, la Suisse, l'Allemagne et la Suède.

Le nombre de médecins et d'infirmiers par habitant est proche de la moyenne des pays de l'OCDE, mais le nombre de lits d'hôpital est nettement supérieur (6,1 lits pour 1 000 habitants en France contre 4,7 lits en moyenne).
 
Mais la France a le plus faible « reste à charge » au sein de l'OCDE
Grâce à l'Assurance maladie et aux assurances complémentaires  les dépenses de santé restant à la charge des patients français sont les plus faibles parmi les pays de l'OCDE : 7 % des dépenses totales de santé contre 20 % en moyenne dans l'ensemble des pays de l'OCDE, et plus de 40 % en Lettonie ou au Mexique.

[édit 17/11] Par contre les cotisations aux assurances complémentaires ont un coût supporté par les usagers, au moins partiellement (les entreprises des travailleurs peuvent en prendre en charge une  partie).

L'OCDE remarque d'ailleurs, dans son rapport complet (page 95), que la France est le pays dont les habitants ont le plus recours aux assurances complémentaires (96 %). A l'inverse, les Suédois et Islandais ne cotisent pas pour des assurances santé privées :


[/édit 17/11] 

Globalement, le taux de couverture d'assurance maladie de base s'élève à au moins 95 % de la population dans tous les pays de l'OCDE sauf sept, les taux les plus bas étant observés en Grèce, aux États-Unis et en Pologne.
 
La prescription des antibiotiques en France, un sujet préoccupant pour l'OCDE
En France, l'utilisation des antibiotiques est supérieure de près de 50 % à la moyenne des pays de l'OCDE, avec une consommation de près de 30 doses quotidiennes définies pour 1 000 habitants contre 20 en moyenne dans les pays de l'OCDE, et 10 aux Pays-Bas.

Seule la Grèce prescrit plus d'antibiotiques par habitant.

Le volume total d'antibiotiques prescrits dans l'OCDE a légèrement progressé entre 2010 et 2015, ce qui est préoccupant compte tenu de la corrélation existante entre le volume d'antibiotiques prescrits localement et la prévalence des souches bactériennes résistantes.


 
Une couverture vaccinale insuffisante en France
Selon les conclusions de l'OCDE, la France doit renforcer sa stratégie vaccinale pour accroître ses taux de vaccination.

Comme dans la plupart des pays de l'OCDE, le pourcentage de la population française âgée de plus de 65 ans vaccinée contre la grippe a diminué fortement au cours des dix dernières années passant de 63,5 % en 2005 à 50,8 % en 2015.

Cette diminution du taux de couverture vaccinale contre la grippe s'explique en bonne partie par une perte de confiance quant à l'efficacité de ces vaccins (ce qui n'est pas forcément injustifié, ce vaccin étant souvent peu efficace, ce qui inquiète d'ailleurs les experts du monde entier)

Le taux de vaccination des enfants contre la rougeole en France est également parmi les plus faibles des pays de l'OCDE. En 2015, 9 % des nourrissons âgés de un an en France n'étaient pas vaccinés contre la rougeole, contre seulement 5 % en moyenne dans les pays de l'OCDE.

Le taux de vaccination des enfants contre l'hépatite B est également particulièrement faible, la France se classant en avant-dernière position devant le Mexique.

Au vu de ces chiffres, l'OCDE se félicite de l'entrée en vigueur des onze vaccins obligatoires pour les enfants à partir du 1er janvier 2018 (sous réserve du vote positif de la loi de finances 2018).


 
Pour aller plus loin
 
« Panorama de la santé 2017, indicateurs de l'OCDE. Comment la France se compare ? », 10 novembre 2017
« Panorama de la santé 2017, indicateurs de l'OCDE. Résumé. », 10 novembre 2017
« Panorama de la santé 2017, indicateurs de l'OCDE. Rapport complet. », 10 novembre 2017

Sources : OCDE

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2018-01-11

Archives des Vidal News