MOVENTIG (naloxegol) : nouvelle spécialité dans la CIO en cas de réponse inadéquate aux laxatifs

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
3.3
(4 notes)
vu par 6279 lecteurs


MOVENTIG est le premier médicament indiqué dans la prise en charge de la constipation induite par les opioïdes (CIO) chez les adultes ayant présenté une réponse inadéquate au(x) laxatif(s).
Son principe actif, le naloxégol, est un antagoniste sélectif des récepteurs µ-opioïdes périphériques, administré par voie orale.

Selon les données disponibles en termes d'efficacité, MOVENTIG a démontré sa supériorité par rapport au placebo à la dose de 25 mg par jour après 12 semaines de traitement, avec une quantité d'effet modeste selon la Commission de la transparence (
avis du 4 novembre 2015). L'efficacité du dosage à 12,5 mg par jour est mal établie. MOVENTIG n'a pas été évalué chez les patients ayant des douleurs cancéreuses.

MOVENTIG est disponible sous forme de comprimés dosés à 12,5 mg et 25 mg.
La dose recommandée est de 25 mg par jour, en 1 prise. Dans certains cas, cette dose est ramenée à 12,5 mg par jour. 
Le comprimé de MOVENTIG est à prendre à jeunde préférence le matin

La surveillance des patients porte notamment sur la survenue de douleurs abdominales, et les signes d'une interférence des opioïdes sur l'analgésie ou d'un syndrome de sevrage aux opioïdes.

MOVENTIG est remboursable à 15 % et agréé aux collectivités
Son prix public (hors honoraire de dispensation) s'élève à 77,32 euros (30 comprimés à 12,5 mg ou à 25 mg).
La constipation est un effet indésirable fréquent des traitements chroniques par opioïdes (illustration).

La constipation est un effet indésirable fréquent des traitements chroniques par opioïdes (illustration).


Nouveau principe actif dans la CIO avec réponse inadéquate au(x) laxatif(s)
MOVENTIG comprimé pelliculé est la première spécialité indiquée dans le traitement de la constipation induite par les opioïdes (CIO) chez les patients adultes ayant présenté une réponse inadéquate au(x) laxatif(s) (Cf. VIDAL Recos "Constipation" et "Soins palliatifs").

Dans les études ayant évalué MOVENTIG (Cf. infra), les patients considérés comme ayant une réponse inadéquate aux laxatifs devaient avoir rapporté, au cours des 2 semaines précédant la première visite de l'étude, des symptômes concomitants de CIO d'intensité au moins modérée alors qu'ils avaient été traités par au moins une classe de laxatifs pendant au minimum 4 jours au cours de la période de présélection de l'étude.

Le principe actif de MOVENTIG est une nouvelle substance de la classe thérapeutique des 
antagonistes sélectifs des récepteurs µ-opioïdes d'action périphérique, le naloxégol, un dérivé PEGylé de la naloxone.
Le naloxégol agit au niveau du tractus gastro-intestinal en diminuant les effets constipants des opioïdes sans altérer les effets analgésiques des opioïdes sur le système nerveux central.

Une efficacité supérieure au placebo, une quantité d'effet modeste
Pour évaluer l'efficacité et la tolérance du naloxégol, la Commission de la transparence s'est appuyée sur deux études contrôlées, randomisées, en double aveugle versus placebo, KODIAC-04 et KODIAC-05 (Cf
avis du 4 novembre 2015).
Les patients étaient atteints de CIO et traités pour une douleur non cancéreuse : 54 % d'entre eux dans une étude et 53 % dans l'autre avaient une réponse inadéquate à un traitement par laxatifs.
Le critère d'évaluation principal était le taux de répondeurs définis comme ayant au moins 3 selles spontanées émises par semaine sans prise de laxatif durant les 24h précédentes, avec au moins 1 selle de plus par semaine par rapport à l'inclusion.
La tolérance à long terme a été évaluée au cours d'une phase d'extension (KODIAC-07).
Enfin, l'étude KODIAC-08 a évalué la tolérance du naloxégol versus un traitement usuel de la CIO durant 52 semaines avec une période de suivi de 2 semaines.

Les résultats de ces études ont montré une quantité d'effet du naloxégol supérieur au placebo avec une quantité d'effet modeste, de l'ordre de 10 à 15 % supplémentaire sous naloxédol 12,5 mg et de 15 à 20 % supplémentaire sous naloxédol 25 mg.


En termes de tolérance, les effets indésirables les plus fréquents ont été des douleurs abdominales, des diarrhées, des nausées et à plus long terme des arthralgies

Le traitement par MOVENTIG n'a pas modifié l'efficacité antalgique des opioïdes, aucun ajustement posologique n'ayant été nécessaire.


Plusieurs limites ont été avancées par la Commission pour analyser les résultats de ces études, tels l'absence d'évaluation de l'efficacité du naloxédol chez les patients ayant un cancer, une quantité d'effet modeste par rapport au placebo en termes de patients répondeurs, un effet sur la qualité de vie pas clairement établie et la durée de la phase comparative limitée à 12 semaines.

Un traitement de 1re intention en cas de réponse inadéquate au(x) laxatif(s)
Sur la base des données disponible, la Commission de la transparence a attribué à MOVENTIG un SMR (service médical rendu) faible et considéré que ce laxatif antagoniste du récepteur opioïde périphérique n'apportait pas d'amélioration du SMR (ASMR V).

Sa place dans la stratégie thérapeutique est, selon la Commission, celle d'un traitement de 1re intention chez les patients adultes atteints de CIO et ayant présenté une réponse insuffisante/inadéquate à un traitement laxatif optimisé (après avoir éliminé un fécalome).

MOVENTIG en pratique
La dose recommandée de MOVENTIG est de 25 mg 1 fois par jour.
Lors de l'instauration du traitement par le naloxégol, il est recommandé d'arrêter tous les traitements laxatifs d'entretien en cours jusqu'à obtention de l'effet clinique du naloxégol.

 
  • Prise à jeun, de préférence le matin
MOVENTIG doit être pris à jeun, au moins 30 minutes avant le premier repas de la journée ou 2 heures après le premier repas de la journée.
Il est recommandé d'administrer le comprimé le matin, afin d'éviter au patient d'aller à la selle au milieu de la nuit.

Pour les patients qui ne sont pas capables d'avaler le comprimé en entier, il est possible de l'écraser et de mélanger la poudre obtenue dans un demi-verre d'eau (120 mL).
La préparation doit être bue immédiatement. Pour récupérer les dépôts, le verre doit être rincé avec un autre demi-verre d'eau (120 mL) et le contenu doit être bu. 
Le mélange peut également être administré via une sonde naso-gastrique (CH8 ou plus). Il est important de rincer la sonde naso-gastrique avec de l'eau après administration du mélange.

 
  • Cas particuliers nécessitant une dose initiale réduite
Dans les situations suivantes, la dose initiale est de 12,5 mg par jour : 
- patients ayant une insuffisance rénale modérée ou sévère ;
- patients traités par des inhibiteurs modérés du CYP3A4 (par exemple : diltiazem, vérapamil).
Si la dose initiale est bien tolérée, elle peut être augmentée à 25 mg.

Conseils aux patients
Lors de la prescription ou de la dispensation, les patients doivent être informés des événements indésirables susceptibles de survenir et de la démarche à adopter :
  • douleurs abdominales graves persistantes inhabituelles : le traitement doit être arrêté en raison du risque de perforation gastro-intestinale, et les patients doivent informer rapidement leur médecin. 
  • douleurs abdominales sévères et diarrhée : le patient doit signaler ces effets au médecin. Une diminution de la dose peut être envisagée ;
  • signes d'une interférence des opioïdes sur l'analgésie ou d'un syndrome de sevrage aux opioïdes : les patients doivent arrêter MOVENTIG et contacter leur médecin.

Un plan de gestion des risques accompagne la commercialisation de MOVENTIG afin de mieux surveiller les risques liés à ce traitement.

Identité administrative

Pour aller plus loin
Se reporter à la monographie VIDAL de MOVENTIG
Avis de la Commission de la transparence (HAS, 4 novembre 2015)

Sources : J.O. (Journal Officiel), EMA (European Medicines Agency), HAS (Haute Autorité de Santé)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2017-12-07

Archives des Vidal News