ZALTRAP (aflibercept) : nouveau facteur de risque potentiel d'ostéonécrose de la mâchoire

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
5.0
(1 note)
vu par 2286 lecteurs


L'antinéoplasique inhibiteur de VEGF, ZALTRAP (aflibercept), "peut être un facteur de risque supplémentaire à la survenue d'une ostéonécrose de la mâchoire" signale l'Agence du médicament (ANSM) dans une information de sécurité du 17 mars 2016 à destination des professionnels de santé.

Ce communiqué fait suite au signalement de cas d'ostéonécrose de la mâchoire (ONM) rapportés chez des patients atteints de cancer et traités par ZALTRAP 
dans le cadre d'une méta-analyse de 3 études de phase III.

Déjà identifié avec d'autres médicaments anti-VEGF, ce risque augmente en cas d'association avec des biphosphonates intraveineux administrés de façon concomitante ou séquentielle, ainsi qu'en cas d'interventions dentaires invasives

Dans ce contexte, des recommandations et des précautions d'emploi de ZALTRAP sont préconisées par l'ANSM afin de prévenir ce risque d'ONM

Ces nouvelle informations seront prochainement intégrées dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de ZALTRAP ainsi que dans la notice destinée aux patients.
ZALTRAP en association avec la chimiothérapie irinotécan/5-fluorouracile/acide folinique (FOLFIRI) est indiqué dans la prise en charge des adultes atteints d'un cancer colorectal métastatique (illustration).

ZALTRAP en association avec la chimiothérapie irinotécan/5-fluorouracile/acide folinique (FOLFIRI) est indiqué dans la prise en charge des adultes atteints d'un cancer colorectal métastatique (illustration).


Des cas d'ostéonécrose de la mâchoire rapportés chez des patients atteints de cancer traités par ZALTRAP
Les données d'une méta-analyse de 3 études de phase III (EFC10262/VELOUR, EFC10261/V1TAL, EFC10547/VANILLA) ont mis en évidence une fréquence globale d'ostéonécrose de la mâchoire (ONM) de 0,2 % chez les patients traités par aflibercept (n = 3/1 333) mais < 0,1 % chez les patients du groupe placebo (n = 1/1 329).

Plusieurs de ces patients avaient reçu un traitement concomitant à base de bisphosphonates intraveineux, pour lesquels l'ONM est un effet indésirable identifié. 

Huit cas notifiés dans le monde au 3 août 2015
Le nombre total d'ONM rapportés au laboratoire Sanofi au 3 août 2015 s'élève à 8 cas sur 22 700 patients atteints de cancer auxquels il est estimé que ZALTRAP a été administré.

Parmi ces 8 cas :
  • 3 étaient associés à l'utilisation concomitante de bisphosphonates
  • 3 avaient subi des interventions dentaires dont 2 recevaient ou avaient reçu récemment un traitement par bisphophonates
  • aucun n'a eu d'issue fatale.

ZALTRAP : facteur de risque supplémentaire d'ostéonécrose de la mâchoire
Sur la base de ces données et de l'effet de classe potentiel des agents antiangiogénétiques ciblant la voie des VEGF (Vascular endothelial growth factor ou Facteur de croissance de l'endothélium vasculaire), ZALTRAP peut être considéré comme un facteur de risque supplémentaire à la survenue d'une ONM.

Selon une lettre d'information aux professionnels de santé, transmise sous l'autorité de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), "ce risque doit particulièrement être pris en considération lorsque ZALTRAP et les bisphosphonates intraveineux sont administrés de façon concomitante ou séquentielle."

Les interventions dentaires invasives : un autre facteur de risque identifié d'ONM
L'ANSM précise par ailleurs que "L
es interventions dentaires invasives constituent également un facteur de risque identifié d'ostéonécrose de la mâchoire."
A ce titre, il est par ailleurs recommandé :
  • avant d'instaurer un traitement par ZALTRAP : de pratiquer un examen buccodentaire ainsi que des soins dentaires préventifs ;
  • chez les patients traités par ZALTRAP qui ont précédemment reçu ou qui reçoivent des bisphosphonates : d'éviter si possible les interventions dentaires invasives.
 
Une mise à jour du résumé des caractéristiques du produit (RCP) et de la notice de ZALTRAP est prévue afin d'y inclure ces nouvelles informations et de fournir les recommandations pour la prise en charge des patients concernés. 

Ostéonécrose de la mâchoire : un risque déjà "encadré" pour les bisphosphonates
En mars 2015, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) avait déjà renforcé les mesures pour encadrer l'utilisation des biphosphonates IV et limiter le risque de survenue d'ostéonécrose de la mâchoire (notre article du 23 mars 2015).

Des cartes patients sont fournies avec les spécialités à base de dénosumab (PROLIA, XGEVA) ou de biphosphonate par voie intraveineuse (acide zolédronique, pamidronique ou ibandronique) afin de rappeler l'importance du suivi dentaire avant et au cours de ce type de traitement.

Pour mémoire
ZALTRAP en association avec la chimiothérapie irinotécan/5-fluorouracile/acide folinique (FOLFIRI) est indiqué chez les adultes atteints d'un cancer colorectal métastatique (CCRM) résistant ou ayant progressé après un traitement à base d'oxaliplatine (Reco VIDAL Cancer colorectal).

Ce médicament est réservé à l'usage hospitalier.
La prescription est réservée aux spécialistes en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie.

Pour aller plus loin
Communiqué : Zaltrap® (aflibercept) : informations relatives au risque d'ostéonécrose de la mâchoire (ANSM, 17 mars 2016)
Lettre aux professionnels de santé (sur le site de l'ANSM, 17 mars 2016)

Sur Vidal.fr
AVASTIN, cas d'ostéonécrose de la mâchoire (4 février 2011)
Biphosphonate IV et dénosumab : une carte patient pour minimiser le risque d'ostéonécrose de la mâchoire (23 mars 2015)
 

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News