GILENYA (fingolimod) : nouvelles recommandations pour renforcer la sécurité d'emploi

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 8503 lecteurs


L'immunosuppresseur sélectif, GILENYA 0,5 mg gélule (fingolimod) expose les patients à des effets indésirables graves, dont le carcinome basocellulaire, la leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) et les infections opportunistes

A ce titre, le profil de sécurité de GILENYA a été renforcé par de nouvelles recommandations, en termes de surveillance et d'information du patient :
  • pour limiter le risque de carcinome basocellulaire, un examen dermatologique doit être réalisé avant d'initier le traitement par GILENYA, puis pendant le traitement ;
  • pour limiter le risque de LEMP, une IRM doit être réalisée avant d'initier le traitement, puis pendant le traitement. Les patients doivent être informés des signes évocateurs de LEMP ;
  • en cas d'infection sévère, le traitement par GILENYA doit être différé ou suspendu si celui-ci a déjà débuté.

Ces recommandations s'ajoutent à celles déjà mentionnées dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP), notamment la surveillance de la numération formule sanguine (NFS) qui doit être réalisée avant l'initiation du traitement puis de façon périodique au cours du traitement.

Indiqué en monothérapie comme traitement de fond des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) rémittente-récurrente
GILENYA est soumis à prescription initiale hospitalière semestrielleréservée aux spécialistes en neurologie.
La 1re administration doit être effectuée en milieu hospitalier.
Lésions de démyélinisation par scléroses multiples (illustration @Marvin 101, sur Wikimedia).

Lésions de démyélinisation par scléroses multiples (illustration @Marvin 101, sur Wikimedia).


Un effet immunosuppresseur à l'origine d'effets secondaires graves
De nouvelles recommandations d'utilisation et de surveillance sont ajoutées au résumé des caractéristiques du produit (RCP) de l'immunosuppresseur sélectif GILENYA 0,5 mg gélule (fingolimod). 

Indiqué dans le traitement de fond des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) rémittente-récurrente, le fingolimod présente des effets immunosuppresseurs, exposant les patients à des effets indésirables graves tels que : 
  • un carcinome basocellulaire : des cas ont été rapportés dans les essais cliniques et depuis la commercialisation de GILENYA ;
  • une leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) à virus John-Cunningham (JCV), d'issue potentiellement fatale (voir notre article du 30 avril 2015) ;
  • des lymphomes ;
  • des infections opportunistes, y compris les infections du système nerveux central.

Une surveillance renforcée : examen dermatologique, IRM et NFS 
Dans un courrier adressé aux neurologues et aux médecins généralistes, le laboratoire Novartis détaille les recommandations visant à renforcer la sécurité d'emploi de GILENYA.

 
  • Prévention du risque de carcinome basocellulaire : examen dermatologique
Un examen dermatologique doit être réalisé afin de repérer d'éventuelles lésions cutanées traduisant un carcinome basocellulaire.
Cet examen doit être pratiqué avant l'initiation du traitement, après au moins 1 an, puis au moins une fois par an si nécessaire.
En cas de lésions suspectes, une consultation dermatologique doit être programmée.

 
  • Prévention du risque de LEMP : IRM
En raison du risque de LEMP, il est recommandé de pratiquer une IRM initiale de référence (habituellement de moins de 3 mois) avant d'initier le traitement, puis des IRM de routine.
En cas de suspicion de LEMP, le traitement doit être interrompu en attendant les résultats de l'IRM et tant que le diagnostic de LEMP n'est pas écarté. 

A noter qu'un test de détection des anticorps anti-JCV négatif n'exclut pas la possibilité d'une infection ultérieure par le JCV. L'influence de la lymphopénie sur la précision du test de détection des anticorps anti-JCV n'a pas été étudiée chez les patients traités par fingolimod.

L'information des patients et de leur entourage est importante pour permettre une prise en charge précoce, en présence de signes évocateurs de LEMP.

 
  • Prévention du risque d'infections opportunistes
Le fingolimod augmente le risque d'infections opportunistes, y compris du système nerveux central :
- infections virales par le virus herpès simplex, ou le virus varicelle-zona ;
- infections fongiques, comme les méningites à cryptocoques ;
- infections bactériennes, à mycobactéries atypiques par exemple.

Le traitement par GILENYA ne doit pas être instauré en cas d'infection active sévère non résolue. L'instauration du traitement doit alors être différée.

En cas de survenue d'une infection sévère chez un patient sous GILENYA, le traitement doit être interrompu. La reprise du traitement doit être évaluée au cas par cas.

Il est nécessaire de rester vigilant quant à l'apparition d'éventuelles infections pendant la période d'élimination du fingolimod, qui peut prendre jusqu'à 2 mois après l'arrêt du traitement.

 
  • NFS, un contrôle périodique
Une numération formule sanguine (NFS) doit être réalisée avant l'initiation du traitement par GILENYA, au cours des 6 mois précédents ou après l'arrêt d'un traitement antérieur.
Cette surveillance doit permettre de s'assurer de la résolution des effets immunitaires du traitement antérieur (cytopénie).

La NFS doit ensuite être contrôlée de façon périodique pendant le traitement :
  • à 3 mois de traitement, 
  • puis au moins 1 fois par an, 
  • et en présence de signes d'infection.

Pour mémoire
GILENYA est indiqué en monothérapie comme traitement de fond des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) rémittente-récurrente pour les groupes de patients adultes suivants (Cf. Reco VIDAL Sclérose en plaques) :
  • patients présentant une forme très active de la maladie malgré un traitement complet et bien conduit par au moins un traitement de fond de la sclérose en plaques,
  • ou patients présentant une sclérose en plaques rémittente-récurrente sévère et d'évolution rapide, définie par 2 poussées invalidantes ou plus au cours d'une année associées à 1 ou plusieurs lésion(s) rehaussée(s) après injection de gadolinium sur l'IRM cérébrale ou une augmentation significative de la charge lésionnelle en T2 par rapport à une IRM antérieure récente.

Pour aller plus loin
Fingolimod (Gilenya®) : Risques liés aux effets sur le système immunitaire (ANSM, 27 janvier 2016)
Lettre aux neurologues et aux médecins généralistes (sur le site de l'ANSM, 27 janvier 2016)

Sur Vidal.fr
GILENYA (fingolimod) : premier cas de LEMP chez un patient atteint de SEP, naïf d'autres traitements immunosuppresseurs (30 avril 2015)

Sources : EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-09-12

Archives des Vidal News