Benzodiazépines et maladie d'Alzheimer

Par Stéphane Courbois - Date de publication : 01 Octobre 2012
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 146 lecteurs

Ces anxiolytiques largement utilisés en France semblent liés à l'apparition de la maladie d'Alzheimer.

médicaments

médicaments

Xanax, Lexomil, Tranxène, Lysanxia, Temesta... la liste des benzodiazépines est longue et les Français connaissent très bien cette classe de médicaments de l'anxiété, dont on questionne aujourd'hui le lien avec la maladie d'Alzheimer. Le Professeur Bernard Bégaud, pharmacologue et pharmacoépidémiologiste reconnu, en parle depuis longtemps ("Le bon usage des psychotropes" chapitre II.A1, rapport remis à l'Assemblée Nationale en 2006). Les résultats de son étude, co-signée avec Tobias Kurth et publiée le 27 septembre dans le British Medical Journal, montrent que les personnes âgées consommant des benzodiazépines ont plus de risques de développer une démence (perte des capacités de mémoire, du langage et de l'attention : maladie d'Alzheimer en particulier). 

L'étude a suivi 1063 hommes et femmes âgés de plus de 50 ans (78 ans en moyenne) entre 1987 et 2007. Ces personnes n'ont ni consommé de benzodiazépines pendant les trois premières années, ni présenté de signe de démence pendant les cinq premières années. Les chercheurs ont analysé le risque de développer une démence pendant les 15 années suivantes.

Les résultats indiquent que 95 des 1063 patients ont initié un traitement par benzodiazépines au cours de l'étude. Au total, 253 (23.8%) cas de démence ont été confirmés, dont 30 parmi les 95 consommateurs de benzodiazépines et 223 chez les 968 autres sujets de l'étude. Le risque de développer une démence dans les 15 ans était augmenté d'environ de 50% pour les patients ayant consommé des benzodiazépines. Ce type d'étude ne permet pas néanmoins d'établir de lien de causalité, l'anxiété étant peut-être l'un des premiers symptômes de la démence. Mais les résultats ont de quoi alerter...

En France, près d'un tiers des personnes âgées de plus de 65 ans consomment des benzodiazépines de façon chronique, alors que la durée maximale de prescription est légalement limitée à 12 semaines. Dans ce contexte, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) met en place un plan d'actions visant à réduire le mésusage des benzodiazépines : sécurisation de la prescription, campagne de communication vers les médecins généralistes, analyse de toutes les données épidémiologiques disponibles concernant le lien entre les benzodiazépines et la démence et le cas échéant discussion à l'échelle européenne pour modifier les conditions de prescription de ces médicaments.

 

source : Billioti de Gage S. et coll. : Benzodiazepine use and risk of dementia: prospective population based study. BMJ 2012 ;345: e6231.

Sources : EurekaSanté Ancien

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster