Ventes de médicaments en France : l'ANSM publie son rapport annuel d'analyse

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 4552 lecteurs


Le rapport 2013 de l'analyse des ventes de médicaments en France vient de paraître. Les tendances observées en 2012 semblent se confirmer, notamment le ralentissement global de la croissance du marché pharmaceutique, un chiffre d'affaire des ventes aux officines en recul et, à l'inverse, des ventes aux établissements de santé en progression. 
Les 30 substances actives les plus vendues (en quantité) en ville (@ ANSM).

Les 30 substances actives les plus vendues (en quantité) en ville (@ ANSM).


Le rapport annuel d'analyse des ventes de médicaments vient de paraître.
Réalisé par l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), ce rapport s'est appuyé sur les déclarations de ventes faites par les laboratoires exploitants pour l'année 2013.

Un marché global en baisse
En valeur, le marché pharmaceutique global continue à régresser, avec un recul en 2013 de 1,4 %.
Cette situation s'explique par le développement du marché des génériques et par les baisses des prix pratiquées en 2013.
En quantité, la consommation s'est très légèrement infléchie.
Ce marché de 26,8 milliards d'euros se répartit entre la ville (20,6 milliards d'euros) et les établissements de santé (6,2 milliards d'euros).
Selon la même tendance observée en 2012, le chiffre d'affaires des ventes destinées aux officines a régressé en 2013 (- 2,4 %) alors que les ventes aux établissements hospitaliers ont progressé (+ 1,8 %). 

Figure 2 : Dynamique du marché hospitalier (source : ANSM)
Progression du marché des génériques
En 2013, le marché des médicaments génériques a poursuivi sa progression. Celle-ci a été stimulée par le dispositif "tiers-payant contre générique". Les génériques ont représenté 15,5 % du marché en valeur et plus de 30 % en quantité. Autrement dit, 3 médicaments remboursables distribués sur 10 étaient des médicaments génériques.  
L'amoxicilline a été la substance la plus utilisée en quantité, suivie de l'association tramadol/paracétamol. En valeur, la substance en tête du classement était l'atorvastatine, suivie du clopidogrel.


Source : ANSM

Le marché en ville
En ville, la majorité des spécialités distribuées est représentée par les spécialités à prescription obligatoire (PMO), avec 84 % du chiffre d'affaires et 54 % des quantités vendues. En valeur, le médicament le plus vendu était le LUCENTIS (ranibizumab) et en volume, le LEVOTHYROX (lévothyroxine sodique).
Le marché des spécialités soumises à prescription médicale facultative (PMF) est représenté en majorité par les spécialités remboursables (72 % du marché en quantité) alors que les spécialités non remboursables ne représentent que 28 % du marché en quantité.
En valeur comme en quantité, la spécialité la plus vendue était DOLIPRANE (paracétamol), suivie de DAFALGAN (paracétamol). 
Le marché des spécialités non remboursables a subi un recul ; il a représenté moins de 9 % des ventes en valeur et près de 15 % en quantité. 


Source : ANSM

Le marché hospitalier
Sans surprise, les médicament injectables représentent plus de 2/3 du marché hospitalier.
La substance active la plus vendue à l'hôpital (en chiffre d'affaire et en nombre de boîtes) est un antinéoplasique, l'AVASTIN (bévacizumab).

Pour aller plus loin
Ventes de médicaments en France : le rapport d'analyse de l'année 2013 - Communiqué (ANSM, 24 juin 2014)
Rapport 2013 d'analyse des ventes de médicaments en France (ANSM, 24 juin 2014)

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News