XELODA comprimé pelliculé et génériques (capécitabine) : mises en garde contre de possibles réactions cutanées sévères

Par David Paitraud - Date de publication : 20 Décembre 2013
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 480 lecteurs
Bien que très rares, des réactions cutanées sévères, d'issue fatale dans certains cas, peuvent être associées à la capécitabine (XELODA et génériques). Cette situation impose l'arrêt immédiat et définitif du traitement.
Du fait de sa forme orale, XELODA  est le plus souvent utilisé par des patients à domicile.

Du fait de sa forme orale, XELODA est le plus souvent utilisé par des patients à domicile.


Le laboratoire Roche, en accord avec l'EMA (Agence européenne du médicament) et l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), souhaite mettre en garde les professionnels de santé (notamment les oncologues, les gastro-entérologues, les radiothérapeutes, les urgentistes et les pharmaciens d'officine) sur le risque de réactions cutanées sévères associé à la capécitabine (XELODA et génériques).
 
Effets indésirables rares mais potentiellement fatals
En effet, de très rares cas de réactions cutanées sévères telles que le syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et la nécrolyse épidermique toxique (NET), dont certains d'issue fatale, ont été rapportés lors de traitement par XELODA. La fréquence est estimée à moins de 1 cas sur 10 000.
 
La NET et le SSJ se caractérisent par des macules érythémateuses douloureuses généralisées évoluant vers la formation de vésicules et un décollement cutané, souvent précédés d'une photophobie, de symptômes d'infection des voies aériennes supérieures (mal de gorge) et de fièvre. 
Les réactions cutanées sévères, en particulier le SSJ et la NET, sont associées à une morbidité et une mortalité significatives. 
 
D'autres réactions cutanées sont rapportées avec XELODA en monothérapie, dont l'érythrodysesthésie palmo-plantaire (ou syndrome main-pied) et les dermatites. Ces réactions surviennent de façon très fréquente (fréquence supérieure ou égale à 10 %).
Les éruptions cutanées, l'alopécie, les érythèmes et la sécheresse cutanée sont des réactions fréquentes.
Prurit, desquamation, hyperpigmentation cutanée, photosensibilité et syndrome radio-induit ont également été observés lors de traitement par XELODA.
 
Arrêt immédiat du traitement
La morbi-mortalité des réactions cutanées sévères (SSJ et NET) peut être diminuée chez les patients pour lesquels un arrêt rapide de la prise du médicament suspecté d'être à l'origine de la réaction est réalisé, comparativement à ceux poursuivant le traitement après l'apparition des vésicules.
Aussi, le traitement par XELODA ou l'un de ses génériques doit être arrêté immédiatement et définitivement en cas de survenue de réactions cutanées sévères.
 
Informer le patient 
Les patients doivent savoir reconnaître les signes cliniques d'une réaction cutanée sévère, afin de permettre une prise en charge médicale rapide. 
En cas d'apparition d'une fièvre, d'une conjonctivite, de maux de gorge ou d'une éruption cutanée, le patient doit consulter en urgence un médecin avant toute nouvelle prise de capécitabine.
 
Pour mémoire
XELODA est indiqué :
  • en traitement adjuvant du cancer du côlon de stade III (stade C de Dukes) après résection ;
  • dans le traitement du cancer colorectal métastatique ;
  • en première ligne dans le traitement du cancer gastrique avancé, en association à une chimiothérapie à base de sel de platine ;
  • en association avec le docétaxel, dans le traitement du cancer du sein localement avancé ou métastatique, après échec à une chimiothérapie cytotoxique. La chimiothérapie antérieure doit avoir comporté une anthracycline ; 
  • en monothérapie dans le traitement du cancer du sein localement avancé ou métastatique, après échec aux taxanes et à une chimiothérapie contenant une anthracycline, ou lorsqu'une chimiothérapie par anthracycline n'est pas indiquée.
 
Sources et ressources complémentaires
Lettre du laboratoire Roche aux professionnels de santé (sur le site de l'ANSM, décembre 2013)

Sources : Laboratoire Roche , EMA (European Medicines Agency) , ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster