Dérivés de l'ergot de seigle : retrait de tous les lots des spécialités concernées

- Date de publication : 06 Novembre 2013
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 745 lecteurs
Suite à leur suspension d'AMM (autorisation de mise sur le marché) annoncée en septembre dernier en raison d'un rapport bénéfice/risque défavorable, toutes les spécialités orales contenant de la dihydroergotamine, de la nicergoline, de la dihydroergocriptine et de la dihydroergocristine ont été retirées du marché français le 5 novembre.
L'ergot de seigle est un champignon du groupe des ascomycètes, parasite du seigle et d'autres céréales.

L'ergot de seigle est un champignon du groupe des ascomycètes, parasite du seigle et d'autres céréales.


Tous les lots non périmés des spécialités orales contenant de la dihydroergotamine (TAMIK, IKARAN, SEGLOR, DIHYDROERGOTAMINE AMDIPHARM), de la dihydroergocristine (ISKEDYL), l'association dihydroergocryptine-caféine (VASOBRAL), ou de la nicergoline (SERMION et génériques) ont été retirés du marché le 5 novembre 2013.
Au total, 27 spécialités (princeps et génériques) sont concernées par cette alerte.
 
Suspension des AMM 
Les AMM des médicaments contenant des dérivés ergotés ont fait l'objet d'une réévaluation européenne, ayant conclu à un rapport bénéfice/risque défavorable.
En effet, ces spécialités présentent un risque d'effets indésirables de type fibrose ou ergostime, tandis que les données d'efficacité actuellement disponibles sont limitées. En outre, les effets indésirables sont caractérisés par une apparition tardive des symptômes, compliquant le diagnostic de fibrose.
Tenant compte de ces conclusions européennes, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a recommandé, dès le mois de septembre, de ne plus prescrire ces médicaments et d'envisager une alternative thérapeutique.
 
Pour mémoire
Ces médicaments étaient indiqués dans le traitement de fond de la migraine, de l'hypotension orthostatique, des déficits cognitif, neurosensoriel ou de l'acuité visuelle, ainsi que dans le traitement d'appoint de la claudication intermittente des artériopathies des membres inférieurs.
 
Sources et ressources complémentaires

Sources : Laboratoire Alfa Wassermann Pharma , Laboratoire Teva Santé , Laboratoire Mylan , Laboratoire UCB Pharma , Laboratoire EG Labo , Laboratoire sanofi aventis France , Laboratoire CSP , Laboratoire Chiesi SA , Laboratoire Pierre Fabre , EMA (European Medicines Agency) , ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster