eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Ciguatera (la « gratte »)

Mis à jour : Vendredi 12 juillet 2019

La ciguatera (la « gratte ») est due à une toxine (ciguatoxine) sécrétée par des algues microscopiques proliférant dans les récifs coralliens pollués.

Comment attrape-t-on la ciguatera ?

On attrape la gratte en mangeant des poissons de mer carnivores qui ont mangé des poissons ayant ingéré ces algues. En particulier, les gros poissons comme le barracuda. Attention, la toxine résiste à la cuisson.

Le risque de contamination est plus élevé après un cyclone.

Où attrape-t-on la ciguatera ?

La ciguatera sévit dans les régions tropicales et intertropicales (Océanie, Polynésie, océan Indien, Caraïbes). Les eaux doivent être chaudes et abriter des récifs coralliens.

Y a-t-il une saison de la ciguatera.

La gratte sévit en toutes saisons.

Quels sont les symptômes de la ciguatera ?

    Quelques minutes à quelques heures après l’ingestion, la ciguatera se traduit par :
  • des signes digestifs : vomissements, diarrhée, douleurs abdominales ;
  • des signes neurologiques : fourmillements, douleurs musculaires et articulaires, vertiges, paralysies, inversion des sensations de chaud et de froid ;
  • des signes cardiovasculaires : ralentissement du pouls, hypotension ;
  • d'autres signes : démangeaisons, sueurs, fatigue, hypersalivation ou bien sécheresse buccale, parfois rougeurs.

La ciguatera peut être très grave en cas de paralysie des muscles respiratoires ou malaise cardiaque.

Comment soigne-t-on la ciguatera ?

La ciguatera justifie une consultation médicale. Le traitement est celui des symptômes : antihistaminiques et anesthésiques locaux contre les démangeaisons.

Comment prévenir la ciguatera ?

    Pour prévenir la gratte :
  • Dans les régions concernées, évitez de consommer les poissons « plus grands que votre assiette » (mérou, barracuda, poisson-perroquet, requin, poisson chirurgien, lutjan, bec-de-cane, carangue, mulet, loche, bécune, napoléon, etc.).
  • Ne mangez jamais le foie ou les viscères des poissons des régions où la toxine est présente.
  • Ne mangez pas les poissons que les autochtones ne mangent pas.
  • Montrez toujours votre pêche à un pêcheur local avant de la consommer.
Presse - CGU - Données personnelles - Mentions légales - Contact webmaster