eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Natation
Références

Mise à jour : 21 Janvier 2020
Quel sport pour votre
patient ?

Références

  • Comité sport-santé, Fédération Française de Natation

Le service recherche de la fédération joue un rôle de veille scientifique et technologique pour apporter à toutes les composantes fédérales des récents éclairages validés au niveau national et international.

Transfert sur la capacité fonctionnelle pédestre
Les études réalisées sur des populations sédentaires montrent de manière unanime une amélioration de la capacité fonctionnelle en marche et en course suite à la réalisation d’un programme d’entrainement en natation de plusieurs semaines. (Leber et al. 1989 – Mohr et al. BioMed Res Int 2014 – Cox et al. 2010

Effet sur les maladies cardiovasculaires
Les travaux appliqués à la natation confirment un effet positif de sa pratique sur la concentration en « mauvais » cholestérol LDL. (Tanaka Sport Médicine 2009 – Cox et al. Metabolism 2010).
Il est aujourd’hui clairement montré que l’entraînement en endurance permet de réduire la prévalence du diabète de type 2. Bien que peu d’études aient investigué spécifiquement l’influence de l’entraînement en natation sur cette maladie, les résultats convergent pour confirmer cet état positif de la natation sur le plan sanitaire (Tanaka Sports Medicine 2009).
La natation permet de baisser la glycémie avec une amélioration très nettement supérieure chez les diabétiques ( Sideraviciute et al. Medecina 2006)
La littérature scientifique démontre un effet positif de la pratique de la natation sur la tension artérielle pour les individus hypertendus (Cox et al. « Sweat-2 » 2010 – Tanaka er al. 1997 – Mohr et al. 2014 – Nualnim et al. 2006 – Chen et al. – Nualnom et al. Am J Cardial 2012)

Effet sur les maladies respiratoires
Selon Beggs et al. Cochrane Database Syst Rev 2013, la pratique de la natation n’a pas d’effet statistique sur la qualité de vie et la sévérité des symptômes de l’asthme, mais :
Un effet positif notable sur le VO2max (+10ml/min/kg en moyenne).
Aucun effet délétère de la pratique de la natation rapportée par cette méta-analyse.
Ces résultats encouragent la pratique de la natation chez les sujets asthmatiques.
Mc Namara et al. cochrane Datatbase Syst Rev 2013, montrent que la pratique de la natation a un effet positif sur la performance aérobie chez des patients atteints de maladies pulmonaires obstructives chroniques.

Effet sur la composition corporelle et les maladies métaboliques
L’ensemble des études (Gwinup 1987 – Lieber et al. 1989 – Tanaka et al. 1997 – Gappmaier et al. 2006 – Sideraciciute et al. 2006 – Cox et al  2010 – Mohr et al. 2014) démontre que la natation, à hauteur de 2/3 séances par semaine de 45min à 1h, permet d’améliorer la composition corporelle. Des résultats positifs sont généralement observés après 3 mois d’entraînement (baisse de la masse grasse et augmentation de la masse maigre).

Effet sur la santé ostéo-articulaire
L’implication à long terme dans des sports portés tels que la natation ou le cyclisme n’augmente pas la densité osseuse (by Tenforde & Fredericson PM R 2011). Ceci laisse supposer que la natation ne permet pas de prévenir le développement de l’ostéoporose.
L’étude comparative de Ferry et al. J Bone Miner Metab 2011, confirme que la pratique de la natation ne participe pas  à l’amélioration de la santé osseuse et renforce l’intérêt de la pratique complémentaire d’activités à forte sollicitation mécanique.

Effet sur les maladies du système nerveux central
Selon Radak et al. J Alzheimer Dis 2010, il est aujourd’hui clair que l’exercice physique représente un moyen efficace pour prévenir la maladie d’Alzheimer ainsi que les autres troubles neurodégénératifs liés au vieillissement.
La pratique de la natation est susceptible de ralentir la dégradation des fonctions cognitives des patients atteints de sclérose multiple (Jin et al. J Exerc Rehabil 2014).
L’exercice aquatique, thérapie sans risques pour les gens affectés de Parkinson, améliore leur forme physique et soulage les personnes de l’impact de la maladie sur leur vie (C. Ayan, J.M. Cancela 2012)

Effet sur la santé mentale et sociale
La pratique de la natation est susceptible de concourir au bien-être psychologique de l’individu en contribuant à augmenter l’estime de soi. Elle agit ainsi en améliorant l’ensemble des facteurs qui déterminent la valeur physique perçue, l’un des éléments fondateurs de l’estime de soi (By Fortes et al. Int J Sport & Exerc Psychol 2004).

Vous pouvez consulter le chapitre Natation de la fédération (format PDF) : Chapitre FF Natation

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Contact webmaster