eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Golf
Risques et avis médical

Mise à jour : 14 Novembre 2018
Quel sport pour votre
patient ?

Risques et avis médical

Prévention des risques

  • Rares, tant au plan cardio-vasculaire qu’ostéo-articulaire ;
  • Essentiellement micro-traumatiques, liés le plus souvent à des défauts techniques ou un matériel inadapté (surtout chez les débutants) : coudes, dos
    • Prévention : échauffement suffisant, apprentissage du geste de swing
  • Exceptionnellement impact d’une balle dans l’œil ;
    • Prévention : consignes de sécurité : placement, avertissement en cas de trajectoire déviée
  • A titre d’exemple, une reprise du golf est possible rapidement (4 à 5 mois) après prothèse totale de hanche.

Précautions liées à l’environnement

  • Éviter la pratique si > 30°C ;
  • Éviter la pratique d’intensité élevée en cas de pic de pollution (le cas échéant) ;
  • En cas de froid, prolonger l’échauffement, se couvrir, éviter la pratique si < -5° ;
  • Prévention des effets négatifs de l’exposition solaire (casquette, protection solaire, lunettes de soleil) ;
  • Ne pas se placer devant un autre joueur ;
  • Emporter de l’eau sur le parcours et s’hydrater régulièrement (surtout par temps chaud et / ou si traitement diurétique) (la plupart des parcours ont des points d’eau).

Identification et respect des signes d’alerte obligeant l’arrêt de l’effort :

  • douleurs thoraciques ;
  • palpitations ;
  • malaise ;
  • hypoglycémie ;
  • fatigue inhabituelle ;
  • dyspnée inhabituelle ;
  • céphalées brutales ;
  • douleurs rachidiennes ;
  • choc délivré par le défibrillateur.

Avis médical Spécialisé préalable : OUI

Certificat médical d’absence de contre-indication (CACI) obligatoire, non spécifique, délivré par le médecin traitant (celui-ci sollicitera, si nécessaire, l’avis du médecin spécialiste)

  • à la 1ère prise de licence (pratique loisir et prévention primaire) ;
  • fréquence de renouvellement conforme à la réglementation, pour la prévention secondaire et tertiaire.

L’avis du spécialiste est nécessaire :

  • Pour le diabète (de type 1 et 2) si le bilan annuel des complications dégénératives n’a pas été fait ou que les complications ne sont pas stabilisées (en particulier cardiaques et ophtalmologiques)
  • Pour toute pathologie cardio-vasculaire en dehors d’une HTA équilibrée par le traitement

Formulaire spécifique CACI : NON

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster