eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Badminton
Prévention secondaire et tertiaire

Mise à jour : 14 Novembre 2018
Quel sport pour votre
patient ?

Prévention secondaire et tertiaire

La prévention secondaire vise à agir au tout début de la maladie afin d’en limiter l’évolution ou d’en faire disparaître les facteurs de risque. La prévention tertiaire consiste, lorsque la maladie est installée, à réduire l’aggravation, les complications, invalidités ou rechutes. Pour chacune des pathologies ciblées, la pratique de la discipline sportive concernée permet de répondre à plusieurs objectifs thérapeutiques décrits ci-dessous.

Cardiologie et angiologie

Hypertension artérielle

Niveau de sévérité : 1Public pouvant bénéficier d’une pratique d’APS de type ‘loisir’, ‘Sport Santé pour tous’, sans précaution particulière ou précautions limitées Info +

Objectifs thérapeutiques
Pathologies cardiologiques et angiologiques
  • Diminution de la pression artérielle de repos
  • Maintien de l'élasticité vasculaire

Pathologies cardiovasculaires

Objectifs thérapeutiques
Pathologies cardiologiques et angiologiques
  • Amélioration de la récupération cardiaque à l'exercice
  • Diminution de la fréquence cardiaque de repos
  • Maintien de l'élasticité vasculaire
  • Maintien de la fonction cardiaque (ou du volume d'éjection)
Pathologies pneumologiques
  • Diminution de la dyspnée à l'exercice

Gériatrie

Effets de l'avancée en âge

Niveau de sévérité : 1Public pouvant bénéficier d’une pratique d’APS de type ‘loisir’, ‘Sport Santé pour tous’, sans précaution particulière ou précautions limitées, 2Public pouvant bénéficier de programmes d’APS de type ‘Sport Santé pour public spécifique’ nécessitant certaines précautions particulières, 3Public fragile pour lequel une activité physique en milieu spécialisé extra-fédéral sera envisagée Info +

Pratique

Rythme : 1 à 5 séances par semaine (mais limitation le plus souvent à 2 séances hebdomadaires du fait de la disponibilité des installations et du souhait de la majorité des pratiquants)

Durée : 45' à 2 heures

Adaptation : - Seniors de plus de 55 ans physiquement actifs (compétiteurs ou pratiquants loisirs) : pratique traditionnelle - Seniors pré-fragiles (sédentaires, porteurs de maladies chroniques, sous traitement médicamenteux…) : pratique santé / bien-être - Seniors fragiles, en perte d’autonomie : pratique adaptée en établissement d’accueil, sous contrôle de l’équipe soignante

Objectifs thérapeutiques
Toutes pathologies
  • Amélioration de l'autonomie
  • Maintien de l'autonomie
  • Maintien de la mémoire
Pathologies métaboliques
  • Maintien de l'équilibre pondéral
Pathologies rhumatologiques
  • Amélioration de la mobilité articulaire
  • Prévention des fractures ostéoporotiques
Pathologies neurologiques
  • Maintien de l'équilibre
  • Maintien de la concentration
  • Prévention des troubles cognitifs

Métabolique

Pathologies métaboliques

Diabète : prévention et gestion des hypoglycémies (diabète traité par médicaments hypoglycémiants)- auto-mesure de la glycémie (avant, toutes les heures au début ou en cas de pratique inhabituelle, à la fin et à distance)- surveillance des pieds systématique à la fin de chaque séance- l’éducateur recommandera à la personne diabétique d’apporter avec elle son appareil de mesure et des aliments de resucrage

Objectifs thérapeutiques
Pathologies métaboliques
  • Amélioration de l'équilibre glycémique (DT2)
  • Amélioration de la composition corporelle
  • Maintien de l'équilibre pondéral
  • Prévention de la reprise de poids
  • Réduction du tour de taille

Oncologie et hématologie

La pratique d'une activité physique et sportive (APS) porte sur des patients stabilisés dont les effets iatrogènes des soins ne sont plus évolutifs et susceptibles de survenir en mettant le pratiquant en danger.Elle s’applique donc à des patients qui ont achevés leur chirurgie, irradiation et chimiothérapie depuis au moins 3 à 6 mois. Durant les soins et le post traitement précoce, la prise en charge ne peut se faire qu’en collaboration étroite avec les médecins en charge des soins anticancéreux dans des centres dédiés.La poursuite d’une hormonothérapie n’est pas un frein à la pratique de l’APS car tous effets iatrogènes sont influencés favorablement par l’APS.

Cancers

En rémission, sur projet coordonné entre le club et les équipes soignantes

Objectifs thérapeutiques
Toutes pathologies
  • Réduction de la fatigue
Pathologies oncologiques et hématologiques
  • Réduction du risque de récidive de cancer traité
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster