eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Judo, jujitsu, kendo et disciplines associées
Risques et avis médical

Mise à jour : 14 Novembre 2018
Quel sport pour votre
patient ?

Risques et avis médical

Prévention des risques

La grande adaptabilité des pratiques permet d’éviter les risques dans la pratique sport-santé.

Identification et respect des signes d’alerte obligeant l’arrêt de l’effort (ces éléments sont enseignés au pratiquant) :

  • douleurs thoraciques ;
  • palpitations, à quantifier et à qualifier ;
  • fatigue inhabituelle ;
  • dyspnée inhabituelle ;
  • céphalées brutales ;
  • douleurs rachidiennes.

Avis médical Spécialisé préalable : OUI

Certificat médical d'absence de contre-indication, non spécifique. Sa fréquence de renouvellement est conforme aux évolutions de la réglementation régissant la délivrance de licence. Un certificat médical de prescription d'activité physique peut être libellé par le médecin avec préconisations (précisant les déficiences et incapacités, précautions, restrictions et éléments de surveillance et différents aspects à prendre en compte (voir ci-dessous),  délivré par le médecin traitant (celui-ci sollicitera, si nécessaire, l’avis du médecin spécialiste). Sa fréquence de renouvellement est conforme aux évolutions de la réglementation.

Pour le médecin, il est important de bien évaluer l'appareil locomoteur, l'appareil cardio-vasculaire, le revêtement cutané et l’équilibre, afin de noter les éventuelles contre-indications relatives, restrictions, précautions à prendre et éléments à surveiller :

  • apprentissage de la chute (oui ou non) ;
  • opposition : nulle, faible, modérée, forte (combat) ;
  • contact : nul, faible, modéré, intense (choc) ;
  • intensité d’effort cardio-vasculaire : nulle, faible, modérée, intense ;
  • éventuelle autre précaution concernant l’appareil locomoteur ;
  • déficiences et incapacités à prendre en compte.

L’avis du spécialiste est nécessaire :

  • Pour le diabète (de type 1 et 2) si le bilan annuel des complications dégénératives n’a pas été fait ou que les complications ne sont pas stabilisées (en particulier cardiaques et ophtalmologiques)
  • Pour toute pathologie cardio-vasculaire en dehors d’une HTA équilibrée par le traitement

Ne sont PAS des contre-indications :

  • comitialité équilibrée par le traitement
  • le port d’un cathéter souple sous-cutané sur l’abdomen, protégé par un bouchon occlusif et recouvert par un pansement non adhérent au dispositif peut être autorisé (diabète, Parkinson)

Formulaire spécifique CACI : NON

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster