eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Volley-ball
Adaptations et précautions

Mise à jour : 14 Novembre 2018
Quel sport pour votre
patient ?

Adaptations et précautions

L’activité sport-santé peut impliquer une adaptation de la pratique afin de prendre en compte l’état de santé de chaque individu. Certaines disciplines nécessitent également des précautions particulières décrites ci-dessous.

Pour tous les publics bien-portants(à tous âges, femmes / hommes).

Modalités d’adaptation

Le volley permet beaucoup d’adaptations, réalisées au cas par cas par les éducateurs selon les recommandations du médecin. L’effort peut être très modéré.

Voici quelques adaptations réalisées :

  • Filet bas, voire absence de filet (évite les sauts traumatisants)
  • Petit terrain (réduit les déplacements et les changements de direction)
  • Jeu en effectif réduit (1 contre 1, 2 contre 2, 3 contre 3, 4 contre 4)
  • Très nombreux formats de ballons (légers et au toucher « agréable », mou (Soft volley)
  • Méthode pédagogique et adaptation des règles (« balle brulante » ou passe québécoise, touches, pratique en position assise, voire assise sur une chaise (personnes âgées en EHPAD),…). Les exercices sous forme de jeu en Soft Volley en position assise pourront utiliser des grandes tables pour faire rebondir le ballon.

Exemple du Soft Volley :

  • terrain plus petit (6,10m sur 13,40 soit un terrain de badminton double)
  • filet plus bas (2,00 m)
  • gros ballon léger et souple (d’environ 25cm de diamètre, 200 grammes), pouvant être attrapé à la main (pince)
  • la pratique peut se faire « assis » au sol (un rebond autorisé)

Ces adaptations limitent l’appréhension de contact (matériau souple de la balle) et permettent d’avoir plus de réussite (superficie de contact sur la balle plus importante, meilleure lecture des trajectoires, déplacement facilité). Les gestes à privilégier ou à contre-indiquer devront être détaillés de façon individuelle en fonction des pathologies limitatives ostéo-articulaires, métaboliques ou cardiovasculaires (par exemple, pas de mouvement d’épaule dépassant 90° dans le cas des personnes souffrant de la coiffe des rotateurs ou de capsulite rétractile de l’épaule ; l’arthrose du genou ou de la hanche contre-indiquera les petits sauts répétés ou la position debout prolongée,...).

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster