eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Quels sont les risques d'une grossesse après 40 ans ?

Mis à jour : Lundi 02 mars 2015

Les risques de la grossesse pour la mère après 40 ans

Les femmes enceintes âgées de plus de 40 ans sont plus à risque de développer des maladies telles que le diabète gestationnel et l’hypertension artérielle gravidique. En l’absence de traitement, ces maladies mettent en péril la vie de la future mère et du fœtus. Elles demandent une prise en charge médicale particulièrement rigoureuse, et nécessitent plus souvent un alitement prolongé, voire une hospitalisation. De plus, les grossesses multiples, plus fréquentes après 40 ans, sont plus risquées pour la mère comme pour les fœtus.

Chez les femmes âgées de 40 à 44 ans, la mortalité maternelle est cinq à six fois plus élevée qu’à l’âge de 20 ans (quinze fois plus élevée au-delà de 45 ans), en raison notamment des complications hémorragiques et cardiovasculaires.

Les risques d'une grossesse après 40 ans pour l'enfant

Plus la mère est âgée, plus les anomalies chromosomiques sont fréquentes. Par exemple, le risque de trisomie 21, estimé à une naissance sur 1 000 lorsque la mère a 30 ans, s’élève à une naissance sur 50 chez les mères âgées de 42 ans. La future mère pourra recourir à une amniocentèse afin de déterminer si le fœtus est porteur d’une anomalie chromosomique. Toutefois, l’amniocentèse expose à une fausse couche dans un cas sur 100. Ce n’est donc pas un examen qu’on accomplit sans y réfléchir.

En outre, le diabète gestationnel et l’hypertension gravidique, plus fréquents après 40 ans, entraînent parfois des malformations, des naissances prématurées ou des décès in utero.

Comment se passe le suivi de la grossesse après 40 ans ?

Un bilan médical complet doit être entrepris en début de grossesse afin d’identifier les possibles facteurs de risque, notamment les troubles cardiaques, les troubles circulatoires et le diabète, en vue de les prendre en charge de façon optimale le cas échéant. Les futures mamans de plus de 40 ans devront faire suivre leur grossesse de manière particulièrement rigoureuse. Par exemple, les échographies peuvent être plus fréquentes. L’amniocentèse, si elle est fortement recommandée après 40 ans, n’est pas obligatoire.

Comment se passe l'accouchement après 40 ans ?

Après 40 ans, l’accouchement par césarienne est plus fréquent. À cet âge, outre les éventuels antécédents médicaux de la mère (comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’asthme, l’obésité, les fibromes utérins), les bébés se présentent plus souvent par le siège (les fesses en avant) et sont souvent trop volumineux pour un accouchement par les voies naturelles (en cas de diabète gestationnel notamment). Le dépassement du terme est également plus fréquent chez la femme âgée de plus de 40 ans, tout comme une dilatation insuffisante du col de l’utérus.

Après l’accouchement, le risque d’hémorragie ou de phlébite augmente et nécessite une vigilance accrue de l’équipe médicale.

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster