Insuffisance veineuse chronique
La maladie

Mise à jour : 24 Janvier 2017

La maladie
L'insuffisance veineuse chronique (IVC) associe troubles fonctionnels et anatomiques des veines des jambes.
Physiopathologie
L'hyperpression veineuse est le primum movens de l'IVC. Elle entraîne une mauvaise continence valvulaire veineuse. Elle est provoquée soit par un reflux et une stase dans le réseau veineux superficiel, créant des varices, soit par une maladie post-thrombotique. Elle est plus rarement liée à une insuffisance veineuse primitive ou à une déficience de la pompe musculaire du mollet (immobilisation, ankylose de cheville). La stase veineuse entraîne des phénomènes inflammatoires locaux liés à la libération de médiateurs inflammatoires par les leucocytes, à l'origine d'une altération des valvules avec, au stade avancé, des troubles de la microcirculation avec anoxie locale, conduisant aux troubles trophiques dont le stade ultime est l'ulcère veineux.
Epidémiologie
75 % des Français seront atteints de varices au cours de leur vie, dont 25 % nécessiteront des soins médicaux ou chirurgicaux (atteintes saphènes dans 30 à 50 %). Les varices sont responsables de plus de 50 % des ulcères de jambes. Les troubles trophiques sont à l'origine d'une diminution de qualité de vie. L'IVC représente 1 à 2 % des dépenses totales de santé.
Complications
Les complications aiguës sont la rupture (externe, interstitielle ou musculaire) de varices et la thrombose veineuse superficielle sur varices pouvant gagner, via les perforantes, le territoire veineux profond. Les complications chroniques sont les ulcères veineux.