Raynaud (phénomène de)
La maladie

Mise à jour : 24 Janvier 2017

La maladie
Le phénomène de Raynaud (Raynaud) est un vasopasme des extrémités. Il entraîne un désagrément fonctionnel. Il est le plus souvent primitif et idiopathique, plus rarement secondaire à des maladies oblitérantes de la macro ou microcirculation (le plus souvent sclérodermie ou connectivite mixte).
Physiopathologie
Une hypersensibilité des récepteurs alpha-2 vasoconstricteurs et des perturbations dans la sécrétion endothéliale de médiateurs vasoactifs interviennent dans le phénomène de Raynaud primitif. Dans le phénomène de Raynaud secondaire interviennent des facteurs intravasculaires : activation plaquettaire, défaut de la fibrinolyse, réduction de la déformabilité des globules rouges, augmentation de la viscosité sanguine. Une activation des globules blancs et un stress oxydatif sont rapportés dans les 2 types.
Epidémiologie
Sa prévalence serait de 3 à 12 % chez les hommes, de 6 à 20 % chez les femmes. La maladie serait plus fréquente dans les climats froids. Les facteurs favorisants admis sont, chez la femme, une exposition aux estrogènes et les émotions ; chez l'homme, le tabagisme et l'exposition à des vibrations de la main et du bras (marteau pneumatique, perceuse, etc.).
Complications
La crise usuelle régresse habituellement sans séquelles. Seuls les Raynaud secondaires peuvent entraîner des ulcérations ou nécroses digitales.