Oedème aigu du poumon cardiogénique
La maladie

Mise à jour : 24 Janvier 2017

La maladie
L'OAP cardiogénique est lié au passage, du fait de l'insuffisance cardiaque (IC), d'une quantité importante de transsudat plasmatique à travers la membrane alvéolocapillaire. Il entraîne une hypoxie aiguë et constitue une urgence vitale.
Physiopathologie
On distingue : une forme d'installation progressive, aggravation d'une IC chronique. Une augmentation du volume extracellulaire est cliniquement patente (prise de poids, œdèmes et crépitants importants) ; une forme d'installation rapide, rencontrée notamment chez les hypertendus. Le volume extracellulaire est alors normal ou modérément élevé, se traduisant par des sibilants ou des crépitants et une PAS élevée (pas ou peu d'œdèmes périphériques). L'OAP peut s'intégrer dans divers tableaux d'insuffisance cardiaque aiguë : IC chronique décompensée, décompensation avec HTA, choc cardiogénique au cours d'un syndrome coronarien aigu avec sus-décalage du segment ST témoignant le plus souvent d'un infarctus du myocarde étendu.
Epidémiologie
L'OAP représenterait 1 % des motifs de passage aux urgences. C'est la présentation clinique la plus fréquente de l'IC, qui concerne au moins 30 000 personnes en France (5 % de la population entre 75 et 85 ans, et 10  % au-delà de 85 ans).
Complications
Il y a un risque d'hypoxie aiguë et de bas débit, avec risque de défaillance multiviscérale. Le pronostic vital à court terme est engagé : 10 à 20 % des patients décèdent au cours d'une hospitalisation pour OAP. La mortalité à 1 an est supérieure à 35 %.