ZOPHREN 4 mg lyoph oral

Mise à jour : Mardi 16 février 2021
ONDANSETRON 4 mg lyoph oral (ZOPHREN)
Commercialisé
Soyez prudent N/A N/A N/A Attention, conditions de prescription / délivrance particulières N/A N/A
Référent N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 2

  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (2)

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Cancérologie - Hématologie : Traitements associés - Antiémétiques : Antagonistes des récepteurs 5HT3 (Ondansétron)
Classification ATC : VOIES DIGESTIVES ET METABOLISME : ANTIEMETIQUES ET ANTINAUSEEUX - ANTIEMETIQUES ET ANTINAUSEEUX : ANTAGONISTES DE LA SEROTONINE (5HT3) (ONDANSETRON)
Substance
ondansétron
Excipients :
gélatine, mannitol

aromatisant :  fraise arôme, butyrate d'éthyle, 2-méthylbutyrate d'éthyle, éthyle lactate, cis-3 hexénol, propylèneglycol, maltol, éthylmaltol, vanilline

Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  alcool benzylique

Présentations
ZOPHREN 4 mg Lyophilisat oral Plq/10

Cip : 3400934394751

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Commercialisé
ZOPHREN 4 mg Lyophilisat oral Plq/2

Cip : 3400934394461

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé
ZOPHREN 4 mg Lyophilisat oral Plq/4

Cip : 3400934394522

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimé pelliculé à 4 mg ou à 8 mg (jaune) :  Boîtes de 2 et de 4, sous plaquettes.
Modèles hospitaliers : Boîtes de 10.
Lyophilisat oral à 4 mg ou à 8 mg (blanc) :  Boîtes de 2 et de 4, sous plaquette.
Modèles hospitaliers : Boîtes de 10.
Sirop à 4 mg/5 ml (incolore à jaune clair) :  Flacon de 50 ml, avec cuillère-mesure double de 2,5 ml et 5 ml.
Suppositoire à 16 mg (blanc) :  Boîte de 2, sous plaquette thermoformée.
Solution injectable IV à 2 mg/ml (incolore) :  Ampoules de 2 ml et de 4 ml, boîtes unitaires.
Modèles hospitaliers : Boîtes de 5.

COMPOSITION

Comprimé :p comprimé
Ondansétron (DCI) 
4 mg
ou8 mg
(sous forme de chlorhydrate dihydraté : 5 mg/cp à 4 mg ou 10 mg/cp à 8 mg)
Excipients (communs) : lactose, cellulose microcristalline, amidon de maïs prégélatinisé, stéarate de magnésium. Pelliculage : hypromellose, dioxyde de titane (E 171), oxyde de fer jaune (E 172).

Excipient à effet notoire : lactose (81,875 mg/cp à 4 mg ; 163,75 mg/cp à 8 mg).

Lyophilisat oral :p lyophilisat
Ondansétron (DCI) 
4 mg
ou8 mg
Excipients (communs) : gélatine, mannitol, aspartam, parahydroxybenzoates de méthyle et de propyle sodiques. Arôme : fraise (éthanol à 96 %, butyrate d'éthyle, 2-méthylbutyrate d'éthyle, lactate d'éthyle, bêta gamma hexénol, propylèneglycol, alcool benzylique, maltol, éthylmaltol, vanilline).

Excipients à effet notoire :

  • Chaque lyophilisat à 4 mg contient 0,6250 mg d'aspartam (E951), 0,0560 mg de parahydroxybenzoate de méthyle sodique, 0,0069 mg de parahydroxybenzoate de propyle sodique, peut contenir jusqu'à 0,0015 mg d'éthanol à 96 % et une quantité d'alcool benzylique n'excédant pas 0,1250 mg.
  • Chaque lyophilisat à 8 mg contient 1,250 mg d'aspartam (E951), 0,110 mg de parahydroxybenzoate de méthyle sodique, 0,014 mg de parahydroxybenzoate de propyle sodique, peut contenir jusqu'à 0,003 mg d'éthanol à 96 % et une quantité d'alcool benzylique n'excédant pas 0,250 mg.
Sirop :p 5 ml
Ondansétron (DCI) 
4 mg
(sous forme de chlorhydrate : 5 mg/5 ml)
Excipients : acide citrique anhydre, citrate de sodium, benzoate de sodium, sorbitol à 70 % cristallisable, eau purifiée. Arôme : fraise (éthanol à 96 %, butyrate d'éthyle, 2-méthylbutyrate d'éthyle, lactate d'éthyle, bêta gamma hexénol, propylèneglycol, alcool benzylique, maltol, éthylmaltol, vanilline).

Excipients à effet notoire : pour 5 ml de sirop, Zophren contient 3000 mg de sorbitol, 10 mg de benzoate de sodium, 3 mg d'éthanol à 96 % et une quantité d'alcool benzylique n'excédant pas 15 mg.

Suppositoire :p suppos
Ondansétron (DCI) 
16 mg
Excipients : Witepsol S58 : glycérides hémisynthétiques solides, cétomacrogol 1000, ricinoléate de glycérol.
Solution injectable IV à 2 mg/ml :p ampoule
 de 2 mlde 4 ml
Ondansétron (DCI) chlorhydrate dihydraté exprimé en ondansétron 
4 mg8 mg
Excipients (communs) : acide citrique monohydraté, citrate de sodium, chlorure de sodium, eau ppi.

Excipient à effet notoire : sodium (3,56 mg/ml).

DC

INDICATIONS

Voie orale :
  • Prévention des nausées et vomissements aigus induits par la chimiothérapie cytotoxique moyennement émétisante chez l'adulte.
  • Prévention et traitement des nausées et vomissements retardés induits par la chimiothérapie cytotoxique moyennement à hautement émétisante chez l'adulte et l'enfant à partir de 6 mois (lyophilisat à 4 mg et 8 mg ; sirop à 4 mg/5 ml) ou à partir de 6 ans (comprimé à 4 mg ou à 8 mg)
  • Prévention et traitement des nausées et vomissements induits par la radiothérapie hautement émétisante chez l'adulte.
Voie rectale :
  • Chez l'adulte et l'adolescent à partir de 15 ans : prévention et traitement des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie cytotoxique moyennement émétisante dans les cas où la voie orale n'est pas adaptée.
Voie injectable :
  • Prévention et traitement des nausées et vomissements aigus induits par la chimiothérapie cytotoxique moyennement à hautement émétisante et la radiothérapie hautement émétisante chez l'adulte.
  • Prévention des nausées et vomissements aigus induits par la chimiothérapie cytotoxique moyennement à hautement émétisante chez l'enfant à partir de 6 mois.
  • Traitement des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie cytotoxique chez l'enfant à partir de 6 mois.
  • Traitement des nausées et vomissements postopératoires chez l'adulte.
  • Prévention et traitement des nausées et vomissements post-opératoires chez l'enfant à partir de 1 mois.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI


Mises en garde :

Un bilan cardiovasculaire doit être effectué en cas de survenue de douleurs thoraciques et de syncope, ou de troubles du rythme cardiaque.

Prendre en compte le risque éventuel d'hypersensibilité croisée avec les autres antagonistes des récepteurs 5-HT3.

Les événements respiratoires, pouvant constituer des signes précurseurs de réactions d'hypersensibilité, doivent être traités de façon symptomatique et les cliniciens doivent y porter une attention particulière.

L'ondansétron prolonge l'intervalle QT de façon dose-dépendante (cf Pharmacodynamie). De plus, des cas de torsades de pointes ont été rapportés après commercialisation chez des patients traités par ondansétron. L'utilisation de l'ondansétron n'est pas recommandée chez les patients présentant un syndrome du QT long congénital. L'ondansétron doit être administré avec prudence chez les patients susceptibles de développer ou ayant un allongement de l'intervalle QTc, y compris les patients présentant des anomalies électrolytiques, une insuffisance cardiaque congestive, des bradyarythmies ou les patients prenant d'autres médicaments susceptibles d'entraîner un allongement de l'intervalle QT ou des anomalies électrolytiques.

L'hypokaliémie et l'hypomagnésémie doivent être corrigées avant l'administration d'ondansétron.

Des cas de syndrome sérotoninergique (avec troubles de la conscience, dysautonomie et troubles neuromusculaires) ont été rapportés après commercialisation suite à l'utilisation concomitante d'ondansétron et de médicaments sérotoninergiques (y compris les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline [IRSNa]). Si l'utilisation d'ondansétron avec des médicaments sérotoninergiques est cliniquement justifiée, une surveillance appropriée du patient est recommandée.

Les manifestations cutanées évoquant une nécrolyse épidermique toxique imposent l'arrêt immédiat et définitif du traitement.

Sirop, suppositoire et solution injectable 
Chez des patients subissant une chirurgie adénotonsillaire, la prévention des nausées et des vomissements par administration d'ondansétron peut masquer un saignement occulte. Pour cette raison, ces patients doivent être surveillés attentivement après l'administration d'ondansétron.
Population pédiatrique :

Les patients pédiatriques recevant de l'ondansétron avec des agents de chimiothérapie hépatotoxiques doivent être étroitement surveillés par rapport au risque d'anomalie fonctionnelle hépatique.

Nausées et vomissements induits par les traitements cytotoxiques :
En calculant la dose en mg/kg et lors de l'administration de 3 doses à intervalles de 4 heures, la dose totale journalière sera plus élevée que lors de l'administration d'une dose de 5 mg/m2 suivie d'une dose orale. L'efficacité comparative de ces deux schémas thérapeutiques n'a pas été étudiée dans les essais cliniques. Une comparaison inter-essais indique une efficacité similaire pour les deux options (cf Pharmacodynamie).
Précautions d'emploi :

En cas d'insuffisance hépatique modérée ou sévère, les paramètres pharmacocinétiques de l'ondansétron sont significativement modifiés : réduction de la clairance plasmatique totale, augmentation de la demi-vie plasmatique (cf Posologie et Mode d'administration).

L'ondansétron pouvant favoriser un syndrome occlusif, il convient de surveiller attentivement le transit des patients en cours de traitement (cf Effets indésirables).

Comprimé :
Ce médicament contient du lactose.
Les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit total en lactase ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares) ne doivent pas prendre ce médicament.
Lyophilisat :
Ce médicament contient du parahydroxybenzoate et peut provoquer des réactions allergiques (éventuellement retardées).
Ce médicament contient de l'alcool benzylique (n'excédant pas 0,1250 mg par lyophilisat à 4 mg ou 0,250 mg par lyophilisat à 8 mg). L'alcool benzylique peut provoquer des réactions allergiques. Il n'est pas recommandé d'utiliser ce produit pendant plus d'une semaine chez les jeunes enfants (moins de 3 ans).
Ce médicament contient de faibles quantités d'éthanol (alcool) inférieures à 100 mg par lyophilisat oral.
Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par lyophilisat oral, c.-à-d. qu'il est essentiellement « sans sodium ».
Sirop :
Ce médicament contient 3000 mg de sorbitol par cuillère-mesure de 5 mL.
En cas de diabète ou de régime hypoglucidique, tenir compte de la teneur en sorbitol.
En raison de la présence de sorbitol, les patients présentant une intolérance héréditaire au fructose (IHF) ne doivent pas prendre/recevoir ce médicament.
Le sorbitol peut causer une gêne gastro-intestinale et un effet laxatif léger.
Ce médicament contient 10 mg de benzoate de sodium par cuillère-mesure de 5 mL.
Ce médicament contient de l'alcool benzylique (n'excédant pas 15 mg par cuillère-mesure de 5 mL). L'alcool benzylique peut provoquer des réactions allergiques.
Il n'est pas recommandé d'utiliser ce sirop pendant plus d'une semaine chez les jeunes enfants (moins de 3 ans).
Ce médicament contient de faibles quantités d'éthanol (alcool), inférieures à 100 mg par cuillère-mesure de 5 mL.
Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par cuillère-mesure de 5 mL, c.-à-d. qu'il est essentiellement « sans sodium ».
Solution injectable :
Ce médicament contient 3,56 mg de sodium par ml de solution injectable. A titre d'exemple, un volume de 8 mL de solution injectable contient 28,52 mg de sodium. Cela équivaut à 1,4 % de l'apport alimentaire quotidien maximal recommandé par l'OMS de 2 g de sodium par adulte. Néanmoins, si une solution saline (solution de chlorure de sodium 0,9 % p/v) est utilisée pour la dilution de Zophren avant l'administration, la dose de sodium reçue serait alors supérieure.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Femmes en âge de procréer :

Les femmes en âge de procréer doivent envisager d'utiliser un moyen de contraception.


Grossesse :

Sur la base de l'expérience acquise en matière d'études épidémiologiques chez l'homme, l'ondansétron est présumé provoquer des malformations orofaciales au cours du premier trimestre de la grossesse.

Dans le cadre d'une étude de cohorte comprenant 1,8 million de grossesses, l'utilisation d'ondansétron pendant le premier trimestre a été associée à un risque accru de fentes labiales (3 cas supplémentaires pour 10 000 femmes traitées ; risque relatif ajusté, 1,24 (IC 95 % [1,03-1,48]).

Les études épidémiologiques disponibles sur les malformations cardiaques révèlent des résultats contradictoires.

Les études sur des animaux n'indiquent aucun effet nocif direct ou indirect en ce qui concerne la toxicité pour la reproduction.

L'ondansétron ne doit pas être utilisé au cours du premier trimestre de la grossesse.


Allaitement :

En cas d'allaitement ou de désir d'allaitement et compte tenu du passage de l'ondansétron dans le lait maternel, l'utilisation de ce produit est déconseillée.

DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Selon les résultats des tests psychomoteurs, l'ondansétron n'altère pas la performance et n'entraîne pas de sédation, et aucun effet n'est attendu compte tenu de la pharmacologie de l'ondansétron. Toutefois, l'attention doit être attirée sur le fait que certains effets indésirables sont susceptibles d'altérer la capacité de conduite.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Signes et symptômes :
Peu d'informations concernant le surdosage d'ondansétron sont disponibles. Un surdosage en ondansétron peut entraîner les effets indésirables déjà mentionnés dans la rubrique Effets indésirables. Les manifestations qui ont été signalées incluent des troubles visuels, une constipation sévère, une hypotension et un épisode vasovagal avec un bloc auriculoventriculaire transitoire du second degré.
L'ondansétron prolonge l'intervalle QT de façon dose-dépendante. Un contrôle de l'ECG est recommandé en cas de surdosage.
Population pédiatrique :
Des cas compatibles avec un syndrome sérotoninergique ont été rapportés dans la population pédiatrique suite à un surdosage accidentel en ondansétron par voie orale (ingestion estimée supérieure à 4 mg/kg) chez des nourrissons et des enfants âgés de 12 mois à 2 ans.
Traitement :
Il n'existe pas d'antidote spécifique de l'ondansétron. Par conséquent, en cas de surdosage, seule une thérapeutique symptomatique appropriée sera instaurée.
Toute prise en charge complémentaire doit être définie en fonction de l'état clinique ou des recommandations des centres anti-poison, lorsqu'elles sont disponibles.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Une étude sur des canaux ioniques cardiaques humains clonés a montré que l'ondansétron pouvait potentiellement affecter la repolarisation cardiaque par l'intermédiaire d'un blocage des canaux potassiques hERG à des concentrations susceptibles d'être atteintes en thérapeutique, par voie parentérale en particulier.

In vivo, un allongement de l'intervalle QT a été observé chez des chats anesthésiés après administration intraveineuse, mais à des doses plus de cent fois supérieures aux doses pharmacologiquement efficaces. Des effets similaires n'ont pas été observés chez des singes cynomolgus. Des modifications transitoires de l'ECG ont été rapportées en clinique (cf Mises en garde et Précautions d'emploi et Pharmacodynamie).

DP

INCOMPATIBILITÉS

Solution injectable :
L'ondansétron injectable est incompatible avec les solutions bicarbonatées.
Il ne doit pas être administré dans la même seringue ou la même perfusion que d'autres médicaments.
Il ne doit être administré qu'avec les liquides de perfusion recommandés.
Il ne doit pas être autoclavé.
DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Comprimé :
Durée de conservation : 3 ans.
A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C, dans l'emballage d'origine, à l'abri de la lumière.
Lyophilisat oral :
Durée de conservation : 3 ans.
A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C.
Sirop :
Durée de conservation : 2 ans.
A conserver en position verticale à une température comprise entre 10 °C et 30 °C.
Suppositoire :
Durée de conservation : 3 ans.
A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C.
Solution injectable :
Durée de conservation : 3 ans.
A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C, dans l'emballage d'origine, à l'abri de la lumière.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Lyophilisat oral :
  • Ne pas pousser le lyophilisat à l'extérieur de l'alvéole sans en avoir préalablement retiré la pellicule protectrice.
  • Retirer le feuillet de protection de la plaquette et pousser doucement le lyophilisat à l'extérieur de l'alvéole.
  • Le lyophilisat peut être, soit placé sur le bout de la langue où il se dissoudra en quelques secondes, soit administré après dissolution dans un peu d'eau.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMM3400936163683 (2003) 2 cp 4 mg.
3400936163805 (2003) 4 cp 4 mg.
3400936164055 (2003) 10 cp 4 mg.
3400936164116 (2003) 2 cp 8 mg.
3400936162044 (2003) 4 cp 8 mg.
3400936197343 (2003) 10 cp 8 mg.
3400934394461 (1997) 2 lyoph 4 mg.
3400934394522 (1997) 4 lyoph 4 mg.
3400934394751 (1997) 10 lyoph 4 mg.
3400934394812 (1997) 2 lyoph 8 mg.
3400934394980 (1997) 4 lyoph 8 mg.
3400934395123 (1997) 10 lyoph 8 mg.
3400934165634 (1996) sirop.
3400934388088 (1997) 2 suppos.
3400933539283 (1992) 1 amp 4 mg.
3400955683148 (1990) 5 amp 4 mg.
3400933539344 (1992) 1 amp 8 mg.
3400955683209 (1990) 5 amp 8 mg.
RCP rév 15.10.2020 (lyophilisats à 4 mg et à 8 mg, sirop, solution injectable).
RCP rév 22.10.2019 (comprimés à 4 mg et à 8 mg, suppositoire).
Mis sur le marché en 1990 (cp et sol inj en amp), 1998 (sirop), 1999 (lyoph) et 2000 (suppos).
  
Prix :7,81 euros (2 comprimés à 4 mg).
15,54 euros (4 comprimés à 4 mg).
4,71 euros (2 comprimés à 8 mg).
9,32 euros (4 comprimés à 8 mg).
4,31 euros (2 lyophilisats à 4 mg).
8,46 euros (4 lyophilisats à 4 mg).
4,71 euros (2 lyophilisats à 8 mg).
9,32 euros (4 lyophilisats à 8 mg).
33,89 euros (1 flacon de sirop de 50 ml).
28,61 euros (2 suppositoires à 16 mg).
4,67 euros (1 ampoule à 4 mg).
8,97 euros (1 ampoule à 8 mg).

Médicaments d'exception (prescription en conformité avec la fiche d'information thérapeutique).

Remb Séc Soc à 65 %.

Comprimés et lyophilisats à 8 mg :

Remb Séc Soc à 65 % sur la base du TFR : 4,71 euros  (2 cp à 8 mg), 9,32 euros  (4 cp à 8 mg), 4,71 euros  (2 lyoph à 8 mg), 9,32 euros  (4 lyoph à 8 mg). Collect.

Solution injectable à 2 mg/ml :
Les indications « Traitement des nausées et vomissements postopératoires chez l'adulte » et « Prévention et traitement des nausées et vomissements postopératoires chez l'enfant à partir de 1 mois » se situent dans un cadre strictement hospitalier.
Modèles hospitaliers : Collect.

Titulaire de l'AMM : Novartis Pharma SAS, 8-10, Rue Henri-Sainte-Claire-Deville, CS 40150, 92563 Rueil-Malmaison cdx.

Informations laboratoire

SANDOZ
49, av Georges-Pompidou
92593 Levallois-Perret cdx
Service client :
Tél : 0 800 45 57 99 : Service & appel gratuits
Information et communication médicales :
Tél : 01 55 47 66 00
E-mail : icm.phfr@novartis.com
Voir la fiche laboratoire
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster