ZELITREX 500 mg cp pellic

Mise à jour : Mardi 08 février 2022
VALACICLOVIR (chlorhydrate) 500 mg cp (ZELITREX)
Commercialisé

MONOGRAPHIE

Documents de référence 4

  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (4)

SYNTHÈSE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Infectiologie - Parasitologie - Antiviraux : Virus du groupe Herpes (HSV, VZV, CMV) (Valaciclovir)
Classification ATC : ANTIINFECTIEUX GENERAUX A USAGE SYSTEMIQUE : ANTIVIRAUX A USAGE SYSTEMIQUE - ANTIVIRAUX A ACTION DIRECTE : NUCLEOSIDES ET NUCLEOTIDES, INHIBITEURS DE LA TRANSCRIPTASE REVERSE EXCLUS (VALACICLOVIR)
Excipients :
cellulose microcristalline, crospovidone, povidone K 90, magnésium stéarate, silice colloïdale anhydre

pelliculage :  hypromellose, macrogol 400, polysorbate 80, cire de carnauba

colorant (pelliculage) :  titane dioxyde

Présentations
ZELITREX 500 mg Cpr pell Plq/10

Cip : 3400934170836

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé
ZELITREX 500 mg Cpr pell Plq/112

Cip : 3400935224200

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé
ZELITREX 500 mg Cpr pell Plq/42

Cip : 3400933844493

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimé pelliculé à 500 mg (biconvexe et allongé, doté d'un noyau blanc à blanc cassé, portant la mention « GX CF1 » gravée sur une face ; blanc) :  Boîtes de 10, de 42 et de 112, sous plaquettes thermoformées.

COMPOSITION

 p cp
Valaciclovir (DCI) chlorhydrate exprimé en valaciclovir 
500 mg
Excipients : Noyau : cellulose microcristalline, crospovidone, povidone K 90, stéarate de magnésium, silice colloïdale anhydre. Pelliculage : hypromellose, dioxyde de titane, macrogol 400, polysorbate 80, cire de carnauba.
DC

INDICATIONS

Infections à virus varicelle-zona (VZV) :
  • Traitement du zona et du zona ophtalmique chez l'adulte immunocompétent (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).
  • Traitement du zona chez le patient adulte présentant une immunodépression légère ou modérée (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).
Infections à virus Herpes simplex (HSV) :
  • Traitement et prévention des infections cutanées et muqueuses à HSV, incluant :
    • Traitement du premier épisode d'herpès génital chez l'adulte et l'adolescent immunocompétents et l'adulte immunodéprimé.
    • Traitement des récurrences d'herpès génital chez l'adulte et l'adolescent immunocompétents et l'adulte immunodéprimé.
    • Prévention des récurrences d'herpès génital chez l'adulte et l'adolescent immunocompétents et l'adulte immunodéprimé.
  • Traitement et prévention des infections récurrentes oculaires à HSV chez l'adulte et l'adolescent immunocompétents et l'adulte immunodéprimé (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).
Les études cliniques n'ont été réalisées que chez des patients immunodéprimés infectés par le HSV, dont l'immunodépression était due au VIH (cf Pharmacodynamie).
Infections à cytomégalovirus (CMV) :
Prophylaxie des infections et maladies à CMV, après transplantation d'organe, chez l'adulte et l'adolescent (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

CONTRE-INDICATIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Réactions médicamenteuses avec éosinophilie et symptômes systémiques (DRESS) :
Des réactions médicamenteuses avec éosinophilie et symptômes systémiques (DRESS), pouvant menacer le pronostic vital voire être fatales, ont été rapportées comme étant associées à un traitement par valaciclovir. Au moment de la prescription, les patients doivent être alertés sur les signes et symptômes apparentés et faire l'objet d'une surveillance attentive afin de détecter une éventuelle réaction cutanée. Si des signes et symptômes évocateurs d'une réaction de type DRESS surviennent, le traitement par valaciclovir doit être immédiatement arrêté et le recours à un traitement alternatif doit être envisagé (le cas échéant). Si le patient a développé une réaction de type DRESS sous traitement par valaciclovir, le traitement par valaciclovir ne doit jamais être réintroduit chez ce patient.
État d'hydratation :
Chez les patients à risque de déshydratation, en particulier le sujet âgé, des précautions doivent être prises pour assurer un apport hydrique suffisant.
Utilisation chez l'insuffisant rénal et chez le sujet âgé :
L'aciclovir étant éliminé par voie rénale, la dose de valaciclovir devra être diminuée chez les patients insuffisants rénaux (cf Posologie et Mode d'administration). Les patients âgés sont susceptibles de présenter une fonction rénale diminuée ; par conséquent, la nécessité d'une réduction de la dose doit être envisagée dans cette population de patients. Les patients âgés et les patients ayant une insuffisance rénale sont exposés à un risque accru de survenue d'effets indésirables d'ordre neurologique et doivent par conséquent faire l'objet d'une surveillance étroite afin de détecter tout signe évocateur de ces effets. Dans les cas rapportés, ces réactions étaient généralement réversibles à l'arrêt du traitement (cf Effets indésirables).
Administration de doses plus élevées de valaciclovir chez l'insuffisant hépatique et le transplanté hépatique :
Il n'existe aucune donnée sur l'utilisation de doses plus élevées de valaciclovir (4000 mg ou plus par jour) chez les patients atteints d'une maladie hépatique. Aucune étude spécifique sur l'utilisation du valaciclovir n'ayant été menée chez les transplantés hépatiques, la prudence s'impose en cas d'administration de doses quotidiennes supérieures à 4000 mg chez ces patients.
Utilisation dans le traitement du zona :
La réponse clinique doit faire l'objet d'une surveillance étroite, en particulier chez les patients immunodéprimés. Un traitement antiviral par voie intraveineuse doit être envisagé lorsque la réponse au traitement oral est jugée insuffisante.
Chez les patients présentant une forme compliquée de zona, c'est-à-dire avec atteinte viscérale, zona disséminé, neuropathies motrices, encéphalites et complications cérébrovasculaires, un traitement antiviral par voie intraveineuse doit être administré.
De plus, chez les patients immunodéprimés présentant un zona ophtalmique ou chez les patients à risque élevé de dissémination de la maladie et d'atteinte viscérale, un traitement antiviral par voie intraveineuse doit être administré.
Transmission de l'herpès génital :
Il faut recommander aux patients, même s'ils sont déjà sous traitement antiviral, de ne pas avoir de rapports sexuels en cas de symptômes. Pendant le traitement antiviral préventif, bien que la fréquence de l'excrétion virale soit significativement réduite, le risque de transmission reste toujours possible. Par conséquent, il est recommandé aux patients, en plus du traitement par valaciclovir, d'avoir des relations sexuelles protégées.
Utilisation dans les infections oculaires à HSV :
La réponse clinique doit faire l'objet d'une surveillance étroite chez ces patients. Un traitement antiviral par voie intraveineuse doit être envisagé lorsque la réponse au traitement oral est jugée insuffisante.
Utilisation dans les infections à CMV :
Les données sur l'efficacité du valaciclovir issues de patients transplantés (~ 200) à risque élevé de maladie à CMV (par exemple, donneurs CMV positif/receveur CMV négatif ou utilisation d'un traitement d'induction par globuline antithymocyte) indiquent que valaciclovir ne doit être utilisé chez ces patients que si l'utilisation du valganciclovir ou du ganciclovir est exclue pour des raisons de sécurité.
Les doses élevées de valaciclovir nécessaires dans la prophylaxie du CMV peuvent entraîner une augmentation de la fréquence des effets indésirables, incluant des anomalies neurologiques, comparativement à des doses plus faibles administrées dans d'autres indications (cf Effets indésirables).
Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance étroite afin de détecter d'éventuelles modifications de la fonction rénale et d'ajuster les doses en conséquence (cf Posologie et Mode d'administration).
DC

INTERACTIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Un nombre limité de données sur l'utilisation de valaciclovir et un nombre modéré sur l'utilisation de l'aciclovir pendant la grossesse sont disponibles à partir des registres de grossesse (ayant documenté les issues de grossesse chez des femmes exposées au valaciclovir et à l'aciclovir oral ou intraveineux (métabolite actif du valaciclovir) ; 111 et 1246 issues de grossesse (29 et 756 cas exposés pendant le premier trimestre de grossesse, respectivement) et les données post-commercialisation n'ont mis en évidence aucun effet malformatif, ni toxique pour le fœtus ou le nouveau-né). Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence de toxicité du valaciclovir sur la reproduction (cf Sécurité préclinique). Le valaciclovir ne doit être utilisé chez la femme enceinte que si le bénéfice escompté est supérieur aux risques potentiels.


Allaitement :

L'aciclovir, qui constitue le principal métabolite du valaciclovir, est excrété dans le lait maternel. Cependant, aux doses thérapeutiques de valaciclovir, aucun effet sur le nouveau-né/nourrisson allaité n'est attendu puisque la dose ingérée par ce dernier représente moins de 2 % de la dose thérapeutique d'aciclovir intraveineux utilisée dans le traitement de l'herpès néonatal (cf Pharmacocinétique). Le valaciclovir doit être utilisé avec précaution lors de l'allaitement et uniquement si nécessaire.

Fertilité :

Le valaciclovir n'a pas affecté la fertilité chez des rats traités par voie orale. A des doses élevées d'aciclovir par voie parentérale, une atrophie testiculaire et une aspermatogenèse ont été observées chez les rats et les chiens. Aucune étude sur la fertilité humaine n'a été réalisée, mais chez 20 patients après 6 mois de traitement quotidien par 400 à 1000 mg d'aciclovir, aucune modification n'a été observée, au niveau de la numération, de la mobilité ou encore de la morphologie des spermatozoïdes.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Les effets du valaciclovir sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés. Il convient de tenir compte de l'état clinique du patient et du profil d'effets indésirables de Zelitrex lors de l'évaluation de l'aptitude du patient à conduire et à utiliser des machines. Cependant, la pharmacologie de la substance active ne permet pas de prédire l'existence d'effets délétères sur ces activités.
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

SURDOSAGE

Signes et symptômes :
Une insuffisance rénale aiguë ainsi que des symptômes neurologiques, parmi lesquels une confusion, des hallucinations, une agitation, une altération de la conscience et un coma, ont été rapportés chez les patients avec un surdosage en valaciclovir. Des nausées et des vomissements peuvent également survenir. La prudence est de rigueur afin d'éviter tout surdosage accidentel. De nombreux cas rapportés concernaient des patients insuffisants rénaux et des patients âgés recevant des surdosages répétés, en raison de l'absence d'adaptation posologique appropriée.
Traitement :
Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance étroite visant à détecter tout signe de toxicité.
L'hémodialyse accroît de façon significative l'élimination de l'aciclovir de la circulation sanguine et pourra, de ce fait, être envisagée comme option de prise en charge en cas de surdosage symptomatique.
PP

PHARMACODYNAMIE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicologie en administration répétée, de génotoxicité et de cancérogenèse n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

L'administration de valaciclovir par voie orale n'a eu aucune incidence sur la fertilité, que ce soit chez le rat mâle ou femelle.

Le valaciclovir n'est tératogène ni chez le rat, ni chez le lapin. Il est métabolisé presque entièrement en aciclovir. L'administration sous-cutanée d'aciclovir au cours de tests reconnus à l'échelle internationale n'a induit aucun effet tératogène, que ce soit chez le rat ou le lapin. D'autres études menées chez le rat ont mis en évidence des anomalies fœtales et une toxicité maternelle suite à l'administration de doses sous-cutanées ayant généré des concentrations plasmatiques d'aciclovir de l'ordre de 100 µg/ml (soit plus de 10 fois supérieures aux concentrations atteintes suite à l'administration de valaciclovir à la dose unique de 2000 mg chez l'homme en présence d'une fonction rénale normale).

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
3 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Pas d'exigences particulières pour l'élimination.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMM3400934170836 (1996, RCP rév 13.10.2020) 10 cp.
3400933844493 (1995, RCP rév 13.10.2020) 42 cp.
3400935224200 (1999, RCP rév 13.10.2020) 112 cp.
Mis sur le marché en 1996 (42 cp), 1998 (10 cp) et 2000 (112 cp).
  
Prix :9,20 euros (10 comprimés).
37,85 euros (42 comprimés).
105,55 euros (112 comprimés).

Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Chez le sujet immunocompétent, certains conditionnements sont remboursés dans certaines indications, notamment :
  • infections à virus Herpes simplex : boîte de 10 cp ;
  • infections à virus varicelle-zona : boîte de 42 cp ;
  • infections à cytomégalovirus : boîte de 112 cp.

Non remboursable à la date du 17.11.20 dans l'indication « Traitement du zona chez le patient adulte présentant une immunodépression légère ou modérée » (demande d'admission à l'étude).


Informations laboratoire

Laboratoire GlaxoSmithKline
23, rue François-Jacob. 92500 Rueil-Malmaison
Tél : 01 39 17 80 00
Info médic :
Tél : 01 39 17 84 44
Fax : 01 39 17 84 45
Site web : http://www.fr.gsk.com
Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster