VIMPAT 10 mg/ml sirop

Mise à jour : Jeudi 09 septembre 2021
LACOSAMIDE 10 mg/ml sirop (VIMPAT)
Commercialisé
N/A Soyez très prudent N/A N/A N/A N/A N/A
Référent N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 9

  • Synthèse d'avis HAS (2)
  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (7)

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Neurologie : Antiépileptiques (Lacosamide)
Classification ATC : SYSTEME NERVEUX : ANTIEPILEPTIQUES - ANTIEPILEPTIQUES : AUTRES ANTIEPILEPTIQUES (LACOSAMIDE)
Substance
lacosamide
Excipients :
glycérol, carmellose sodique, macrogol 4000, sodium chlorure, acide citrique anhydre, potassium acésulfame, eau purifiée

aromatisant :  fraise arôme, propylèneglycol, maltol, arôme artificiel masquant, eau déionisée

Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  sorbitol liquide, p-hydroxybenzoate de méthyle sodique, aspartam

EEN avec dose seuil :  sodium

Présentations
VIMPAT 10 mg/ml Sirop Fl/200ml

Cip : 3400922198149

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé
VIMPAT 10 mg/ml Sirop 1Fl/465ml

Cip : 3400922211947

Liste 1

Non agréé aux Collectivités

Remboursement : NR

Supprimé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimés pelliculés à 50 mg (rosâtres, ovales avec une impression en creux « SP » d'un côté et « 50 » de l'autre et d'une taille approximative de 10,4 mm x 4,9 mm) :  Boîtes de 14 et de 56, sous plaquettes thermoformées PVC/PVDC scellées avec une feuille d'aluminium.
Comprimés pelliculés à 100 mg ( jaune foncé, ovales avec une impression en creux « SP » d'un côté et « 100 » de l'autre et d'une taille approximative de 13,2 mm x 6,1 mm), 150 mg (saumon, ovales avec une impression en creux « SP » d'un côté et « 150 » de l'autre et d'une taille approximative de 15,1 mm x 7,0 mm) et 200 mg (bleu, ovales avec une impression en creux « SP » d'un côté et « 200 » de l'autre et d'une taille approximative de 16,6 mm x 7,8 mm) :  Boîtes de 56, sous plaquettes thermoformées PVC/PVDC scellées avec une feuille d'aluminium.
Modèles hospitaliers : Boîtes de 56 x 1 (cp 50 mg, 100 mg, 150 mg, 200 mg), sous plaquettes thermoformées prédécoupées pour délivrance à l'unité.
Sirop à 10 mg/ml (clair, légèrement visqueux, incolore à jaune-brun) : Flacon de 200 ml, en verre ambré, muni d'un bouchon à vis en polypropylène blanc, d'un gobelet doseur et d'une seringue pour administration orale avec un adaptateur, boîte unitaire.
Chaque graduation (5 ml) du gobelet doseur correspond à 50 mg de lacosamide (par exemple 2 graduations correspondent à 100 mg).
Une seringue pour administration orale pleine (10 ml) correspond à 100 mg de lacosamide. Le volume minimum extractible est 1 ml ce qui correspond à 10 mg de lacosamide. A partir de la graduation de 1 ml, chaque graduation correspond à 0,25 ml, c'est-à-dire 2,5 mg de lacosamide.

COMPOSITION

 p cp
Lacosamide 
50 mg
ou100 mg
ou150 mg
ou200 mg
Excipients (communs) : Noyau : cellulose microcristalline, hydroxypropylcellulose, hydroxypropylcellulose (faiblement substituée), silice colloïdale anhydre, crospovidone (polyplasdone XL-10 Grade pharmaceutique), stéarate de magnésium. Pelliculage : alcool polyvinylique, polyéthylène glycol 3350, talc, dioxyde de titane E171 ; oxydes de fer rouge et de fer noir E172 (cp 50 mg et 150 mg) ; laque aluminique de carmin d'indigo E132 (cp 50 mg et 200 mg) ; oxyde de fer jaune E172 (cp 100 mg et 150 mg).

Sirop :
 p ml
Lacosamide 
10 mg
Excipients : glycérol (E 422), carmellose sodique, sorbitol liquide (cristallisant) [E 420], polyéthylène glycol 4000, chlorure de sodium, acide citrique anhydre, acésulfame potassique (E 950), parahydroxybenzoate de méthyle sodique (E 219), arôme fraise (contient propylène glycol (E 1520), maltol), arôme de masquage (contient propylène glycol (E 1520), aspartame (E 951), acésulfame potassique (E 950), maltol, eau désionisée), eau purifiée.

Excipients à effet notoire : chaque ml de Vimpat sirop contient 187 mg de sorbitol (E420), 2,60 mg de parahydroxybenzoate de méthyle sodique (E219), 2,14 mg de propylène glycol (E1520), 1,42 mg de sodium et 0,032 mg d'aspartame (E951).

Un flacon de 200 ml contient 2000 mg de lacosamide.

DC

INDICATIONS

Vimpat est indiqué en monothérapie dans le traitement des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire chez les adultes, les adolescents et les enfants à partir de 4 ans présentant une épilepsie.
Vimpat est indiqué en association :
  • dans le traitement des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire chez les adultes, les adolescents et les enfants à partir de 4 ans présentant une épilepsie,
  • dans le traitement des crises généralisées tonico-cloniques primaires chez les adultes, les adolescents et les enfants à partir de 4 ans présentant une épilepsie généralisée idiopathique.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Idées et comportements suicidaires :
Des cas d'idées et comportements suicidaires ont été rapportés chez des patients traités par des médicaments antiépileptiques dans plusieurs indications. Une méta-analyse des études randomisées, contrôlées versus placebo, portant sur des médicaments antiépileptiques a également montré une légère augmentation du risque d'idées et comportements suicidaires. Le mécanisme de ce risque n'est pas connu et les données disponibles n'excluent pas la possibilité d'une augmentation de ce risque avec le lacosamide.
Par conséquent, les patients devront être surveillés pour détecter des signes d'idées et comportements suicidaires et un traitement approprié devra être envisagé. Il devra être recommandé aux patients (et à leurs soignants) de consulter un médecin si des signes d'idées ou comportements suicidaires apparaissent (cf Effets indésirables).
Troubles du rythme et de la conduction cardiaques :
Des allongements de l'espace PR liés à la dose ont été observés au cours des études cliniques avec le lacosamide. Le lacosamide doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant des arythmies sous-jacentes, comme des patients ayant des troubles connus de la conduction cardiaque ou une cardiopathie sévère (par exemple ischémie myocardique/infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, cardiopathie structurelle ou canalopathies sodiques cardiaques) ou des patients traités par des médicaments qui affectent la conduction cardiaque, notamment les médicaments antiarythmiques et antiépileptiques bloquant les canaux sodiques (cf Interactions), ainsi que chez les patients âgés. Chez ces patients, avant une augmentation de dose de lacosamide supérieure à 400 mg/jour et lorsque la titration de lacosamide a atteint l'état d'équilibre, un ECG devra être envisagé.
Lors des études contrôlées versus placebo chez des patients présentant une épilepsie, aucun cas de fibrillation ou de flutter auriculaires n'a été rapporté ; cependant, des cas ont été rapportés lors des études cliniques en ouvert et depuis la commercialisation.
Depuis la commercialisation, des cas de blocs AV (notamment des blocs AV du second degré ou supérieur) ont été rapportés. Chez des patients atteints d'arythmie, des cas de tachyarythmie ventriculaire ont été rapportés. Dans de rares cas, ces événements ont entraîné une asystole, un arrêt cardiaque et le décès de patients présentant une arythmie sous-jacente.
Les patients doivent être informés des symptômes d'arythmie cardiaque (par exemple pouls lent, rapide ou irrégulier, palpitations, essoufflement, sensation d'étourdissement et évanouissement). Il doit être recommandé aux patients de consulter immédiatement un médecin en cas d'apparition de ces symptômes.
Sensations vertigineuses :
Le traitement par le lacosamide a été associé à des sensations vertigineuses qui peuvent augmenter le risque de survenue de blessure accidentelle ou de chutes. Par conséquent, il faut demander aux patients d'être prudents tant qu'ils ne sont pas familiarisés avec les effets potentiels du médicament (cf Effets indésirables).
Nouvelle survenue ou aggravation potentielle de crises myocloniques :
De nouvelles survenues ou aggravations de crises myocloniques ont été rapportées chez l'adulte et les patients pédiatriques présentant des crises généralisées tonico-cloniques primaires (GTCP), en particulier pendant la période de titration. Chez les patients présentant plus d'un type de crises, le bénéfice observé pour le contrôle d'un type de crise doit être pondéré par toute aggravation observée d'un autre type de crise.
Dégradation électro-clinique potentielle en cas de syndromes épileptiques pédiatriques spécifiques :
La tolérance et l'efficacité du lacosamide chez les patients pédiatriques présentant des syndromes épileptiques avec des crises partielles et généralisées coexistantes n'ont pas été déterminées.
Excipients (sirop) :
Excipients susceptibles de causer une intolérance :
Vimpat sirop contient du parahydroxybenzoate de méthyle sodique (E219), qui peut être responsable de réactions allergiques (éventuellement retardées).
Vimpat sirop contient du sorbitol (E420). Les patients souffrant de rares problèmes héréditaires d'intolérance au fructose ne doivent pas prendre ce médicament. Le sorbitol peut causer une gêne gastro-intestinale et un effet laxatif léger.
Vimpat sirop contient de l'aspartame (E951), source de phénylalanine, qui peut être nocif pour les personnes souffrant de phénylcétonurie.
Vimpat sirop contient du propylène glycol (E1520).
Teneur en sodium :
Vimpat sirop contient 1,42 mg de sodium par ml, ce qui équivaut à 0,07 % de l'apport alimentaire quotidien maximal recommandé par l'OMS de 2 g de sodium par adulte.
Teneur en potassium :
Ce médicament contient moins de 1 mmol (39 mg) de potassium par 60 ml, c.-à-d. qu'il est essentiellement « sans potassium ».

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :
Risque lié à l'épilepsie et aux médicaments antiépileptiques en général :
Pour tous les médicaments antiépileptiques, il a été montré que la prévalence des malformations chez les enfants de femmes épileptiques traitées était deux à trois fois supérieure au taux d'environ 3 % dans la population générale. Dans la population traitée, une augmentation des malformations a été notée en cas de polythérapie, cependant, il n'a pas été déterminé quel était le rôle respectif du traitement et/ou de la maladie.
En outre, un traitement antiépileptique efficace ne doit pas être interrompu, dans la mesure où l'aggravation de la maladie serait préjudiciable pour la mère comme pour le fœtus.
Risque lié au lacosamide :
Il n'existe pas de données suffisantes sur l'utilisation du lacosamide chez la femme enceinte. Des études chez l'animal n'ont pas indiqué d'effets tératogènes chez le rat ou le lapin, mais une embryotoxicité a été observée chez le rat et le lapin à des doses toxiques pour la mère (cf Sécurité préclinique). Le risque potentiel dans l'espèce humaine est inconnu.
Le lacosamide ne doit pas être utilisé au cours de la grossesse, sauf en cas de nécessité manifeste (c'est-à-dire lorsque le bénéfice pour la mère prévaut clairement sur le risque potentiel pour le fœtus). Si une femme prévoit une grossesse, l'utilisation de ce produit doit être soigneusement réévaluée.

Allaitement :

Le passage du lacosamide dans le lait maternel n'est pas établi. Un risque pour les nouveau-nés/nourrissons ne peut être exclu. Les études chez l'animal ont montré l'existence d'une excrétion de lacosamide dans le lait maternel. Par précaution, l'allaitement devra être interrompu durant le traitement par lacosamide.

Fertilité :

Aucun effet indésirable n'a été observé sur la fertilité ou la reproduction des rats mâles ou femelles aux doses produisant une exposition plasmatique (ASC) jusqu'à environ 2 fois celle observée chez l'homme à la dose maximale recommandée.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Le lacosamide a une influence mineure ou modérée sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Le traitement par lacosamide a été associé à des sensations vertigineuses ou à une vision trouble.
Par conséquent, il est recommandé aux patients de ne pas conduire, ni d'utiliser de machines potentiellement dangereuses avant d'être familiarisés avec les effets du lacosamide sur la capacité à effectuer ce type d'activités.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Symptômes :
Les symptômes observés après un surdosage accidentel ou intentionnel en lacosamide sont principalement associés au SNC et au système gastro-intestinal.
  • La nature des effets indésirables observés chez les patients exposés à des doses supérieures à 400 mg et jusqu'à 800 mg n'est pas cliniquement différente de celle observée chez les patients recevant les doses recommandées de lacosamide.
  • Les réactions rapportées après une prise de plus de 800 mg sont sensations vertigineuses, nausées, vomissements, convulsions (crises généralisées tonico-cloniques, état de mal épileptique). Des troubles de la conduction cardiaque, choc et coma ont également été observés. Des issues fatales ont été rapportées chez des patients ayant pris une dose unique de plusieurs grammes de lacosamide.
Traitement :
Il n'existe aucun antidote spécifique en cas de surdosage par le lacosamide. Le traitement du surdosage par le lacosamide doit comprendre des mesures générales de soutien et, le cas échéant, une hémodialyse (cf Pharmacocinétique).

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Lors des études de toxicité, les concentrations plasmatiques en lacosamide obtenues étaient similaires ou légèrement plus élevées que celles observées chez les patients, ce qui laisse de faibles marges ou pas de marge pour une exposition chez l'homme.

Une étude de tolérance pharmacologique avec administration intraveineuse de lacosamide chez des chiens anesthésiés a montré des augmentations transitoires de l'intervalle PR et de la durée du complexe QRS et des diminutions de la pression sanguine plus probablement dues à une action cardiodépressive. Ces modifications transitoires commençaient dans le même intervalle de concentration que celui des posologies maximales recommandées. Un ralentissement de la conductivité atriale et ventriculaire, un bloc auriculo-ventriculaire et une dissociation auriculo-ventriculaire ont été observés à des doses intraveineuses de 15 mg/kg à 60 mg/kg chez des chiens anesthésiés et des singes Cynomolgus.

Dans les études de toxicité à doses répétées, de légers changements hépatiques réversibles ont été observés chez le rat démarrant à environ 3 fois l'exposition clinique. Ces changements ont inclus une augmentation du poids de l'organe, une hypertrophie des hépatocytes, des augmentations des concentrations sériques en enzymes hépatiques et des augmentations du cholestérol total et des triglycérides. Mis à part l'hypertrophie des hépatocytes, aucune autre modification histopathologique n'a été observée.

Les études de toxicité de la reproduction et du développement chez les rongeurs et le lapin n'ont révélé aucun effet tératogène mais une augmentation du nombre de mort-nés et de décès dans la période du péripartum, une diminution légère des tailles de portée vivante et du poids des petits, à des doses maternelles toxiques chez le rat correspondant à des niveaux d'exposition systémique similaires à l'exposition clinique attendue. Étant donné que des niveaux d'exposition plus élevés n'ont pas pu être étudiés chez l'animal en raison d'une toxicité maternelle, il n'y a pas de données suffisantes pour caractériser complètement le potentiel embryofœtotoxique et tératogène du lacosamide.

Les études chez le rat ont révélé que le lacosamide et/ou ses métabolites franchissaient facilement la barrière placentaire.

Chez des rats et des chiens juvéniles, les types de toxicité ne sont pas différents qualitativement de ceux observés chez les animaux adultes. Chez les rats juvéniles, une diminution de la masse corporelle a été observée à des taux d'exposition systémique similaires à l'exposition clinique attendue. Chez les chiens juvéniles, des signes cliniques transitoires et proportionnels à la dose, touchant le SNC, ont été observés à des taux d'exposition systémique inférieurs à l'exposition clinique attendue.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Comprimés :
Durée de conservation :
5 ans.
Pas de précautions particulières de conservation.
Sirop :
Durée de conservation :
3 ans.
Ne pas conserver au réfrigérateur.
Après ouverture :
2 mois.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMMEU/1/08/470/001 ; CIP 3400938829570 (14 cp 50 mg).
EU/1/08/470/002 ; CIP 3400938829631 (56 cp 50 mg).
EU/1/08/470/020 ; CIP 3400922473314 (56 × 1 cp 50 mg).
EU/1/08/470/005 ; CIP 3400938829921 (56 cp 100 mg).
EU/1/08/470/021 ; CIP 3400922473482 (56 × 1 cp 100 mg).
EU/1/08/470/008 ; CIP 3400938830170 (56 cp 150 mg).
EU/1/08/470/022 ; CIP 3400922473543 (56 × 1 cp 150 mg).
EU/1/08/470/011 ; CIP 3400938830460 (56 cp 200 mg).
EU/1/08/470/023 ; CIP 3400922473604 (56 × 1 cp 200 mg).
EU/1/08/470/018 ; CIP 3400922198149 (sirop).
RCP révisés le 10.06.2021.
  
Prix :8,03 euros (14 comprimés à 50 mg).
31,87 euros (56 comprimés à 50 mg).
63,31 euros (56 comprimés à 100 mg).
94,78 euros (56 comprimés à 150 mg).
126,23 euros (56 comprimés à 200 mg).
25,08 euros (sirop, flacon de 200 ml).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.
Modèles hospitaliers : Collect.

Informations laboratoire

UCB Pharma SA
420, rue d'Estienne-d'Orves. 92700 Colombes
Tél : 01 47 29 44 35
UCBCares® (Pharmacovigilance/Information médicale) :
Tél : 01 47 29 45 55
Site web : http://www.ucb-france.fr
Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster