ULTIVA 1 mg pdre p sol inj ou perf

Mise à jour : Jeudi 04 février 2021
REMIFENTANIL (chlorhydrate) un milligramme poudre pour solution à diluer pour solution injectable/pour perfusion (ULTIVA)
Commercialisé
N/A N/A Attention, danger : ne pas conduire N/A N/A N/A N/A
Référent N/A Dopant N/A Non disponible en ville N/A N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Anesthésie - Réanimation - Anesthésie générale : Analgésiques morphiniques (Rémifentanil)
Classification ATC : SYSTEME NERVEUX : ANESTHESIQUES - ANESTHESIQUES GENERAUX : ANESTHESIQUES OPIOIDES (REMIFENTANIL)
Excipients :
glycine, acide chlorhydrique, sodium hydroxyde
Présentation
ULTIVA 1 mg Pdre p sol inj/p perf 5Fl/3ml

Cip : 3400956013944

Stupéfiant

Agréé aux Collectivités

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Poudre (lyophilisée ; stérile ; non pyrogène ; sans conservateur ; blanc à blanc cassé) pour solution injectable ou pour perfusion à 1 mg, à 2 mg et à 5 mg :  Flacons de, respectivement, 3 ml, 5 ml et 10 ml, boîtes de 5.

COMPOSITION

 p flacon
Rémifentanil (DCI) chlorhydrate exprimé en rémifentanil 
1 mg
ou2 mg
ou5 mg
Excipients (communs) : glycine, acide chlorhydrique (pour ajuster le pH), hydroxyde de sodium (pour ajuster le pH si nécessaire).

Excipient à effet notoire : ce médicament contient du sodium. Le taux de sodium est inférieur à 1 mmol par flacon, c'est-à-dire « sans sodium ».

Après reconstitution selon les recommandations (cf Modalités de manipulation et d'élimination), la solution contient 1 mg/ml de rémifentanil.

DC

INDICATIONS

  • Agent analgésique pendant l'induction et/ou l'entretien de l'anesthésie générale.
  • Analgésie des patients âgés de 18 ans et plus ventilés en unité de soins intensifs.
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

CONTRE-INDICATIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

  • Le rémifentanil doit être administré exclusivement dans un lieu entièrement équipé pour le monitoring et l'assistance des fonctions respiratoire et cardiovasculaire, et par des personnes spécialement formées à l'utilisation des médicaments anesthésiques, mais aussi au diagnostic et à la prise en charge des effets indésirables attendus des morphiniques puissants, notamment à la réanimation cardiaque et respiratoire. La formation requise inclut la mise en place et le maintien de la perméabilité des voies aériennes et de la ventilation assistée. L'utilisation du rémifentanil chez les patients ventilés en unité de soins intensifs n'est pas recommandée pour des durées supérieures à 3 jours.
    Les patients ayant une hypersensibilité connue aux opioïdes d'une autre classe peuvent développer une réaction d'hypersensibilité suite à l'administration d'Ultiva. Des précautions doivent être prises avant d'utiliser Ultiva chez ces patients (cf Contre-indications).
  • Action de courte durée/relais analgésique :
    Compte tenu de la disparition très rapide de l'effet analgésique du rémifentanil, l'activité résiduelle ne persiste pas plus de 5 à 10 minutes après l'arrêt de l'administration. Lors d'interventions chirurgicales réputées douloureuses au réveil, des analgésiques doivent être administrés avant l'arrêt de la perfusion du rémifentanil. La possibilité d'un phénomène de tolérance, d'une hyperalgie et de modifications hémodynamiques associées doit être envisagée lors de l'utilisation du rémifentanil en unité de soins intensifs. Avant l'arrêt du rémifentanil, un relais analgésique et sédatif doit être mis en place. Un délai suffisant doit être respecté pour que les analgésiques de longue durée d'action soient efficaces. Ces analgésiques doivent être choisis en fonction du type d'intervention chirurgicale et du niveau de surveillance postopératoire. La dose et le moment de leur administration doivent être planifiés à l'avance et de façon adaptée à chaque patient. Lors de l'administration d'agents morphiniques en relais analgésique, le bénéfice d'une prise en charge optimale de la douleur doit toujours être évalué en fonction du risque potentiel de dépression respiratoire de ces agents.
  • Risques liés à l'utilisation concomitante de sédatifs tels que les benzodiazépines ou médicaments associés :
    L'utilisation concomitante d'Ultiva et de sédatifs tels que les benzodiazépines ou médicaments associés peut entraîner une sédation, une dépression respiratoire, un coma ou le décès. En raison de ces risques, la prescription concomitante avec ces sédatifs doit être réservée aux patients chez qui aucune autre option thérapeutique n'est possible. En cas de décision de prescrire Ultiva en association avec des sédatifs, la plus petite dose efficace doit être utilisée et la durée du traitement doit être la plus courte possible.
    Les patients devront être étroitement surveillés afin de détecter tout signe et symptôme de dépression respiratoire et de sédation. A cet égard, il est fortement recommandé d'informer les patients et leurs aidants d'être vigilants vis-à-vis de l'apparition de ces symptômes (cf Interactions).
  • Arrêt du traitement :
    Suite à l'arrêt brutal d'Ultiva, des symptômes liés au sevrage incluant tachycardie, hypertension et agitation ont été rapportés peu fréquemment en particulier après utilisation prolongée de plus de 3 jours. Dans ces cas, la reprise du traitement et son arrêt progressif ont été bénéfiques. L'utilisation d'Ultiva chez les patients ventilés mécaniquement en unité de soins intensifs n'est pas recommandée pour une durée de traitement supérieure à 3 jours.
  • Rigidité musculaire (prévention et prise en charge) :
    Aux doses recommandées, une rigidité musculaire peut survenir. Comme avec les autres morphiniques, l'incidence de la rigidité musculaire dépend de la dose et de la vitesse d'administration. C'est pourquoi les injections intraveineuses de rémifentanil sous forme de bolus lent ne doivent pas être effectuées en moins de 30 secondes.
    La prise en charge de la rigidité musculaire induite par le rémifentanil doit être adaptée à l'état clinique du patient et repose sur l'assistance des fonctions vitales. L'apparition d'une rigidité musculaire excessive pendant l'induction de l'anesthésie doit être traitée par l'administration d'un curare et/ou l'adjonction d'agents hypnotiques. Les rigidités musculaires observées pendant l'administration de rémifentanil comme analgésique peuvent être traitées par l'arrêt ou la diminution du débit de la perfusion de rémifentanil. La rigidité musculaire disparaît quelques minutes après l'arrêt de la perfusion de rémifentanil. Il est également possible d'administrer un antagoniste morphinique, mais l'effet analgésique du rémifentanil risque alors d'être atténué ou supprimé.
  • Dépression respiratoire (prévention et prise en charge) : comme avec tous les morphiniques puissants, l'analgésie intense s'accompagne d'une dépression respiratoire marquée. Par conséquent, le rémifentanil ne peut être administré que dans des lieux équipés des moyens nécessaires pour déceler et prendre en charge une dépression respiratoire. Des précautions particulières doivent être prises pour les patients ayant une insuffisance respiratoire. La survenue d'une dépression respiratoire impose une prise en charge adéquate, incluant une diminution de 50 % du débit de perfusion ou une interruption temporaire de la perfusion. A la différence des autres dérivés du fentanyl, le rémifentanil n'a jamais provoqué de dépression respiratoire récurrente, même après une administration prolongée. Cependant, comme de nombreux facteurs peuvent affecter le réveil, il est important de veiller à ce que le patient ait complètement repris conscience et récupéré une ventilation spontanée adaptée avant de le laisser quitter la salle de réveil.
  • Effets cardiovasculaires :
    Le risque d'effets cardiovasculaires tels que hypotension artérielle et bradycardie, qui peuvent rarement conduire à une asystolie ou un arrêt cardiaque (cf Interactions, Effets indésirables) peut être diminué en réduisant le débit de perfusion de rémifentanil ou la dose des anesthésiques administrés parallèlement, ou bien par un remplissage vasculaire ou encore par l'administration de vasopresseurs ou d'anticholinergiques.
    Les patients en mauvais état général, hypovolémiques ou hypotendus et les personnes âgées peuvent être plus sensibles aux effets cardiovasculaires du rémifentanil.
  • Administration accidentelle : une quantité suffisante de rémifentanil peut être présente dans l'espace mort de la tubulure ou du cathéter et provoquer une dépression respiratoire, une apnée et/ou une rigidité musculaire si la tubulure est rincée avec une solution injectable ou avec d'autres médicaments injectables. Cela peut être évité en administrant le rémifentanil dans une tubulure à débit rapide ou dans une tubulure réservée au rémifentanil, qui sera débranchée à l'arrêt de l'administration.
  • Nouveau-né, nourrisson : les données disponibles concernant l'utilisation du rémifentanil chez les nouveau-nés et les nourrissons âgés de moins de 1 an sont limitées (cf Posologie et Mode d'administration, Pharmacodynamie).
  • Pharmacodépendance : comme les autres morphiniques, le rémifentanil peut induire une dépendance.
  • Ce médicament contient du sodium. Le taux de sodium est inférieur à 1 mmol par flacon, c'est-à-dire « sans sodium ».
DC

INTERACTIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Aucune étude spécifique et contrôlée n'a été conduite chez des femmes enceintes. Le rémifentanil ne doit donc être administré pendant la grossesse que si les bénéfices attendus justifient les risques potentiels pour le fœtus.


Allaitement :

Le passage du rémifentanil dans le lait maternel n'est pas connu. Cependant, les dérivés du fentanyl sont excrétés dans le lait maternel chez la femme et des dérivés du rémifentanil ont été détectés dans le lait de rates après administration de rémifentanil. En conséquence, les femmes qui allaitent doivent être informées de ne pas donner le sein pendant les 24 heures suivant l'administration du rémifentanil.

Travail et accouchement :

Les données existantes sont insuffisantes pour recommander l'utilisation du rémifentanil pendant le travail et durant les césariennes. Le rémifentanil passe la barrière placentaire et les dérivés du fentanyl peuvent provoquer des dépressions respiratoires chez l'enfant.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Après une anesthésie comportant du rémifentanil, le patient ne doit ni conduire ni utiliser des machines. Seul le médecin peut décider du moment de la reprise de ces activités.
Il est prudent que le patient soit accompagné lors de son retour à domicile et qu'il ne consomme pas de boisson alcoolisée.
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Comme avec tous les analgésiques morphiniques puissants, un surdosage devrait se traduire par une accentuation des effets pharmacologiques prévisibles du rémifentanil. Compte tenu de la très courte durée d'action du rémifentanil, le risque d'effets délétères dus au surdosage est limité aux quelques minutes suivant l'administration du médicament. Après arrêt du traitement, le retour du patient à l'état initial se fait en moins de 10 minutes.

Dans l'éventualité d'un surdosage avéré ou suspecté, la conduite à tenir est la suivante : arrêter l'administration du rémifentanil, assurer la perméabilité des voies aériennes, entreprendre une ventilation assistée ou contrôlée avec une oxygénation et maintenir une fonction cardiovasculaire adaptée. Si la dépression respiratoire est associée à une rigidité musculaire, l'administration d'un curare peut être nécessaire pour faciliter la ventilation assistée ou contrôlée. Le remplissage vasculaire, l'administration de vasopresseurs pour corriger l'hypotension artérielle et d'autres mesures d'assistance des fonctions vitales peuvent être utiles.

En cas de dépression respiratoire sévère et de rigidité musculaire, un antagoniste morphinique, comme la naloxone, peut être administré par voie intraveineuse à titre d'antidote spécifique. La durée de la dépression respiratoire secondaire à un surdosage en rémifentanil a peu de chances d'excéder la durée d'action de l'antagoniste morphinique.

PP

PHARMACODYNAMIE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

  • Comme certains autres analogues du fentanyl, le rémifentanil induit des augmentations de la durée du potentiel d'action (DPA) au niveau des fibres de Purkinje isolées de chien. Aucun effet n'a été observé à la concentration de 0,1 µM (38 ng/ml). Des effets ont été observés à la concentration de 1 µM (377 ng/ml) avec un effet statistiquement significatif à la concentration de 10 µM (3770 ng/ml). Ces concentrations représentent respectivement 12 fois et 119 fois les concentrations les plus élevées obtenues pour la forme libre du produit (ou respectivement, 3 et 36 fois les concentrations sanguines totales les plus élevées obtenues) après administration de la dose thérapeutique maximale recommandée.
  • Toxicité aiguë : les manifestations attendues d'intoxication par agonisme morphinique µ ont été observées chez la souris, le rat et le chien non ventilés, après l'administration d'une forte dose de rémifentanil injectée en bolus intraveineux. Dans ces études, l'espèce la plus sensible, le rat mâle, a survécu à l'administration d'une dose de 5 mg/kg. Des micro-hémorragies cérébrales provoquées par l'hypoxie, observées chez les chiens, ont été réversibles dans les 14 jours suivant l'arrêt de l'administration de rémifentanil.
  • Toxicité à doses répétées :
    Des doses de rémifentanil administrées en bolus chez le rat et le chien non ventilés ont entraîné une dépression respiratoire pour l'ensemble des doses étudiées et des micro-hémorragies cérébrales réversibles chez le chien.
    Des investigations complémentaires ont montré que les micro-hémorragies résultaient de l'hypoxie et n'étaient pas spécifiques au rémifentanil.
    Les micro-hémorragies cérébrales n'ont pas été observées dans les études de perfusion chez le rat et le chien non ventilés car celles-ci ont été réalisées à des doses qui ne provoquaient pas de dépression respiratoire sévère.
    Les résultats des études précliniques font apparaître la dépression respiratoire et les séquelles associées comme étant la cause la plus probable des effets indésirables potentiellement sévères chez l'homme.
    L'administration intrathécale de l'excipient seul (glycine), chez le chien, provoque une agitation, une douleur, une incoordination et un dysfonctionnement des membres postérieurs. Ces effets sont considérés comme étant liés à la glycine. En raison du pouvoir tampon du sang plus important, de la dilution plus rapide dans la circulation sanguine et de la faible concentration en glycine dans la formulation d'Ultiva, l'administration intraveineuse du produit est sans conséquence clinique.
  • Étude sur la fonction de reproduction :
    Le rémifentanil provoque une diminution de la fertilité chez le rat mâle, après une injection intraveineuse quotidienne, pendant au moins 70 jours. Une dose sans effet sur la fertilité n'a pas été mise en évidence. La fertilité chez le rat femelle n'est pas modifiée. Aucun effet tératogène n'a été observé chez le rat ou le lapin.
    L'administration du rémifentanil chez la rate en fin de gestation ou durant l'allaitement n'a pas provoqué d'effet significatif sur la survie, le développement ou la reproduction de la génération F1 (1re génération).
  • Génotoxicité :
    Le rémifentanil n'entraîne pas de réponse positive dans une série de tests de génotoxicité in vitro et in vivo, à l'exception du test in vitro sur le lymphome TK de la souris qui s'est révélé positif avec activation métabolique.
    Les résultats du test sur le lymphome TK de la souris n'ayant pas été confirmés par les autres tests réalisés in vitro et in vivo, le traitement par le rémifentanil n'est pas considéré comme présentant un risque génotoxique pour le patient.
  • Carcinogénicité : aucune étude de carcinogénicité à long terme n'a été réalisée.
DP

INCOMPATIBILITÉS

Ultiva doit être reconstitué et dilué uniquement avec les solutions injectables recommandées (cf Modalités de manipulation et d'élimination).

Il ne doit pas être reconstitué, dilué ou mélangé avec du soluté injectable de Ringer lactate ou du soluté injectable de Ringer lactate glucosé à 5 %.

Ultiva ne doit pas être mélangé avec du propofol dans la même poche de perfusion avant administration.

Il n'est pas recommandé de perfuser Ultiva par la même tubulure que le sang, le sérum ou le plasma, car les estérases non spécifiques contenues dans les produits sanguins risquent d'hydrolyser le rémifentanil en son métabolite inactif.

Ultiva ne doit pas être mélangé avec d'autres spécialités pharmaceutiques avant son administration.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
  • poudre à 1 mg : 18 mois ;
  • poudre à 2 mg : 2 ans ;
  • poudre à 5 mg : 3 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C.

Solution reconstituée :
La stabilité chimique et physique dans les conditions d'utilisation de la solution reconstituée a été démontrée pendant 24 heures à 25 °C. D'un point de vue microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement.
S'il n'est pas utilisé immédiatement, la durée de conservation et les conditions avant utilisation sont sous la responsabilité de l'utilisateur et ne devraient normalement pas excéder 24 heures entre 2 et 8 °C, à moins que la reconstitution ait eu lieu dans des conditions aseptiques contrôlées et validées.
Solution diluée :
Toutes les solutions diluées d'Ultiva pour injection ou perfusion doivent être utilisées immédiatement. Toute solution restante devra être jetée.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Ultiva doit être reconstitué par addition de 1 ml (Ultiva 1 mg), de 2 ml (Ultiva 2 mg) ou de 5 ml (Ultiva 5 mg) de solution injectable pour obtenir une solution reconstituée ayant une concentration en rémifentanil de 1 mg/ml. La solution reconstituée est limpide, incolore et pratiquement sans particule. Après reconstitution, examiner visuellement (si le conditionnement le permet) la solution pour les particules, la décoloration ou la détérioration du conditionnement. Jeter toute solution qui montre un quelconque défaut lié à ces trois paramètres. La solution reconstituée est à usage unique. Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

En mode manuel :
Après reconstitution, la solution d'Ultiva ne doit pas être administrée en l'état mais doit être diluée à des concentrations allant de 20 à 250 µg/ml (la dilution recommandée est de 50 µg/ml chez l'adulte et de 20 à 25 µg/ml chez l'enfant âgé de 1 an ou plus).
En mode AIVOC :
Après reconstitution, la solution d'Ultiva ne doit pas être administrée en l'état mais doit encore être diluée (la dilution recommandée est de 20 à 50 µg/ml).
La dilution sera fonction des caractéristiques techniques du matériel de perfusion et des besoins estimés pour le patient.
L'une des solutions injectables suivantes doit être utilisée pour la dilution :
  • eau pour préparations injectables,
  • solution de glucose à 5 % pour injection,
  • solution glucosée (5 %) sodique (chlorure de sodium 0,9 %) pour injection,
  • solution de chlorure de sodium à 0,9 % pour injection,
  • solution de chlorure de sodium à 0,45 % pour injection.
Après dilution, examiner visuellement la solution pour s'assurer que celle-ci est limpide, incolore et pratiquement sans particule, et que le conditionnement n'est pas détérioré. Jeter toute solution qui montre un quelconque défaut lié à ces trois paramètres.
Ultiva s'est révélé compatible avec les solutions pour injection intraveineuse suivantes lorsqu'il est injecté dans une tubulure en cours de perfusion :
  • solution injectable de Ringer lactate,
  • solution injectable de Ringer lactate glucosée à 5 %.
Ultiva s'est révélé compatible avec le propofol lorsqu'il est injecté dans une tubulure en cours de perfusion.
Les tableaux 6 à 11 sont des guides pour déterminer les débits de perfusion d'Ultiva en mode manuel.
Tableau 6 : Débits de perfusion d'Ultiva injectable (ml/kg/h)
Vitesse d'administration (µg/kg/min)Débit de perfusion (ml/kg/h)
solution à 20 µg/ml (1 mg/50 ml)solution à 25 µg/ml (1 mg/40 ml)solution à 50 µg/ml (1 mg/20 ml)solution à 250 µg/ml (10 mg/40 ml)
0,01250,0380,030,015non recommandé
0,0250,0750,060,03non recommandé
0,050,150,120,060,012
0,0750,230,180,090,018
0,10,30,240,120,024
0,150,450,360,180,036
0,20,60,480,240,048
0,250,750,60,30,06
0,51,51,20,60,12
0,752,251,80,90,18
132,41,20,24
1,253,7531,50,3
1,54,53,61,80,36
1,755,254,22,10,42
264,82,40,48
Tableau 7 : Débits de perfusion d'Ultiva injectable (ml/h) pour une solution à 20 µg/ml
Débit de perfusion (µg/kg/min)Poids du patient (kg)
5102030405060
0,01250,1880,3750,751,1251,51,8752,25
0,0250,3750,751,52,2533,754,5
0,050,751,534,567,59
0,0751,1252,254,56,75911,2513,5
0,11,5369121518
0,152,254,5913,51822,527
0,2361218243036
0,253,757,51522,53037,545
0,34,591827364554
0,355,2510,52131,54252,563
0,46122436486072
Tableau 8 : Débits de perfusion d'Ultiva injectable (ml/h) pour une solution à 25 µg/ml
Débit de perfusion (µg/kg/min)Poids du patient (kg)
102030405060708090100
0,01250,30,60,91,21,51,82,12,42,73
0,0250,61,21,82,433,64,24,85,46
0,051,22,43,64,867,28,49,610,812
0,0751,83,65,47,2910,812,614,416,218
0,12,44,87,29,61214,416,819,221,624
0,153,67,210,814,41821,625,228,832,436
0,24,89,614,419,22428,833,638,443,248
Tableau 9 : Débits de perfusion d'Ultiva injectable (ml/h) pour une solution à 50 µg/ml
Débit de perfusion (µg/kg/min)Poids du patient (kg)
30405060708090100
0,0250,91,21,51,82,12,42,73
0,051,82,433,64,24,85,46
0,0752,73,64,55,46,37,28,19
0,13,64,867,28,49,610,812
0,155,47,2910,812,614,416,218
0,27,29,61214,416,819,221,624
0,25912151821242730
0,51824303642485460
0,752736455463728190
1364860728496108120
1,2545607590105120135150
1,5547290108126144162180
1,756384105126147168189210
27296120144168192216240
Tableau 10 : Débits de perfusion d'Ultiva injectable (ml/h) pour une solution à 250 µg/ml
Débit de perfusion (µg/kg/min)Poids du patient (kg)
30405060708090100
0,10,720,961,21,441,681,922,162,4
0,151,081,441,82,162,522,883,243,6
0,21,441,922,42,883,363,844,324,8
0,251,82,433,64,24,85,46
0,53,64,867,28,49,610,812
0,755,47,2910,812,614,416,218
17,29,61214,416,819,221,624
1,25912151821242730
1,510,814,41821,625,228,832,436
1,7512,616,82125,229,433,637,842
214,419,22428,833,638,443,248
Le tableau 11 donne la correspondance entre les concentrations sanguines de rémifentanil en mode AIVOC et différents débits de perfusion en mode manuel à l'état d'équilibre.
Tableau 11 : Correspondance entre les concentrations sanguines cibles (ng/ml) de rémifentanil selon le modèle pharmacocinétique de Minto (1997) chez un patient pesant 70 kg, mesurant 1,70 m, âgé de 40 ans, de sexe masculin, et différents débits de perfusion (µg/kg/min) en mode manuel, à l'état d'équilibre
Débit de perfusion Ultiva (µg/kg/min)Concentration sanguine de rémifentanil (ng/ml)
0,051,3
0,12,6
0,256,3
0,410,4
0,512,6
125,2
250,5

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

STUPÉFIANTS  ; prescription limitée à 7 jours.
Prescription sur ordonnance répondant aux spécifications fixées par l'arrêté du 31 mars 1999.

Réservé à l'usage hospitalier.
Médicament pouvant être administré par tout médecin spécialisé en anesthésie-réanimation ou en médecine d'urgence dans les cas où il intervient en situation d'urgence ou dans le cadre d'une structure d'assistance médicale mobile ou de rapatriement sanitaire (article R. 5121-96 du code de la Santé publique).
AMM3400956013944 (1996, RCP rév 27.11.2018) 1 mg.
3400956014026 (1996, RCP rév 27.11.2018) 2 mg.
3400956016495 (1996, RCP rév 27.11.2018) 5 mg.
Mis sur le marché en 1997.
Collect.

Informations laboratoire

ASPEN FRANCE
21, av Édouard-Belin. 92500 Rueil-Malmaison
Tél : 01 39 17 70 00
Fax : 01 47 08 21 96
E-mail : pharma@aspenpharma.eu
Voir la fiche laboratoire
VIDAL Recos 1
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster