eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

TRILEPTAL 300 mg cp pellic

Mise à jour : Mercredi 30 septembre 2020
OXCARBAZEPINE 300 mg cp (TRILEPTAL) Commercialisé
N/A Soyez très prudent N/A N/A N/A N/A N/A
Référent N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Neurologie : Antiépileptiques (Oxcarbazépine)
Classification ATC : SYSTEME NERVEUX : ANTIEPILEPTIQUES - ANTIEPILEPTIQUES : DERIVES DU CARBOXAMIDE (OXCARBAZEPINE)
Substance
oxcarbazépine
Excipients :
silice colloïdale anhydre, crospovidone, magnésium stéarate, cellulose microcristalline

excipient et pelliculage :  hypromellose

colorant (pelliculage) :  fer jaune oxyde, titane dioxyde

pelliculage :  macrogol 8000, talc

Présentation
TRILEPTAL 300 mg Cpr pell Plq/50

Cip : 3400935357243

Modalités de conservation : Avant ouverture : durant 36 mois

Liste 2

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimé pelliculé (ovale, légèrement biconvexe, avec barre de cassure* sur chaque face) à 150 mg (gravé « T/D » sur une face et « C/G » sur l'autre face ; gris vert pâle), à 300 mg (gravé « TE/TE » sur une face et « CG/CG » sur l'autre face ; jaune) et à 600 mg (gravé « TF/TF » sur une face et « CG/CG » sur l'autre face ; rose pâle) :  Boîtes de 50, sous plaquettes.
* La barre de cassure n'est là que pour faciliter la prise de comprimé, elle ne le divise pas en deux demi-doses égales.

Suspension buvable à 60 mg/ml (blanc cassé à légèrement rouge-brun) :  Flacon de 250 ml (muni d'un bouchon inviolable), avec seringue pour administration orale de 10 ml et adaptateur, boîte unitaire.

COMPOSITION

Comprimé :p comprimé
Oxcarbazépine 
150 mg
ou300 mg
ou600 mg
Excipients (communs) : Noyau : silice colloïdale anhydre, cellulose microcristalline, hypromellose, crospovidone, stéarate de magnésium. Pelliculage : hypromellose, talc, dioxyde de titane E171, macrogol 4000 (cp à 150 mg et à 600 mg), macrogol 8000 (cp à 300 mg), oxyde de fer jaune E172 (cp à 150 mg et à 300 mg), oxydes de fer rouge E172 et noir E172 (cp à 150 mg et à 600 mg).
Suspension buvable :p ml
Oxcarbazépine 
60 mg
Excipients : parahydroxybenzoate de propyle (E216), saccharine sodique, acide sorbique (E200), stéarate de macrogol 400, parahydroxybenzoate de méthyle (E218), arôme prune jaune/citron (contenant de l'éthanol), acide ascorbique (E300), cellulose dispersible (contenant de la cellulose microcristalline et de la carmellose sodique), propylèneglycol (E1520), sorbitol (E420) liquide à 70 % (non cristallisable), eau purifiée.

Excipients à effet notoire : chaque ml contient également 0,30 mg de parahydroxybenzoate de propyle (E216), 1,20 mg de parahydroxybenzoate de méthyle (E218), 25 mg de propylène glycol (E1520), 250 mg de sorbitol (E420), liquide à 70 % (non cristallisable) et 0,8 mg d'éthanol.

DC

INDICATIONS

Trileptal est indiqué dans le traitement des crises épileptiques partielles avec ou sans généralisation secondaire.
Trileptal est indiqué en monothérapie ou en association chez l'adulte et l'enfant à partir de 6 ans.
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Posologie :

En monothérapie comme en association, le traitement par Trileptal débute par une dose cliniquement efficace, répartie en 2 prises par jour. La dose peut être augmentée selon la réponse clinique du patient. Lorsqu'on substitue Trileptal à un autre antiépileptique, la dose de ce dernier doit être réduite progressivement lors de l'instauration du traitement. Lors d'associations, la charge médicamenteuse antiépileptique globale du patient étant accrue, il peut être nécessaire de réduire la dose de l'antiépileptique associé et/ou d'augmenter plus lentement la dose de Trileptal (cf Interactions).

Surveillance du traitement :

L'effet thérapeutique de l'oxcarbazépine est principalement exercé par le métabolite actif de l'oxcarbazépine, le dérivé 10-monohydroxy (DMH) (cf Pharmacodynamie, Pharmacocinétique).

La surveillance de la concentration plasmatique de l'oxcarbazépine ou du DMH n'est pas justifiée en pratique courante. Cependant, cela peut être utile dans les situations où une altération de la clairance du DMH est attendue (cf Mises en garde et Précautions d'emploi). Dans ces situations, la dose de Trileptal peut être ajustée (en se basant sur les concentrations plasmatiques mesurées 2 à 4 heures après la prise de dose) pour maintenir un pic plasmatique de DMH < 35 mg/l.

Adultes :
Monothérapie :
Dose initiale recommandée :
Trileptal devrait être instauré avec une dose de 600 mg/jour (8 à 10 mg/kg/jour), répartie en deux prises.
Dose d'entretien :
Si cela est cliniquement nécessaire, la dose initiale pourra être augmentée de 600 mg/jour au maximum, à intervalles d'environ une semaine, afin d'obtenir la réponse clinique souhaitée. Un effet thérapeutique est observé entre 600 mg/jour et 2400 mg/jour.
Des essais cliniques contrôlés en monothérapie ont montré que la dose de 1200 mg/jour est efficace chez des patients non traités par d'autres antiépileptiques. Néanmoins, une dose de 2400 mg/jour s'est révélée efficace dans les épilepsies réfractaires de patients dont le traitement par d'autres antiépileptiques a été substitué par Trileptal en monothérapie.
Dose maximale recommandée :
Chez des patients hospitalisés, la posologie a pu être augmentée jusqu'à 2400 mg/jour sur une période de 48 heures.
Traitement en association à un autre traitement antiépileptique :
Dose initiale recommandée :
Trileptal devrait être instauré avec une dose de 600 mg/jour (8 à 10 mg/kg/jour), répartie en deux prises.
Dose d'entretien :
Si cela est cliniquement nécessaire, la dose initiale pourra être augmentée de 600 mg/jour au maximum, à intervalles d'environ une semaine, afin d'obtenir la réponse clinique souhaitée. Un effet thérapeutique est observé entre 600 mg/jour et 2400 mg/jour.
Dose maximale recommandée :
Lors d'essais cliniques contrôlés avec des traitements associés, des posologies journalières de 600 à 2400 mg se sont avérées efficaces. Cependant, la majorité des patients n'a pu tolérer la dose de 2400 mg/jour sans une réduction de la posologie des antiépileptiques associés, essentiellement en raison des effets indésirables sur le système nerveux central.
Dans les études cliniques, des posologies quotidiennes supérieures à 2400 mg/jour n'ont pas été étudiées de façon systématique.
Sujets âgés (65 ans et plus) :

Aucune recommandation spécifique de dose n'est nécessaire chez les sujets âgés car les doses thérapeutiques sont ajustées individuellement. Les ajustements de doses sont recommandés chez les sujets âgés présentant une altération de la fonction rénale (clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min) (voir les informations ci-dessous concernant le dosage en cas d'altération de la fonction rénale). Une surveillance étroite des taux sériques de sodium est nécessaire chez les patients à risque d'hyponatrémie (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).

Patients présentant une altération de la fonction hépatique :

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire en cas d'altération légère à modérée de la fonction hépatique. Trileptal n'a pas été étudié chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère. Une surveillance est donc nécessaire chez ces patients (cf Pharmacocinétique).

Patients présentant une altération de la fonction rénale :

En cas d'altération de la fonction rénale (clairance de la créatinine < 30 ml/min), le traitement par Trileptal doit débuter à une posologie réduite de moitié par rapport à la posologie initiale habituelle (soit 300 mg/jour), la dose sera ensuite augmentée avec des intervalles d'au moins une semaine afin d'obtenir la réponse clinique souhaitée (cf Pharmacocinétique).

L'augmentation de la posologie chez l'insuffisant rénal peut nécessiter une surveillance accrue.

Population pédiatrique :
Dose initiale recommandée :
En monothérapie comme en association, Trileptal devrait être instauré avec une dose de 8 à 10 mg/kg/jour, répartie en deux prises.
Dose d'entretien :
Lors d'essais cliniques avec une utilisation en association, une dose d'entretien de 30 à 46 mg/kg/jour, maintenue pendant plus de deux semaines, s'est montrée efficace et bien tolérée chez les enfants. Des effets thérapeutiques ont été observés avec une dose d'entretien médiane d'environ 30 mg/kg/jour.
Dose maximale recommandée :
Si ceci est cliniquement nécessaire, la dose initiale pourra être augmentée de 10 mg/kg/jour au maximum, à intervalles d'environ une semaine, jusqu'à un maximum de 46 mg/kg/jour, afin d'obtenir la réponse clinique souhaitée (cf Pharmacocinétique).

Trileptal est recommandé chez l'enfant de 6 ans et plus. La sécurité d'emploi et l'efficacité ont été évaluées lors d'essais cliniques contrôlés incluant approximativement 230 enfants âgés de moins de 6 ans (à partir de 1 mois). Trileptal n'est pas recommandé chez l'enfant de moins de 6 ans étant donné que la sécurité d'emploi et l'efficacité n'ont pas été suffisamment démontrées.

Toutes ces recommandations posologiques (adultes, sujets âgés, enfants) sont basées sur les doses étudiées lors des essais cliniques portant sur tous les groupes d'âge. Néanmoins, des doses initiales plus faibles peuvent être envisagées si adaptées.

Suspension buvable :

La prescription de Trileptal suspension buvable doit être donnée en millilitres (voir tableau de conversion ci-dessous qui donne la posologie en mg et en ml). La dose prescrite en ml doit être arrondie au 0,5 ml le plus proche.

Les doses recommandées dans le tableau ci-dessous concernent uniquement les enfants âgés de 6 ans ou plus. Les doses doivent être administrées deux fois par jour.


Dose en mg (à administrer 2 fois/jour)Doses en ml (à administrer 2 fois/jour)
45-75 mg1,0 ml
76-105 mg1,5 ml
106-135 mg2,0 ml
136-165 mg2,5 ml
166-195 mg3,0 ml
196-225 mg3,5 ml
226-255 mg4,0 ml
256-285 mg4,5 ml
286-315 mg5,0 ml
316-345 mg5,5 ml
346-375 mg6,0 ml
376-405 mg6,5 ml
406-435 mg7,0 ml
436-465 mg7,5 ml
466-495 mg8,0 ml
496-525 mg8,5 ml
526-555 mg9,0 ml
556-585 mg9,5 ml
586-615 mg10,0 ml
616-645 mg10,5 ml
646-675 mg11,0 ml
676-705 mg11,5 ml
706-735 mg12,0 ml
736-765 mg12,5 ml
766-795 mg13,0 ml
796-825 mg13,5 ml
826-855 mg14,0 ml
856-885 mg14,5 ml
886-915 mg15,0 ml
916-945 mg15,5 ml
946-975 mg16,0 ml
976-1005 mg16,5 ml
1006-1035 mg17,0 ml
1036-1065 mg17,5 ml
1066-1095 mg18,0 ml
1096-1125 mg18,5 ml
1126-1155 mg19,0 ml
1156-1185 mg19,5 ml
1186-1215 mg20,0 ml

Mode d'administration :

Trileptal peut être pris avec ou sans aliments.

Comprimés :
Les comprimés portent une barre de cassure et peuvent être coupés en deux afin d'être avalés plus facilement. Cependant, le comprimé ne peut être divisé en deux demi-doses égales. Pour les enfants qui ne peuvent pas avaler les comprimés ou quand les doses nécessaires ne peuvent pas être administrées en utilisant les comprimés, la présentation Trileptal suspension buvable est disponible.
Suspension buvable :
Avant de prendre Trileptal suspension buvable, secouer énergiquement le flacon pendant au moins 10 secondes et préparer la dose immédiatement après.
La quantité prescrite de suspension buvable doit être prélevée dans le flacon à l'aide de la seringue pour administration orale fournie. Trileptal suspension buvable peut être avalé directement à l'aide de la seringue ou mélangé dans un petit verre d'eau juste avant l'administration. Après chaque utilisation, fermer le flacon et essuyer l'extérieur de la seringue à l'aide d'un tissu propre et sec.
DC

CONTRE-INDICATIONS

Hypersensibilité à la substance active, à l'eslicarbazépine ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.
DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Hypersensibilité :
Des réactions d'hypersensibilité de classe I (immédiate) incluant éruptions cutanées, prurit, urticaire, angiœdème et des réactions anaphylactiques ont été rapportées lors de la post-commercialisation. Des cas d'anaphylaxie et d'angiœdème touchant le larynx, la glotte, les lèvres et les paupières ont été rapportés chez des patients après la première prise ou après plusieurs prises de Trileptal. Si un patient présente ces réactions lors d'un traitement par Trileptal, le traitement doit être arrêté et un traitement alternatif doit être instauré.
En cas d'antécédents de réaction d'hypersensibilité à la carbamazépine, les patients doivent être avertis d'un risque de réaction d'hypersensibilité (exemple : réactions cutanées sévères) à Trileptal dans environ 25 à 30 % des cas (cf Effets indésirables).
Des réactions d'hypersensibilité, y compris des réactions d'hypersensibilité systémique, peuvent également survenir chez des patients sans antécédent d'hypersensibilité à la carbamazépine. Ces réactions peuvent être cutanées, hépatiques, sanguines, lymphatiques ou affecter d'autres organes, de façon isolée ou ensemble dans un contexte de réaction systémique (cf Effets indésirables). En général, si des signes et symptômes évocateurs de réactions d'hypersensibilité apparaissent, le traitement par Trileptal doit être immédiatement arrêté.
Réactions dermatologiques :
Des réactions dermatologiques sévères, incluant syndrome de Stevens-Johnson, érythrodermie bulleuse avec épidermolyse (syndrome de Lyell) et érythème polymorphe, ont été très rarement signalées lors de l'utilisation de Trileptal. Ces réactions dermatologiques sévères peuvent nécessiter une hospitalisation car elles peuvent menacer le pronostic vital et, très rarement, s'avérer fatales. Ces cas associés au Trileptal se sont produits chez les enfants et les adultes. Le temps moyen d'apparition était de 19 jours. Plusieurs cas isolés de réapparition de ces réactions cutanées sévères ont été signalés lors d'une reprise du traitement par Trileptal. Si un patient développe une réaction cutanée avec Trileptal, il faudra envisager l'arrêt immédiat de Trileptal (à moins que l'étiologie de l'éruption ne soit pas clairement liée au médicament) et la prescription d'un autre médicament antiépileptique doit être envisagée afin d'éviter l'apparition de convulsions.
Le traitement par Trileptal ne doit pas être réinstauré chez les patients qui l'ont arrêté à cause d'une réaction d'hypersensibilité (cf Contre-indications).
Allèle HLA-B*1502 - chez les sujets d'origine chinoise (Han) ou thaïlandaise et chez d'autres populations asiatiques :
Les porteurs de l'allèle HLA-B*1502 d'origine chinoise (Han) et thaïlandaise ont montré un risque élevé d'apparition de réactions cutanées sévères telles que le syndrome de Stevens-Johnson (SSJ)/nécrolyse épidermique toxique (NET ou syndrome de Lyell) au cours d'un traitement par carbamazépine.
La structure chimique de l'oxcarbazépine est apparentée à celle de la carbamazépine, et il est possible que les patients porteurs de l'allèle HLA-B*1502 puissent aussi présenter un risque de SSJ/NET après traitement par oxcarbazépine.
Il existe des données qui suggèrent qu'une telle association existe pour l'oxcarbazépine.
La prévalence des porteurs de HLA-B*1502 est d'environ 10 % dans les populations chinoises Han et thaïlandaises.
Lorsque cela est possible, il est recommandé de dépister la présence de cet allèle chez ces sujets avant l'instauration d'un traitement par carbamazépine ou autre composé chimiquement apparenté.
Chez les patients ayant ces origines pour lesquelles la recherche de l'allèle HLA-B*1502 est positive, l'utilisation de l'oxcarbazépine peut être envisagée si les bénéfices semblent être supérieurs aux risques.
Du fait de la prévalence de cet allèle dans d'autres populations asiatiques (par exemple, au-dessus de 15 % aux Philippines et en Malaisie), la recherche de l'allèle HLA-B*1502 chez les populations à risque peut être envisagée.
La prévalence de l'allèle HLA-B*1502 est négligeable, par exemple, chez les descendants européens, africains, chez les populations hispaniques étudiées, et chez les Japonais et les Coréens (< 1 %).
Les fréquences alléliques se réfèrent au pourcentage de chromosomes dans la population qui porte un allèle donné. Comme une personne porte deux exemplaires de chaque chromosome, mais qu'une seule copie de l'allèle HLA-B*1502 peut être suffisante pour augmenter le risque de SSJ, le pourcentage de patients qui peuvent être à risque est presque égal à deux fois la fréquence de l'allèle.
Allèle HLA-A*3101 - Descendants européens et populations japonaises :
Des données suggèrent que la présence de l'allèle HLA-A*3101 chez les descendants européens et les populations japonaises est associée à un risque majoré d'apparition des réactions cutanées induites par la carbamazépine, telles que le Syndrome de Stevens-Johnson (SSJ), nécrolyse épidermique toxique (NET ou syndrome de Lyell), le DRESS syndrome (ou Drug Rash with Eosinophilia and Systemic Symptoms) ou les moins sévères comme la pustulose exanthémateuse aiguë généralisée (AGEP) et l'éruption maculopapuleuse généralisée.
La fréquence de l'allèle HLA-A*3101 varie de manière importante selon les populations. L'allèle HLA-A*3101 a une prévalence de 2 à 5 % dans les populations européennes et d'environ 10 % dans la population japonaise.
Il est possible que la présence de l'allèle HLA-A*3101 augmente le risque de réactions cutanées induites par la carbamazépine (principalement les moins sévères) de 5,0 % dans la population générale à 26,0 % chez les sujets d'origine européenne, alors que son absence semble réduire le risque de 5,0 % à 3,8 %.
Allèle HLA-A*3101 - autres descendants :
La fréquence de cet allèle est estimée à moins de 5 % dans la majorité des populations d'Australie, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Nord avec quelques exceptions entre 5 et 12 %. Une fréquence supérieure à 15 % a été estimée dans quelques groupes ethniques d'Amérique du Sud (Argentine et Brésil), Amérique du Nord (Navajo et Sioux aux États-Unis et Sonora Seri au Mexique) et d'Inde du Sud (Tamil Nadu) et entre 10 % et 15 % dans d'autres ethnies natives de ces mêmes régions.
Les fréquences alléliques se réfèrent au pourcentage de chromosomes dans la population qui porte un allèle donné. Comme une personne porte deux exemplaires de chaque chromosome, mais qu'un seul exemplaire de l'allèle HLA-A*3101 peut être suffisant pour augmenter le risque de SSJ, le pourcentage de patients qui peuvent être à risque est presque égal à deux fois la fréquence de l'allèle.
Il n'y a pas assez de données disponibles pour recommander un dépistage systématique de l'allèle HLA-A*3101 avant de débuter un traitement par carbamazépine, ou par un composé chimiquement apparenté.
Si la présence de l'allèle HLA-A*3101 est connue chez des patients d'origine européenne ou japonaise, l'utilisation de carbamazépine ou d'un composé apparenté peut être envisagée si les bénéfices semblent être supérieurs aux risques.
Limites du dépistage génétique :
Les résultats du dépistage génétique ne doivent jamais se substituer à une vigilance clinique appropriée et à un suivi du patient.
Beaucoup de patients asiatiques positifs pour l'allèle HLA-B*1502 et traités par Trileptal ne développeront pas de SSJ/TEN et les patients négatifs pour l'allèle HLA-B*1502 de toute origine ethnique peuvent toujours développer un SSJ/TEN. Ceci est également vrai pour l'allèle HLA-A*3101 par rapport au risque de SSJ, TEN, DRESS, AGEP ou d'éruption maculopapuleuse. Le développement de ces effets indésirables cutanés sévères et de leur morbidité, lié à d'autres facteurs possibles tels que la dose d'antiépileptique, l'observance, les traitements concomitants, les comorbidités et le niveau de surveillance dermatologique n'ont pas été étudiés.
Information destinée aux professionnels de santé :
Si le dépistage de l'allèle HLA-B*1502 est réalisé, un « génotypage HLA-B*1502 » en haute résolution est recommandé. Le dépistage est positif si un ou deux allèles HLA-B*1502 sont détectés, et négatif si aucun allèle HLA-B*1502 n'est détecté. De même, si le dépistage de l'allèle HLA-A*3101 est réalisé, un « génotypage HLA-A*3101 » en haute résolution est recommandé. Le dépistage est positif si un ou deux allèles HLA-A*3101 sont détectés, et négatif si aucun allèle HLA-A*3101 n'est détecté.
Risque d'aggravation des crises épileptiques :
Un risque d'aggravation des crises épileptiques a été rapporté avec Trileptal. Le risque d'aggravation des crises épileptiques a été particulièrement observé chez les enfants mais il peut aussi se produire chez les adultes. En cas d'aggravation des crises épileptiques, Trileptal doit être arrêté.
Hyponatrémie :
Des hyponatrémies, avec des taux sériques de sodium inférieurs à 125 mmol/l, généralement asymptomatiques et n'ayant pas nécessité d'ajustement thérapeutique, ont été rapportées chez 2,7 % des patients traités par Trileptal. L'expérience acquise au cours des études cliniques montre que la natrémie se normalise après réduction de la dose, arrêt du traitement ou mise en œuvre d'un traitement symptomatique (par exemple : restriction hydrique). En cas d'affection rénale préexistante associée à une natrémie basse (exemple : syndrome de sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique) ou chez les patients recevant de façon concomitante des traitements hyponatrémiants (exemple : diurétiques, desmopressine) ou des AINS (exemple : indométacine), la natrémie devra être contrôlée avant l'instauration du traitement. Par la suite, la natrémie devra être contrôlée après environ 2 semaines, puis tous les mois pendant les 3 premiers mois du traitement ou selon les besoins. Ces facteurs de risque peuvent s'appliquer en particulier au sujet âgé.
Chez les patients traités par Trileptal et devant commencer un traitement hyponatrémiant, les mêmes recommandations devront s'appliquer. De façon générale, s'il apparaît des symptômes cliniques évocateurs d'hyponatrémie lors du traitement par Trileptal (cf Effets indésirables), le contrôle de la natrémie doit être envisagé. Dans les autres cas, le contrôle de la natrémie fait partie du bilan biologique habituel. Un contrôle régulier du poids de tous les patients présentant une insuffisance cardiaque ou une insuffisance cardiaque secondaire devra être réalisé afin de détecter la survenue d'une rétention liquidienne. En cas de rétention liquidienne ou d'aggravation de l'état cardiaque, la natrémie devra être contrôlée. Si une hyponatrémie est constatée, la restriction hydrique est une mesure thérapeutique importante. Bien que l'oxcarbazépine ne conduise que très rarement à une altération de la conduction cardiaque, les patients présentant des troubles de la conduction préexistants (par ex. bloc auriculoventriculaire, arythmie) devront être surveillés attentivement.
Hypothyroïdie :
L'hypothyroïdie est un effet indésirable de l'oxcarbazépine (associé à une fréquence indéterminée, cf Effets indésirables). Compte tenu de l'importance des hormones thyroïdiennes dans le développement de l'enfant après la naissance, une surveillance de la fonction thyroïdienne est recommandée dans la population pédiatrique pendant le traitement par Trileptal.
Fonction hépatique :
De très rares cas d'hépatites ont été rapportés, dont l'évolution a été favorable dans la plupart des cas. Lorsqu'une anomalie hépatique est suspectée, un contrôle de la fonction hépatique devra être réalisé et l'interruption du traitement par Trileptal envisagée. Il faut être prudent lors du traitement de patients atteints d'insuffisance hépatique sévère (cf Posologie et Mode d'administration, Pharmacocinétique).
Fonction rénale :
Chez les patients présentant une insuffisance rénale (clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min), il faut être prudent durant le traitement par Trileptal, plus particulièrement en ce qui concerne la dose initiale et l'augmentation de dose. Une surveillance des concentrations plasmatiques du DMH peut être envisagée (cf Posologie et Mode d'administration, Pharmacocinétique).
Réactions hématologiques :
De très rares cas d'agranulocytose, anémie aplasique et pancytopénie ont été observés après commercialisation chez des patients traités par Trileptal (cf Effets indésirables). L'arrêt du traitement doit être envisagé en cas d'apparition des signes importants de dépression de la moelle osseuse.
Risque suicidaire :
Des idées et comportements suicidaires ont été rapportés chez des patients traités par des médicaments antiépileptiques dans plusieurs indications. Une méta-analyse d'essais randomisés, contrôlés versus placebo, portant sur des médicaments antiépileptiques, a également montré une légère augmentation du risque d'idées et de comportements suicidaires. Les causes de ce risque ne sont pas connues et les données disponibles n'excluent pas la possibilité d'une augmentation de ce risque pour l'oxcarbazépine.
Par conséquent, les patients doivent être étroitement surveillés pour tout signe d'idées et de comportements suicidaires et un traitement approprié doit être envisagé. Il doit être recommandé aux patients (et à leur personnel soignant) de demander un avis médical en cas de survenue de signes, d'idées et de comportements suicidaires.
Contraceptifs oraux :
Les femmes en âge de procréer doivent être averties que la prise de Trileptal peut rendre inefficaces les contraceptifs oraux (cf Interactions). Il est recommandé d'utiliser d'autres formes de contraception, non hormonales, pendant le traitement par Trileptal.
Alcool :
La prudence est recommandée en cas de consommation d'alcool lors d'un traitement par Trileptal, car il y a risque de potentialisation des effets sédatifs.
Arrêt du traitement :
Comme pour tous les médicaments antiépileptiques, le traitement par Trileptal doit être arrêté progressivement pour diminuer le risque d'augmentation de la fréquence des crises épileptiques.
Surveillance des concentrations plasmatiques :
Bien que les corrélations entre les doses et les concentrations plasmatiques d'oxcarbazépine, et entre les concentrations plasmatiques et l'efficacité clinique ou la tolérance soient ténues, une surveillance des concentrations plasmatiques peut être nécessaire dans les situations suivantes afin d'écarter une non-observance, ou dans les situations où une altération de la clairance du DMH est attendue, incluant :
  • Modifications de la fonction rénale (cf Posologie et Mode d'administration : Altération de la fonction rénale).
  • Grossesse (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement, Interactions).
  • Utilisation concomitante de médicaments inducteurs enzymatiques (cf Interactions).
Autres (suspension buvable) :
Trileptal suspension buvable contient des petites quantités d'éthanol (alcool), moins de 100 mg par prise. Elle contient des parahydroxybenzoates qui peuvent être à l'origine de réactions allergiques (pouvant être retardées).
En raison de la présence de sorbitol, ce médicament est contre-indiqué chez les patients atteints de rares cas d'intolérance héréditaire au fructose. Le sorbitol peut causer une gêne gastro-intestinale et un effet laxatif léger.
DC

INTERACTIONS

Induction enzymatique :
L'oxcarbazépine et son métabolite actif (dérivé monohydroxy DMH) sont des inducteurs faibles in vitro et in vivo des isoenzymes CYP3A4 et CYP3A5 du cytochrome P450 responsables du métabolisme de plusieurs médicaments, par exemple : des immunosuppresseurs (exemple : ciclosporine, tracrolimus), des contraceptifs oraux (cf ci-dessous) et d'autres antiépileptiques (exemple : carbamazépine) entraînant une diminution des concentrations plasmatiques de ces médicaments (cf tableau ci-dessous résumant les résultats avec d'autres antiépileptiques).
In vitro, l'oxcarbazépine et le DMH sont des inducteurs faibles de l'UDP-glucuronyl transférase (les effets sur des enzymes spécifiques de cette classe ne sont pas connus). Par conséquent, un effet in vivo sur les médicaments principalement éliminés par conjugaison via les UDP-glucuronyl transférases est peu probable. En cas d'instauration du traitement avec Trileptal ou en cas de changement de posologie, 2 à 3 semaines peuvent être nécessaires pour atteindre le nouveau niveau d'induction.
En cas d'interruption du traitement par Trileptal, une diminution de la posologie du traitement associé peut être nécessaire et elle doit être décidée en fonction des signes cliniques et/ou d'un dosage plasmatique. L'induction diminue en général progressivement pendant les 2 à 3 semaines suivant l'arrêt.
Contraceptifs oraux :
Il a été établi que Trileptal avait une influence sur les 2 principes actifs d'un contraceptif oral (éthinylestradiol [EE] et lévonorgestrel [LNG]). Les valeurs moyennes de l'ASC, de l'EE et du LNG étaient diminuées respectivement de 48 à 52 % et de 32 à 52 %. Par conséquent, un traitement par Trileptal peut induire une inefficacité des contraceptifs oraux (cf Mises en garde et Précautions d'emploi). Une autre méthode contraceptive efficace doit être utilisée.
Inhibition enzymatique :
L'oxcarbazépine et le DMH inhibent le CYP2C19. Par conséquent, des interactions peuvent survenir lors d'administration concomitante de fortes doses de Trileptal et de médicaments principalement métabolisés par le CYP2C19 (ex. phénytoïne). Les concentrations plasmatiques de phénytoïne ont augmenté jusqu'à 40 % quand Trileptal était administré à des doses supérieures à 1200 mg/jour (cf tableau ci-dessous résumant les résultats avec d'autres antiépileptiques). Dans ce cas, une diminution de la dose de phénytoïne peut être nécessaire (cf Posologie et Mode d'administration).
Antiépileptiques et inducteurs enzymatiques :
Les interactions potentielles entre Trileptal et les autres médicaments antiépileptiques ont été évaluées dans les études cliniques. Le tableau ci-après résume l'effet de ces interactions sur les valeurs moyennes des ASC (aire sous la courbe) et de Cmin.
Résumé des interactions entre Trileptal et les autres médicaments antiépileptiques
Antiépileptique administré en associationInfluence de Trileptal sur la concentration du médicament antiépileptiqueInfluence du médicament antiépileptique sur la concentration du DMH
CarbamazépineDiminution de 0 à 22 % (augmentation de 30 % de l'époxyde de carbamazépine)Diminution de 40 %
ClobazamNon étudiéPas d'influence
FelbamateNon étudiéPas d'influence
LamotriginePas d'influencePas d'influence
PhénobarbitalAugmentation de 14 à 15 %Diminution de 30 à 31 %
PhénytoïneAugmentation de 0 à 40 %Diminution de 29 à 35 %
Acide valproïquePas d'influenceDiminution de 0 à 18 %
Il a été montré que les puissants inducteurs des enzymes du cytochrome P450 et/ou de l'UGT (UDP-glucuronyl-transférase) (c'est-à-dire la rifampicine, la carbamazépine, la phénytoïne et le phénobarbital) diminuaient les concentrations plasmatiques de DMH (29 à 49 %) chez l'adulte ; chez l'enfant de 4 à 12 ans, la clairance du DMH augmente d'environ 35 % en cas d'administration concomitante avec l'un des trois antiépileptiques inducteurs enzymatiques par rapport à l'administration en monothérapie. L'association de Trileptal avec la lamotrigine a été associée à une augmentation des effets indésirables (nausées, somnolence, vertiges et céphalées). Quand un ou plusieurs antiépileptiques sont administrés en association avec Trileptal, une adaptation posologique minutieuse et/ou un contrôle du taux plasmatique doivent être envisagés au cas par cas, principalement chez les enfants traités concomitamment avec la lamotrigine.
Aucun phénomène d'auto-induction n'a été observé avec Trileptal.
Autres interactions médicamenteuses :
La cimétidine, l'érythromycine, la viloxazine, la warfarine et le dextropropoxyphène n'ont pas d'effet sur la pharmacocinétique du DMH.
L'interaction entre l'oxcarbazépine et les IMAO est théoriquement possible par l'analogie structurale de l'oxcarbamazépine avec les antidépresseurs tricycliques.
Des patients traités par des antidépresseurs tricycliques ont été inclus dans les essais cliniques et aucune interaction cliniquement significative n'a été observée.
L'association du lithium avec l'oxcarbazépine pourrait augmenter les effets neurotoxiques.
DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Femme en âge de procréer et mesures contraceptives :

Trileptal peut entraîner une inefficacité des contraceptifs contenant de l'éthinylestradiol (EE) et du lévonorgestrel (LNG) (cf Mises en garde et Précautions d'emploi, Interactions). Les femmes en âge de procréer doivent être informées de la nécessité d'utiliser une méthode de contraception très efficace (de préférence non hormonale, par exemple un implant intra-utérin) pendant le traitement par Trileptal.


Grossesse :
Risque lié à l'épilepsie et aux antiépileptiques en général :
Chez les femmes traitées pour une épilepsie, une augmentation du nombre de malformations a été observée, principalement en cas de polythérapie, particulièrement si elle inclut le valproate.
Par ailleurs, un médicament antiépileptique efficace ne doit pas être arrêté car l'aggravation de la maladie peut être préjudiciable pour la mère comme pour le fœtus.
Risque lié à l'oxcarbazépine :
Il existe un nombre modéré de données chez la femme enceinte (300 - 1000 issues de grossesse). Cependant, les données concernant les malformations congénitales liées à l'oxcarbazépine sont limitées. Les données disponibles n'ont pas mis en évidence d'augmentation du taux global de malformations avec Trileptal par rapport au taux observé dans la population générale (2 à 3 %). Néanmoins, les données relatives étant encore limitées, un risque tératogène modéré ne peut pas être complètement exclu.
Compte tenu de ces données :
  • en cas de grossesse ou si une grossesse est envisagée, il conviendra de réévaluer soigneusement l'utilisation du produit.
  • Pendant la grossesse, un traitement antiépileptique efficace par oxcarbazépine ne doit pas être interrompu, l'aggravation de la maladie étant préjudiciable à la fois à la mère et au fœtus.
Surveillance et prévention :
Certains médicaments antiépileptiques peuvent contribuer au déficit en acide folique, cause possible d'anomalies fœtales. Une supplémentation en acide folique est recommandée avant et pendant la grossesse. Étant donné que l'efficacité de cette mesure n'est pas démontrée, un diagnostic anténatal spécifique doit être proposé aux femmes, qu'elles soient supplémentées ou non en acide folique.
Des données provenant d'un nombre limité de femmes montrent que le taux plasmatique du métabolite actif de l'oxcarbazépine, le 10-monohydroxy-dérivé (DMH), peut diminuer progressivement pendant la grossesse. Il est recommandé de contrôler étroitement la réponse clinique chez les femmes recevant Trileptal pendant la grossesse pour s'assurer que le contrôle des crises est maintenu. Le dosage plasmatique du DMH peut être nécessaire. Si les doses ont été augmentées pendant la grossesse, le dosage plasmatique du DMH dans le post-partum peut être nécessaire pour la surveillance.
Chez le nouveau-né :
Des syndromes hémorragiques ont été rapportés chez les nouveau-nés avec des médicaments antiépileptiques inducteurs hépatiques. Par mesure de précaution, de la vitamine K1 devra être administrée de façon préventive durant les dernières semaines de la grossesse ainsi qu'au nouveau-né.

Allaitement :

L'oxcarbazépine et son métabolite actif (DMH) sont présents dans le lait maternel. Un rapport de concentration lait/plasma de 0,5 a été trouvé pour les deux. Les effets chez le nouveau-né exposé au Trileptal ne sont pas connus. Par conséquent, l'utilisation de Trileptal n'est pas recommandée pendant l'allaitement.

Fertilité :

Aucune donnée clinique relative à la fertilité n'est disponible. Chez les rats, l'oxcarbazépine n'a montré aucun effet sur la fertilité. Des effets sur les paramètres de la reproduction ont été observés chez les rates à des doses de DMH comparables aux doses chez l'Homme (cf Sécurité préclinique).


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Des effets indésirables tels que des sensations vertigineuses, une somnolence, une ataxie, une diplopie, une vision floue, des troubles visuels, une hyponatrémie et une diminution du niveau de conscience ont été rapportés avec Trileptal (pour la liste complète des effets indésirables, cf Effets indésirables), particulièrement en début de traitement ou lors d'ajustements de dose (plus fréquemment durant la phase d'augmentation de la dose). Les patients doivent donc faire preuve de prudence lors de la conduite d'un véhicule ou lors de l'utilisation d'une machine.
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Résumé du profil de sécurité :
Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont : somnolence, céphalées, sensations vertigineuses, diplopie, nausées, vomissements et fatigue rencontrés chez plus de 10 % des patients.
Le profil de tolérance est basé sur les évènements indésirables survenus dans les études cliniques et évalués comme étant liés au Trileptal. Sont également pris en compte les effets indésirables cliniquement significatifs, observés lors d'un usage compassionnel et depuis la commercialisation du produit.
Les effets indésirables (Tableau 1) sont listés selon la classification MedDRA par classe de système-organe. Au sein de chaque classe de système-organe, les effets indésirables sont classés par fréquence, les effets indésirables les plus fréquents en premier. Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité. De plus, la catégorie de fréquence correspondante selon la convention suivante (CIOMS III) est aussi fournie pour chaque effet indésirable : très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100 - < 1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1000 - < 1/100) ; rare : (≥ 1/10 000 - < 1/1000) ; très rare (< 1/10 000) ; fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données existantes).
Tableau 1 : Effets indésirables
Classe de systèmes d'organes
FréquenceEffets indésirables
Affections hématologiques et du système lymphatique
Peu fréquentLeucopénie
Très rareThrombopénie
IndéterminéeDépression médullaire, anémie aplasique, agranulocytose, pancytopénie, neutropénie
Affections du système immunitaire
Très rareHypersensibilité*
IndéterminéeRéactions anaphylactiques
Affections endocriniennes
FréquentAugmentation du poids
IndéterminéeHypothyroïdie
Affections métaboliques et nutritionnelles
FréquentHyponatrémie(1)
IndéterminéeSyndrome de sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique s'accompagnant de signes et symptômes tels que léthargie, nausées, sensations vertigineuses, diminution de l'osmolalité sérique (sanguine), vomissements, céphalées, état confusionnel ou d'autres signes et symptômes neurologiques
Affections psychiatriques
FréquentAgitation (par exemple nervosité), instabilité émotionnelle, état confusionnel, dépression, apathie
Affections du système nerveux
Très fréquentSomnolence, céphalées, sensations vertigineuses
FréquentAtaxie, tremblements, nystagmus, troubles de l'attention, amnésie
IndéterminéeTroubles de la parole (y compris dysarthrie), plus fréquents durant la phase d'augmentation de dose de Trileptal
Affections oculaires
Très fréquentDiplopie
FréquentVision floue, troubles visuels
Affections auditives et du labyrinthe
FréquentVertiges
Affections cardiaques
Très rareBloc auriculoventriculaire, arythmie
Affections vasculaires
IndéterminéeHypertension
Affections gastro-intestinales
Très fréquentVomissements, nausées
FréquentDiarrhée, douleur abdominale, constipation
Très rarePancréatite et/ou élévation des lipases et/ou amylases
Affections hépatobiliaires
Très rareHépatite
Affections cutanées et du tissu sous-cutané
FréquentÉruptions cutanées, acné, alopécie
Peu fréquentUrticaire
Très rareSyndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell), angiœdème, érythème polymorphe (cf Mises en garde et Précautions d'emploi)
IndéterminéeSyndrome d'hypersensibilité médicamenteuse (DRESS : Drug Rash with Eosinophilia and Systemic Symptoms)**, pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG)**
Affections musculosquelettiques et systémiques
Très rareLupus érythémateux disséminé
IndéterminéeDes cas de diminution de la densité minérale osseuse, d'ostéopénie, d'ostéoporose et de fractures ont été rapportés chez des patients traités au long cours par Trileptal. Le mécanisme par lequel Trileptal agit sur le métabolisme osseux n'a pas été identifié.
Troubles généraux et anomalies au site d'administration
Très fréquentFatigue
Fréquent Asthénie
Investigations
Peu fréquentÉlévation des enzymes hépatiques et des phosphatases alcalines
IndéterminéeDiminution de la T4 (sans signification clinique claire)
Lésions, intoxications et complications liées aux procédures
IndéterminéeChute
Description d'effets indésirables sélectionnés :
*  Réaction d'hypersensibilité (incluant l'hypersensibilité multi-organique) caractérisée par des symptômes tels que fièvre, éruption cutanée. D'autres organes ou systèmes peuvent être atteints comme les systèmes lymphatique et sanguin (par exemple une éosinophilie, une thrombocytopénie, une leucopénie, une lymphadénopathie, une splénomégalie), le foie (par exemple une hépatite, des tests de la fonction hépatique anormaux), les muscles et les articulations (par exemple un gonflement des articulations, des myalgies, des arthralgies), le système nerveux (par exemple une encéphalopathie hépatique), les reins (par exemple une insuffisance rénale, une néphrite interstitielle, une protéinurie), les poumons (par exemple un œdème pulmonaire, un asthme, des bronchospasmes, une pneumopathie interstitielle, une dyspnée), un angiœdème.
(1)  Des taux sériques de sodium inférieurs à 125 mmol/l ont été observés fréquemment chez jusqu'à 2,7 % des patients traités par Trileptal (cf Mises en garde et Précautions d'emploi). Dans la plupart des cas l'hyponatrémie est asymptomatique et ne nécessite pas d'ajustement thérapeutique.
Très rarement l'hyponatrémie s'accompagne de signes et symptômes tels qu'une crise épileptique, encéphalopathie, diminution du niveau de conscience, confusion (voir aussi affections du système Nerveux pour d'autres effets indésirables), troubles visuels (par exemple vision floue), hypothyroïdie, vomissements et nausées. De faibles taux sériques de sodium surviennent généralement au cours des trois premiers mois de traitement par Trileptal, bien que certains patients aient présenté pour la première fois un taux de sodium sérique < 125 mmol/l plus d'un an après le début du traitement (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).
**  Effets indésirables issus des cas spontanés et de la littérature (fréquence indéterminée) : les effets indésirables suivants sont issus de l'expérience post-commercialisation avec Trileptal provenant de la déclaration des cas spontanés et de la littérature. Comme ces effets sont rapportés sur la base du volontariat à partir d'une population de taille mal connue, il n'est pas possible d'estimer leur fréquence de manière fiable. Cette fréquence est donc considérée comme indéterminée.

Population pédiatrique :

En général, le profil de sécurité chez les enfants était similaire à celui observé dans la population adulte (cf Pharmacodynamie).

Déclaration des effets indésirables suspectés :

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance. Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr.

DC

SURDOSAGE

Des cas isolés de surdosage ont été rapportés. La dose maximale absorbée était d'environ 48 000 mg.

Symptômes :
  • Troubles de l'équilibre hydroélectrolytique : hyponatrémie.
  • Affections oculaires : diplopie, myosis, vision floue.
  • Affections gastro-intestinales : nausées, vomissements, hyperkinésie.
  • Troubles généraux et anomalies au site d'administration : fatigue.
  • Investigations : diminution de la fréquence respiratoire, prolongation de l'intervalle QTc.
  • Affections du système nerveux : endormissement et somnolence, sensations vertigineuses, ataxie et nystagmus, tremblements, troubles de la coordination (coordination anormale), convulsion, céphalée, coma, perte de conscience, dyskinésie.
  • Affections psychiatriques : agressivité, agitation, état confusionnel.
  • Affections vasculaires : hypotension.
  • Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales : dyspnée.
Traitement du surdosage :
Il n'existe pas d'antidote spécifique. Il faut instaurer un traitement symptomatique et mettre en œuvre les mesures de soutien qui s'imposent. Il est recommandé d'éliminer le médicament par lavage gastrique et/ou de l'inactiver par l'administration de charbon activé.
PP

PHARMACODYNAMIE

Classe pharmacothérapeutique : Antiépileptiques (code ATC : N03AF02).

Effets pharmacodynamiques :
L'activité pharmacologique de l'oxcarbazépine est liée essentiellement à son métabolite (DMH), cf Pharmacocinétique.
Le mécanisme d'action de l'oxcarbazépine et du DMH serait essentiellement dû à un blocage des canaux sodiques voltage-dépendants, ce qui a pour effet de stabiliser les membranes neuronales hyperexcitées, d'inhiber les décharges neuronales répétitives et de diminuer la propagation des influx synaptiques. Il est possible qu'une augmentation de la conductance du potassium et une modulation des canaux calciques voltage-dépendants activés contribuent également aux effets anticonvulsivants. Il n'a pas été observé d'interactions significatives avec les neurotransmetteurs cérébraux ou les sites des récepteurs modulateurs.
L'oxcarbazépine et son métabolite actif (DMH) sont des antiépileptiques puissants et efficaces chez l'animal. Il a été montré qu'ils protégeaient les rongeurs contre les crises tonicocloniques généralisées et, à moindre degré, contre les crises cloniques. Chez le singe rhésus porteur d'implants en aluminium, ces substances actives abolissent ou réduisent la fréquence des crises partielles récurrentes chroniques. Chez des souris et des rats traités quotidiennement pendant respectivement 5 jours ou 4 semaines par l'oxcarbazépine ou le DMH, il n'a pas été constaté de signe d'accoutumance (c'est-à-dire d'atténuation de l'effet anticonvulsivant) sur les crises tonico-cloniques.
Une étude observationnelle post-commercialisation prospective, ouverte, multicentrique et non comparative de 24 semaines a été menée en Inde. Sur une population étudiée de 816 patients, 256 patients pédiatriques (1 mois à 19 ans) avec des crises généralisées tonico-cloniques (secondaires ou primaires) ont été traités avec l'oxcarbazépine en monothérapie. La dose initiale d'oxcarbazépine administrée à tous les patients de plus de 6 ans était de 8 à 10 mg/kg/jour administrés en deux prises. Pour les 27 sujets âgés de 1 mois à 6 ans, la posologie initiale était de 4,62 - 27,27 mg/kg/jour et de 4,29 - 30,00 mg/kg/jour en dose d'entretien. Le critère d'évaluation principal était la réduction de la fréquence des crises par rapport aux valeurs initiales à la semaine 24. Dans le groupe d'âge 1 mois à 6 ans (n = 27), le nombre de crises changeait de 1 [intervalle] [1 - 12] à 0 [0 - 2], dans le groupe d'âge 7 ans à 12 ans (n = 77), la fréquence est passée de 1 [1 - 22] à 0 [0 - 1] et dans la tranche d'âge 13 - 19 ans (n = 152), la fréquence a changé de 1 [1 - 32] à 0 [0 - 3]. Aucun problème de sécurité spécifique chez les patients pédiatriques n'a été identifié. Les données concernant le rapport bénéfice/risque de l'étude concernant les enfants de moins de 6 ans ne sont pas concluantes (cf Posologie et Mode d'administration).
Sur la base des données des essais contrôlés randomisés, l'utilisation d'oxcarbazépine n'est pas recommandée chez les enfants de moins de 6 ans, car la sécurité et l'efficacité n'ont pas été démontrées de manière adéquate (cf Posologie et Mode d'administration).
Population pédiatrique :
Deux études d'efficacité randomisées, en aveugle et évaluées en fonction de la dose (étude 2339 et étude 2340) ont été menées chez des patients pédiatriques âgés de 1 mois à < 17 ans (n = 31 patients âgés de 6 à < 17 ans ; n = 189 patients âgés < 6 ans). De plus, un certain nombre d'études ouvertes qui ont recruté des enfants ont été menées. En général, le profil de tolérance de l'oxcarbazépine chez les jeunes enfants (< 6 ans) était similaire à celui des enfants plus âgés (≥ 6 ans). Cependant, dans certaines études chez des enfants plus jeunes (< 4 ans) et des enfants plus âgés (≥ 4 ans), une différence de l'ordre d'un facteur ≥ 5 a été observée dans la proportion de patients souffrant de convulsions (7,9 % contre 1,0 %, respectivement) et l'état de mal épileptique (5 % contre 1 %, respectivement).
PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Absorption :
Après administration orale de Trileptal, l'oxcarbazépine est complètement absorbée et largement transformée en son métabolite pharmacologiquement actif (DMH).
Après administration d'une dose unique de 600 mg de Trileptal à des volontaires sains de sexe masculin, à jeun, la valeur moyenne de la Cmax du DMH était de 34 µmol/l (comprimé) et de 24,9 µmol/l (suspension buvable), avec une valeur médiane correspondante de Tmax de 4,5 heures (comprimé) et de 6 heures (suspension buvable).
Lors d'une étude chez l'homme évaluant le bilan global après administration d'oxcarbazépine radiomarquée, 2 % seulement de la radioactivité plasmatique totale correspondaient à de l'oxcarbazépine inchangée, environ 70 % correspondaient à du DMH et le reste à des métabolites secondaires mineurs rapidement éliminés.
Comme les aliments n'affectent ni la vitesse ni le taux d'absorption de l'oxcarbazépine, Trileptal peut être pris avec ou sans aliments.
Distribution :
Le volume apparent de distribution du DMH est de 49 litres.
Environ 40 % du DMH sont liés aux protéines sériques, principalement l'albumine. Dans la fourchette thérapeutique, le taux de liaison s'est avéré indépendant de la concentration sérique. Ni l'oxcarbazépine ni le DMH ne se fixent à l'alpha-1-glycoprotéine acide.
L'oxcarbazépine et son métabolite actif (DMH) traversent le placenta. Dans un cas, les concentrations plasmatiques de DMH étaient comparables chez le nouveau-né et chez la mère.
Biotransformation :
L'oxcarbazépine est rapidement métabolisée par des enzymes cytosoliques hépatiques en DMH qui est le principal responsable de l'effet pharmacologique de Trileptal. Le DMH est lui-même métabolisé par conjugaison à l'acide glucuronique. Une faible quantité (4 % de la dose) est oxydée en un métabolite pharmacologique inactif (dérivé 10, 11-dihydroxy, DDH).
Élimination :
L'oxcarbazépine est éliminée de l'organisme essentiellement sous la forme de métabolites qui sont principalement excrétés par voie rénale. Plus de 95 % de la dose sont retrouvés dans les urines, avec moins de 1 % sous forme d'oxcarbazépine inchangée. L'excrétion fécale représente moins de 4 % de la dose administrée. Environ 80 % de la dose sont excrétés dans les urines, soit sous forme de glucuronides du DMH (49 %), soit sous forme de DMH inchangé (27 %), tandis que le DDH inactif représente environ 3 % et que les conjugués d'oxcarbazépine représentent 13 % de la dose.
L'oxcarbazépine est rapidement éliminée du plasma, avec une demi-vie apparente comprise entre 1,3 et 2,3 heures. En revanche, la demi-vie plasmatique apparente du DMH est en moyenne de 9,3 heures ± 1,8.
Linéarité/non-linéarité :
L'état d'équilibre des concentrations plasmatiques du DMH est atteint en 2 à 3 jours lorsque Trileptal est administré 2 fois par jour. A l'état d'équilibre, pour des doses allant de 300 à 2400 mg/jour, la pharmacocinétique du DMH est linéaire et proportionnelle à la dose.
Populations particulières :
Patients présentant une altération de la fonction hépatique :
La pharmacocinétique et le métabolisme de l'oxcarbazépine et du DMH ont été étudiés chez des volontaires sains et des patients présentant des troubles hépatiques, après une prise orale unique de 900 mg. La pharmacocinétique de l'oxcarbazépine et du DMH n'a pas été modifiée par une altération légère à modérée de la fonction hépatique. Trileptal n'a pas été étudié chez des patients présentant une insuffisance hépatique sévère.
Patients présentant une altération de la fonction rénale :
Il existe une relation linéaire entre la clairance de la créatinine et la clairance rénale du DMH. Quand on administre une dose unique de 300 mg de Trileptal à des patients dont la fonction rénale est perturbée (clairance de la créatinine < 30 ml/min), la demi-vie d'élimination du DMH est prolongée de 60 à 90 % (16 à 19 heures), avec un doublement de l'ASC par comparaison avec des adultes ayant une fonction rénale normale (10 heures).
Enfants :
La pharmacocinétique de Trileptal a été étudiée dans des essais cliniques chez des enfants recevant Trileptal à une dose comprise entre 10 et 60 mg/kg/jour. La clairance rénale du DMH normalisée par le poids corporel diminue au fur et à mesure que l'âge et le poids augmentent et s'approchent des valeurs de l'âge adulte. La clairance moyenne du DMH normalisée par le poids corporel chez l'enfant entre 4 et 12 ans est environ 40 % supérieure à celle de l'adulte. Par conséquent, l'exposition au DMH attendue chez des enfants dans cette tranche d'âge traités avec une dose similaire ajustée suivant le poids est 2/3 de celle de l'adulte. Pour les patients âgés de 13 ans ou plus, avec l'augmentation du poids, la clairance attendue du DMH normalisée par le poids est celle de l'adulte.
Grossesse :
Des données provenant d'un nombre limité de femmes montrent que le taux plasmatique du DMH peut diminuer progressivement pendant la grossesse (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).
Personnes âgées :
Après l'administration de doses uniques (300 mg) et multiples (600 mg par jour) de Trileptal à des volontaires âgés (60 à 82 ans), les concentrations plasmatiques maximales et ASC du DMH étaient 30 à 60 % plus élevées que chez des volontaires plus jeunes (18 à 32 ans). Une comparaison entre volontaires jeunes et âgés sur le plan de la clairance de la créatinine montre que la différence s'explique par une diminution de la clairance de la créatinine liée au vieillissement. Les doses thérapeutiques sont ajustées au cas par cas, des recommandations posologiques particulières ne sont pas nécessaires.
Sexe :
Aucune différence pharmacocinétique liée au sexe n'a été observée chez l'enfant, l'adulte ou les patients âgés.
PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les données des études précliniques de tolérance pharmacologique et de génotoxicité de l'oxcarbazépine et de son métabolite pharmacologiquement actif, le dérivé monohydroxy (DMH), ne révèlent aucun danger particulier pour l'homme.

Des signes de néphrotoxicité ont été observés dans des études de toxicité après administration de doses répétées chez le rat, mais pas chez le chien ou la souris.

Immunotoxicité :
Les études de l'effet immunostimulant menées chez la souris ont montré que le DMH (et, à un moindre degré, l'oxcarbazépine) pourrait induire une hypersensibilité retardée.
Mutagenèse :
L'oxcarbazépine a augmenté les fréquences de mutation dans un test d'Ames in vitro, en l'absence d'activation métabolique dans l'une des cinq souches bactériennes. L'oxcarbazépine et le DMH ont produit des augmentations d'aberrations chromosomiques et/ou de polyploïdie dans un test in vitro sur un ovaire de hamster chinois, en l'absence d'activation métabolique. Le DMH était négatif au test d'Ames, et aucune activité mutagénique ou clastogénique n'a été trouvée avec l'oxcarbazépine ou le DMH dans des cellules in vitro de hamster chinois V79. L'oxcarbazépine et le DMH sont tous les deux négatifs pour des effets clastogéniques ou aneugéniques (formations de micronoyaux) lors d'un test in vivo sur de la moelle osseuse de rat.
Toxicité sur la reproduction :
Chez le rat, la fertilité des deux sexes n'est pas affectée par l'oxcarbazépine à des doses orales allant jusqu'à 150 mg/kg/jour, pour lesquelles il n'y a pas de marge de sécurité. Néanmoins, une perturbation du cycle œstral et un nombre réduit de corps jaunes, d'implantations et d'embryons vivants ont été observés chez les femelles à des doses de DMH comparables à celles des humains (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).
Les études standards de toxicité sur la reproduction chez le rongeur et le lapin ont montré des augmentations de l'incidence de la mortalité embryofœtale et/ou un léger retard du développement anténatal et/ou postnatal de la progéniture aux doses toxiques pour la mère. Une augmentation des malformations embryofœtales chez le rat a été observée dans l'une des huit études d'embryotoxicité qui ont été réalisées avec l'oxcarbazépine ou le DMH à des doses qui ont également causé une toxicité pour la mère (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).
Carcinogenèse :
Dans les études de carcinogenèse, il a été observé des tumeurs hépatiques (rats et souris), des tumeurs testiculaires et des tumeurs à cellules granuleuses dans le tractus génital des femelles (rats) chez les animaux traités. La survenue des tumeurs hépatiques était plus probablement une conséquence de l'induction des enzymes microsomiales hépatiques, un phénomène inductif, qui bien que ne pouvant être exclu, n'est que faible ou absent chez les patients traités par Trileptal. Les tumeurs testiculaires peuvent avoir été induites par des concentrations élevées d'hormone lutéinisante. En raison de l'absence d'une telle augmentation chez l'humain, ces tumeurs sont considérées comme dénuées de signification clinique. Une augmentation de l'incidence, liée à la dose, des tumeurs à cellules granuleuses dans le tractus génital des femelles (col de l'utérus et vagin) a été observée chez la rate lors d'une étude de carcinogenèse avec le DMH. Ces effets ont été observés à des niveaux d'exposition comparables aux niveaux d'exposition attendus en clinique. Le mécanisme d'apparition de ces tumeurs n'a pas été complètement déterminé mais peut être lié à une augmentation des concentrations d'estradiol spécifique au rat. La signification clinique de ces tumeurs est peu claire.
DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
3 ans.

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation.

Suspension buvable :
Après la première ouverture du flacon : à conserver pendant un maximum de 7 semaines.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Pas d'exigences particulières.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE II
AMM3400935357014 (2000, RCP rév 07.07.2020) cp 150 mg.
3400935357243 (2000, RCP rév 07.07.2020) cp 300 mg.
3400935357472 (2000, RCP rév 07.07.2020) cp 600 mg.
3400935790125 (2001, RCP rév 07.07.2020) susp buv.
  
Prix :7,18 euros (50 comprimés à 150 mg).
14,29 euros (50 comprimés à 300 mg).
18,77 euros (50 comprimés à 600 mg).
28,11 euros (250 ml de suspension buvable en flacon).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.
Remb Séc soc à 65 % sur la base du TFR : 7,18 euros  (50 cp 150 mg), 14,29 euros  (50 cp 300 mg), 18,77 euros  (50 cp 600 mg).

Informations laboratoire

Novartis Pharma SAS
8/10, Rue Henri-Sainte-Claire-Deville. CS 40150. 92563 Rueil-Malmaison cdx
Tél : 01 55 47 60 00
Information et Communication Médicales :
Tél : 01 55 47 66 00
E-mail : icm.phfr@novartis.com
Site web : http://www.novartis.fr
Voir la fiche laboratoire
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Contact webmaster