TARGRETIN 75 mg caps molle

Mise à jour : Lundi 15 février 2021
BEXAROTENE 75 mg caps molle (TARGRETIN)
Commercialisé
N/A Soyez très prudent N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 6

  • Guide Affection de Longue Durée
  • Synthèse d'avis HAS
  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (4)

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Dermatologie : Antinéoplasiques (Agents différenciateurs : bexarotène)
Cancérologie - Hématologie : Antinéoplasiques - Autres antinéoplasiques : Agents différenciateurs (Rexinoïde : bexarotène)
Classification ATC : ANTINEOPLASIQUES ET IMMUNOMODULATEURS : ANTINEOPLASIQUES - AUTRES ANTINEOPLASIQUES : RETINOIDES POUR LE TRAITEMENT DU CANCER (BEXAROTENE)
Substance
bexarotène
Excipients :
macrogol, polysorbate, povidone, butylhydroxyanisole

excipient de la capsule :  gélatine, glycérol, sorbitan, mannitol, eau

colorant (capsule) :  titane dioxyde

encre d'impression :  encre pour impression, éthanol dénaturé, acétate d'éthyle, propylèneglycol, fer noir oxyde, polyvinyle acétophtalate, eau purifiée, alcool isopropylique, macrogol 400, ammonium hydroxyde

Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  sorbitol

Présentation
TARGRETIN 75 mg Caps molle 100Fl

Cip : 3400936574793

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 100%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Capsule molle à 75 mg (blanc cassé, contenant une suspension liquide) : Flacon de 100.

COMPOSITION

 p capsule
Bexarotène (DCI) 
75 mg
Excipients : macrogol, polysorbate, povidone, hydroxyanisole butylé. Enveloppe de la capsule : gélatine, mélange spécial glycérine-sorbitol (glycérine, sorbitol, anhydrides de sorbitol [1,4-sorbitan], mannitol et eau), dioxyde de titane (E 171) ; encre d'imprimerie : alcool dénaturé à 35° (éthanol et acétate d'éthyle), propylène glycol (E 1520), oxyde de fer noir (E 172), acétylphtalate de polyvinyle, eau purifiée, isopropanol, macrogol 400, hydroxyde d'ammonium à 28 %.
Excipient à effet notoire : sorbitol.
DC

INDICATIONS

Targretin est indiqué pour le traitement des manifestations cutanées des lymphomes cutanés T épidermotropes (LCT) de l'adulte, au stade avancé et réfractaires à au moins un traitement systémique.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Généralité :
Ce traitement sera utilisé avec prudence chez les patients présentant une hypersensibilité connue aux rétinoïdes. Aucun signe clinique de réactivité croisée n'a été noté. Les patients sous bexarotène ne doivent pas donner de sang pour une transfusion. L'hydroxyanisole butylé, un des constituants de Targretin, peut causer une irritation des muqueuses. Les capsules molles intactes doivent être avalées et non croquées.
Lipides :
L'hyperlipidémie a été identifiée comme un effet associé à l'utilisation du bexarotène dans des études cliniques. Les taux des lipides (triglycérides et cholestérol) seront dosés à jeun avant le début du traitement par bexarotène ainsi qu'à intervalles hebdomadaires jusqu'à ce que la réponse des lipides au bexarotène soit établie, ce qui se produit le plus souvent entre deux et quatre semaines et, ensuite, à des intervalles d'au moins un mois. Le taux des triglycérides à jeun doit être normal ou normalisé avant d'administrer le bexarotène. Il devrait être maintenu en dessous de 4,52 mmol/l afin de réduire le risque de séquelles cliniques. Si le taux des triglycérides à jeun est élevé ou augmente pendant le traitement, il est recommandé de commencer un traitement antilipémique et, le cas échéant, de diminuer les doses de bexarotène (de 300 mg/m2/jour de bexarotène à 200 mg/m2/jour, voire à 100 mg/m2/jour, en cas de nécessité) ou d'arrêter le traitement. Les données provenant des études cliniques indiquent que les concentrations plasmatiques de bexarotène n'ont pas été affectées par l'administration concomitante d'atorvastatine. Toutefois, l'administration concomitante de gemfibrozil a entraîné une importante augmentation de la concentration plasmatique de bexarotène et n'est pas recommandée (cf Interactions). L'augmentation du cholestérol sérique sera traitée selon la pratique médicale en vigueur.
Pancréatite :
La pancréatite aiguë associée à l'augmentation des triglycérides sériques a été rapportée dans les études cliniques. Les patients atteints de LCT et présentant des facteurs de risques de pancréatite (antécédents d'épisodes de pancréatite, hyperlipidémie incontrôlée, une consommation excessive d'alcool, diabète sucré incontrôlé, maladie des voies biliaires et traitement hyperlipémiant ou associé à une toxicité pancréatique) ne seront traités avec le bexarotène que si le bénéfice potentiel apporté au patient dépasse les risques encourus.
Anomalies du bilan hépatique :
Une élévation des transaminases au cours du traitement par bexarotène a été rapportée. D'après les données d'études cliniques en cours, l'élévation observée s'est normalisée en un mois, après une diminution de la dose ou un arrêt de la thérapie chez 80 % des patients. Le bilan hépatique sera fait avant le début du traitement, toutes les semaines pendant le premier mois et ensuite mensuellement. Le traitement par bexarotène sera temporairement interrompu ou arrêté si les valeurs des SGPT/ALT, SGOT/AST ou de la bilirubine dépassent trois fois les valeurs normales (3N).
Modifications de la fonction thyroïdienne (TFT) :
Les modifications de la fonction thyroïdienne observées chez les patients sous bexarotène étaient le plus souvent une diminution réversible des taux des hormones thyroïdiennes (thyroxine T4) et en thyrotropine (TSH). Ces hormones doivent être dosées avant le début du traitement, ensuite surveillées au moins mensuellement pendant le traitement et, par la suite, en fonction de l'apparition de symptômes d'hypothyroïdie. Les patients avec une hypothyroïdie symptomatique due au bexarotène ont été traités avec des suppléments d'hormones thyroïdiennes, ce qui a entraîné la résolution des symptômes.
Leucopénie :
Lors d'études cliniques, une leucopénie associée à la thérapie par bexarotène a été rapportée. Dans la plupart des cas, elle a été normalisée après la diminution de la dose ou l'arrêt du traitement. La numération des globules blancs avec la formule leucocytaire sera effectuée avant le début du traitement, chaque semaine pendant le premier mois et, par la suite, mensuellement.
Anémie :
Lors d'études cliniques, une anémie associée à la thérapie par bexarotène a été rapportée. Le taux de l'hémoglobine sera analysé, avant le début du traitement, ensuite chaque semaine pendant le premier mois et, par la suite, mensuellement. La baisse de l'hémoglobine sera traitée selon la pratique médicale en vigueur.
Troubles psychiatriques :
Des cas de dépression, de dépression aggravée, d'anxiété et de changement de l'humeur ont été rapportés chez des patients traités par des rétinoïdes systémiques, dont le bexarotène. Une attention particulière est nécessaire chez les patients ayant des antécédents de dépression. Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance afin de détecter des signes éventuels de dépression et mettre en œuvre un traitement approprié si nécessaire. La sensibilisation de la famille et des amis peut être utile pour détecter une détérioration éventuelle de la santé mentale.
Opacité du cristallin :
Chez certains patients, et suite au traitement par bexarotène, une opacité cristallinienne non détectée au préalable ou un changement de l'opacité préexistante du cristallin ont été constatés ; ces lésions n'ont pas été associées à la durée du traitement ou à la dose administrée. Étant donné la forte prévalence et l'augmentation naturelle du taux de formation d'une cataracte chez les patients plus âgés, il n'y avait pas d'association apparente entre l'incidence de la formation d'une opacité cristallinienne et l'administration du bexarotène chez ces patients inclus dans les études cliniques. Toutefois, un effet indésirable du traitement à long terme par bexarotène sur la formation d'une opacité cristallinienne n'est pas exclu chez l'homme. Tout patient traité par bexarotène et ayant des troubles visuels doit avoir un examen ophtalmologique approprié.
Supplément en vitamine A :
Étant donné la relation entre le bexarotène et la vitamine A, les patients devraient restreindre les suppléments en vitamine A à ≤ 15 000 UI/jour pour éviter tout effet toxique cumulatif potentiel.
Patients atteints d'un diabète sucré :
Le bexarotène doit être prudemment administré aux patients sous insuline, sous agents améliorant la sécrétion de l'insuline (par exemple les sulfonylurés) ou sous sensibilisateurs à l'insuline (par exemple les thiazolidinediones). D'après son mécanisme d'action connu, le bexarotène peut potentialiser l'action de ces agents, ce qui entraîne une hypoglycémie. Aucun cas d'hypoglycémie associé à l'utilisation du bexarotène sous forme de monothérapie n'a été rapporté.
Photosensibilité :
L'utilisation de certains rétinoïdes a été associée à la photosensibilité. Il est conseillé aux patients de minimiser leur exposition au soleil et d'éviter les lampes à bronzer pendant le traitement par bexarotène, les données in vitro indiquant que le bexarotène peut avoir un effet photosensibilisant.
Contraceptifs oraux :
Le bexarotène est un inducteur potentiel du métabolisme enzymatique et peut théoriquement réduire l'efficacité des contraceptifs œstroprogestatifs. Si le traitement par bexarotène est prescrit chez une femme en âge de procréer, une méthode de contraception non hormonale doit être ajoutée, du fait que le bexarotène appartient à une classe thérapeutique dont le risque de malformation est élevé chez l'homme.
Population pédiatrique :
Targretin n'est pas recommandé chez les enfants (âgés de moins de 18 ans).
Excipient à effet notoire :
Targretin contient une petite quantité de sorbitol, les patients présentant des problèmes héréditaires rares d'intolérance au fructose ne doivent donc pas prendre ce médicament.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation du bexarotène chez la femme enceinte. Des études effectuées chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction. La comparaison de l'exposition animale et humaine au bexarotène n'a pas permis de calculer une marge de sécurité quant à la tératogénicité humaine (cf Sécurité préclinique). Le bexarotène est contre-indiqué pendant la grossesse (cf Contre-indications).

Si ce médicament est utilisé par accident au cours de la grossesse ou si la patiente devient enceinte pendant qu'elle suit ce traitement, elle devra être informée du danger potentiel que peut encourir le fœtus.


Contraception chez les hommes et les femmes :

Les femmes en âge de procréer doivent utiliser des moyens de contraception efficaces pendant le traitement par bexarotène. Le dosage de ß-HCG plasmatiques doit être négatif au cours de la semaine qui précède le début du traitement par bexarotène. Une contraception efficace sera utilisée dès le dosage de ß-HCG plasmatiques, pendant le traitement et pendant au moins un mois après l'arrêt de celui-ci. Lorsque la contraception est nécessaire, il est recommandé d'utiliser simultanément deux méthodes fiables de contraception. Le bexarotène peut induire les enzymes métaboliques et, de ce fait, réduire, en théorie, l'efficacité des contraceptifs œstroprogestatifs (cf Interactions). Donc, si un traitement par bexarotène est envisagé chez une femme en âge de procréer, une méthode fiable de contraception, non hormonale, est également recommandée. Les patients de sexe masculin dont les partenaires sexuelles sont enceintes, pourraient l'être ou pourraient le devenir, utiliseront des préservatifs lors des rapports sexuels pendant le traitement et pendant au moins un mois après la dernière dose de bexarotène.


Allaitement :

On ne sait pas si le bexarotène est excrété dans le lait maternel. Le bexarotène ne doit pas être prescrit aux mères allaitant leurs enfants.

Fertilité :

Il n'y a pas de données humaines sur l'effet du bexarotène sur la fertilité. Certains effets ont été documentés chez des chiens mâles (cf Sécurité préclinique). Des effets sur la fertilité ne peuvent être exclus.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés. Toutefois, des cas d'étourdissements et de problèmes de vision chez les patients sous Targretin ont été rapportés. Les patients ayant des étourdissements ou des problèmes de vision pendant la thérapie ne doivent pas conduire de véhicules ni utiliser des machines.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Aucun surdosage avec Targretin n'a été rapporté. Tout surdosage sera traité avec les soins appropriés correspondant aux signes et symptômes présents chez le patient.

Des doses allant jusqu'à 1000 mg/m2/jour de bexarotène ont été administrées dans des études cliniques sans effets toxiques aigus. Des doses uniques de 1500 mg/kg (9000 mg/m2) et de 720 mg/kg (14 400 mg/m2) ont été tolérées sans toxicité significative chez le rat et le chien.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Le bexarotène n'est pas génotoxique. Aucune étude de carcinogénicité n'a été réalisée. Les études sur la fertilité n'ont pas été conduites ; toutefois, chez les chiens mâles sexuellement immatures, l'aspermatogenèse réversible (étude de 28 jours) et la dégénérescence testiculaire (étude de 91 jours) ont été constatées. Lorsque le bexarotène a été administré pendant six mois à des chiens sexuellement matures, aucun effet testiculaire n'a été noté. Des effets sur la fertilité ne peuvent être exclus. Le bexarotène, comme la plupart des autres rétinoïdes, a une activité tératogène et embryotoxique chez les espèces animales testées, à des expositions systémiques qui sont atteintes cliniquement chez l'homme. Des cataractes irréversibles de la partie postérieure du cristallin se sont développées chez des rats et des chiens traités avec le bexarotène, à des expositions systémiques qui sont atteintes cliniquement chez l'homme. L'étiologie de ce phénomène est inconnue. Un effet indésirable du traitement à long terme avec le bexarotène sur la formation de la cataracte chez l'homme n'a pas été exclu.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
3 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C. Conserver le flacon soigneusement fermé.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Pas d'exigences particulières pour l'élimination.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie, ou aux médecins compétents en cancérologie.
Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.
AMMEU/1/01/178/001 ; CIP 3400936574793 (RCP rév 17.09.2018).
  
Prix :699,89 euros (100 capsules).
Remb Séc soc à 100 %. Collect.

Titulaire de l'AMM : Eisai GmbH, Lyoner Straße 36, 60528 Frankfurt am Main, Allemagne.

Informations laboratoire

EISAI SAS
5-6, place de l'Iris. 92400 Courbevoie
Info médic : Tél : 01 47 67 00 05
Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster