Mise à jour : 23 avril 2024

SUNLENCA 464 mg sol inj

LENACAPAVIR (sodique) 463,5 mg/1,5 ml sol inj (SUNLENCA)Copié !
Commercialisé

Sommaire

Documents de référence
  • Synthèse d'avis HAS (2)
  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (2)

SYNTHÈSE

▼Ce médicament fait l'objet d'une surveillance supplémentaire, qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de la santé déclarent tout effet indésirable suspecté. Voir rubrique Effets indésirables pour les modalités de déclaration des effets indésirables.

Classification pharmacothérapeutique VIDAL
Infectiologie - Parasitologie > Antiviraux (Virus de l'Immunodéficience Humaine)
Infectiologie - Parasitologie > Traitement antiviral du VIH > Inhibiteurs de capside (Lénacapavir)
Classification ATC
ANTI-INFECTIEUX GENERAUX A USAGE SYSTEMIQUE > ANTIVIRAUX A USAGE SYSTEMIQUE > ANTIVIRAUX A ACTION DIRECTE > AUTRES ANTIVIRAUX (LENACAPAVIR)
Excipients
macrogol, eau ppi
Présentation
SUNLENCA 464 mg S inj 2Fl/1,5ml

Cip : 3400930258064

Modalités de conservation : Avant ouverture : durant 24 mois (Conserver à l'abri de la lumière, Conserver dans son emballage)

Commercialisé
Source : RCP du 23/06/2023

FORMES et PRÉSENTATIONS

Solution injectable (injection) (limpide, jaune à brune).

Kit d'administration contenant :

  • 2 flacons en verre transparent, chacun contenant 1,5 mL de solution injectable. Les flacons sont fermés avec un bouchon en élastomère de caoutchouc butyle et un opercule en aluminium avec un capuchon amovible ;
  • 2 adaptateurs pour flacon, 2 seringues jetables et 2 aiguilles de sécurité pour injection sous-cutanée (22 G, 12,7 mm).

COMPOSITION

Chaque flacon à dose unique contient du lénacapavir sodique correspondant à 463,5 mg de lénacapavir dans 1,5 mL.


Excipients :

Macrogol (E1521), eau pour préparations injectables.


INDICATIONS

Sunlenca solution injectable, en association avec un (d')autre(s) antirétroviral(-aux), est indiqué pour le traitement des adultes infectés par le VIH-1 multirésistant pour lesquels il est autrement impossible d'établir un schéma de traitement antirétroviral suppressif (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Pharmacodynamie).


POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

CONTRE-INDICATIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Risque de résistance après l'arrêt du traitement

En cas d'arrêt de Sunlenca, afin de réduire le risque de développement d'une résistance virale, il est essentiel d'utiliser un autre traitement antirétroviral, totalement suppressif si possible, au plus tard 28 semaines après la dernière injection de Sunlenca.

En cas de suspicion d'échec virologique, un autre traitement doit être utilisé si possible.

Utilisation d'autres médicaments après l'arrêt du lénacapavir

En cas d'arrêt de Sunlenca, des concentrations résiduelles de lénacapavir peuvent rester dans la circulation systémique des patients pendant des périodes prolongées. Ces concentrations peuvent altérer les expositions à d'autres médicaments (substrats sensibles du CYP3A) instaurés dans les 9 mois après la dernière dose sous-cutanée de Sunlenca (voir rubrique Interactions). Ces concentrations ne devraient pas modifier les expositions à d'autres agents antirétroviraux instaurés après l'arrêt de Sunlenca.

Syndrome inflammatoire de restauration immunitaire

Chez les patients infectés par le VIH et présentant un déficit immunitaire sévère au moment de l'initiation du traitement par association d'antirétroviraux, une réaction inflammatoire à des infections opportunistes asymptomatiques ou résiduelles peut se produire et entraîner des manifestations cliniques graves ou une aggravation des symptômes. De telles réactions ont été observées classiquement au cours des premières semaines ou des premiers mois de traitement par association d'antirétroviraux. À titre d'exemples pertinents, on peut noter entre autres : les rétinites à cytomégalovirus, les infections mycobactériennes généralisées et/ou localisées, et les pneumopathies à Pneumocystis jirovecii. Tout symptôme inflammatoire doit être évalué et un traitement doit être instauré si nécessaire.

L'apparition de maladies auto-immunes (comme la maladie de Basedow et l'hépatite auto-immune) a également été rapportée dans le cadre d'une restauration immunitaire. Cependant, le délai d'apparition qui a été rapporté est plus variable et ces événements peuvent se produire plusieurs mois après l'initiation du traitement.

Infections opportunistes

Les patients doivent être informés que Sunlenca ou tout autre traitement antirétroviral ne guérit pas l'infection par le VIH et que l'apparition d'infections opportunistes et d'autres complications liées à l'infection par le VIH reste possible. Une surveillance clinique étroite des patients par un médecin expérimenté dans le traitement des maladies associées à l'infection par le VIH demeure donc nécessaire.

Co-administration d'autres médicaments

La co-administration avec des médicaments qui sont des inducteurs modérés du CYP3A et de la P-gp (p. ex. éfavirenz) n'est pas recommandée (voir rubrique Interactions).

La co-administration avec des médicaments qui sont des inhibiteurs puissants du CYP3A, de la P-gp et de l'UGT1A1 (à savoir ciblant les 3 voies), comme l'atazanavir/le cobicistat n'est pas recommandée (voir rubrique Interactions).

Excipients

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par injection, c.-à-d. qu'il est essentiellement « sans sodium ».


INTERACTIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse

Il n'existe pas de données ou il existe des données limitées sur l'utilisation du lénacapavir chez la femme enceinte.

Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effets délétères directs ou indirects sur la gestation, le développement fœtal, la mise-bas ou le développement postnatal (voir rubrique Sécurité préclinique).

Par mesure de précaution, il est préférable d'éviter l'utilisation de Sunlenca pendant la grossesse, à moins que l'état clinique de la femme requière un traitement par Sunlenca.

Allaitement

Afin d'éviter la transmission du virus au nourrisson, il est déconseillé aux femmes vivant avec le VIH d'allaiter leur nourrisson.

On ne sait pas si le lénacapavir est excrété dans le lait maternel. Après administration chez la rate pendant la gestation et la lactation, le lénacapavir a été détecté à de faibles taux dans le plasma de jeunes rats allaités, sans effets sur ces jeunes rats allaités.

Fertilité

Il n'existe pas de données sur les effets du lénacapavir sur la fertilité humaine masculine ou féminine. Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effets du lénacapavir sur la fertilité des mâles et des femelles (voir rubrique Sécurité préclinique).


CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Sunlenca ne devrait avoir aucun effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.


EFFETS INDÉSIRABLES

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

SURDOSAGE

En cas de surdosage le patient devra être surveillé afin de détecter les signes ou les symptômes d'effets indésirables (voir rubrique Effets indésirables). Le traitement du surdosage de Sunlenca repose sur une prise en charge générale symptomatique incluant la surveillance des signes vitaux ainsi que l'observation de l'état clinique du patient. Comme le lénacapavir se lie fortement aux protéines, il est peu probable qu'il soit significativement éliminé par la dialyse.


PHARMACODYNAMIE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

PHARMACOCINÉTIQUE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicologie en administration répétée, génotoxicité, et de toxicité sur les fonctions de reproduction et de développement n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Le lénacapavir n'a montré aucun potentiel mutagène ou clastogène dans les études de génotoxicité conventionnelles.

Le lénacapavir n'était pas cancérogène dans une étude de 6 mois menée chez la souris transgénique rasH2 à des doses allant jusqu'à 300 mg/kg/dose une fois toutes les 13 semaines, ce qui a entraîné des expositions correspondant à environ 60 fois l'exposition obtenue chez l'homme à la dose recommandée. Une étude de cancérogenèse effectuée chez le rat sur 2 ans est en cours.

Aucun effet toxicologique significatif sur les critères d'évaluation du développement n'a été observé chez la progéniture des rates et lapines traitées par lénacapavir pendant la gestation.

Chez les rats, la fertilité des mâles et des femelles n'a pas été affectée lors d'expositions au lénacapavir allant jusqu'à 8 fois l'exposition obtenue chez l'homme à la dose recommandée chez l'homme (DRH). Chez les rats et les lapins, le développement embryofoetal n'a pas été affecté par des expositions allant respectivement jusqu'à 21 et 172 fois l'exposition obtenue chez l'homme à la DRH. Chez les rats, le développement prénatal et postnatal n'a pas été affecté par des expositions allant jusqu'à 7 fois l'exposition obtenue chez l'homme à la DRH.

Le passage du lénacapavir de la mère aux rats nouveau-nés a été observé dans une étude sur le développement prénatal et postnatal, mais on ne sait pas si ce passage a eu lieu par le placenta ou le lait. Par conséquent, on ne sait pas si le lénacapavir peut passer dans le placenta ou être excrété dans le lait chez l'homme.


DURÉE DE CONSERVATION

3 ans


PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES DE CONSERVATION

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation concernant la température. À conserver dans l'emballage extérieur d'origine, à l'abri de la lumière. D'un point de vue microbiologique, les injections doivent être utilisées immédiatement après que la solution ait été aspirée dans les seringues. La stabilité physico-chimique en utilisation a été démontrée pendant 4 heures à 25 °C en dehors de l'emballage.

Si le produit n'est pas utilisé immédiatement, les durées et les conditions de conservation avant utilisation relèvent de la responsabilité de l'utilisateur.


PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES D'ÉLIMINATION ET DE MANIPULATION

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Utiliser des techniques aseptiques. Inspecter visuellement la solution présente dans les flacons pour vérifier l'absence de particules et de décoloration avant l'administration. Sunlenca injection est une solution de couleur jaune à brune. Ne pas utiliser Sunlenca injection si la solution est décolorée ou si elle contient des particules. Une fois la solution aspirée des flacons, les injections sous-cutanées doivent être administrées dès que possible.

Les composants du kit d'injection sont à usage unique. L'utilisation de l'adaptateur pour flacon est nécessaire. Deux injections de 1,5 mL sont requises pour une dose complète.

Les instructions d'utilisation et de manipulation complètes de Sunlenca injection figurent dans la notice (voir Instructions d'utilisation).


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

Liste I
Médicament soumis à prescription initiale hospitalière annuelle.
Renouvellement non restreint
AMM
EU/1/22/1671/002 ; CIP 3400930258064 (2Fl/1,5ml).
Prix :
21130,77 euros (2Fl/1,5ml).

Remb séc soc à 100 %. Collect.

La prise en charge est subordonnée à la restriction de la prescription de SUNLENCA aux médecins expérimentés dans la prise en charge des patients ayant une infection multirésistante et sur la base de données virologiques et des antécédents thérapeutiques, ainsi qu'après proposition documentée issue d'une discussion en réunion de concertation pluridisciplinaire. Celle-ci doit prendre en considération le fait qu'une parfaite observance au traitement est indispensable, compte tenu de la barrière génétique de résistance faible et de la très longue demi-vie du produit qui est source de préoccupation particulière. Il doit être toujours utilisé en association à un traitement antirétroviral optimisé afin de minimiser le risque d'émergence de nouvelles résistances.

 

Prix de cession (HT) par UCD :

UCD 3400890025447 : 10283,000 euros (Fl/1,5ml).

Inscrit sur la liste dite de rétrocession avec prise en charge à 100 %.

Laboratoire

GILEAD Sciences
65, quai Georges-Gorse
92100 Boulogne-Billancourt
Information médicale, Pharmacovigilance et Service client :
0 800 45 04 60 : Service & appel gratuits
ou Tél : 01 46 09 41 00
Voir la fiche laboratoire
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster